ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Dead Cross : la rage de Dave Lombardo


Le moins que l’on puisse dire c’est que l’ex-Slayer Dave Lombardo a su rebondir, ayant récemment rejoint les rangs de Suicidal Tendencies et joué avec la reformation des Misfits. Mais encore avant ça, à peine la situation avec Philm était arrivée au point de rupture qu’il s’était déjà trouvé une nouvelle formation, en partie grâce au producteur Ross Robinson : Dead Cross. Et lorsque le grand Mike Patton a pris le micro, le combo a forcément affiché un nouveau visage, détonant comme on peut l’entendre dans le premier album sans titre.

Nous avons échangé avec le batteur pour connaître la genèse de cette formation et son alchimie, mais aussi sur son expression en tant que batteur, Dead Cross étant pour lui un formidable moyen d’exorciser ses plus grandes colères et frustrations, évoquant avec lui autant les extrêmes du metal que la passion des percussionnistes cubains qui ont formé très tôt son sens du rythme, lui qui ne serait pas contre non plus de s’essayer aux musiques ambiantes…

Lire l’interview…



Live Report   

Rammstein de retour aux arènes


Une tournée de Rammstein est toujours un événement qui ramène des spectateurs venus de tous les horizons. Et pour marquer encore plus le coup, cette année trois concerts du groupe allemand sont programmés aux Arènes de Nîmes ! Un lieu cher au cœur du groupe et de ses fans car on se souvient notamment de leur célèbre show donné dans ce cadre pour la tournée du Völkerball. Peu étonnant alors qu’en moins d’une minute les 45 000 places que représentent ces trois concerts se soient écoulées. Rammstein est devenu très actif ces derniers temps avec la sortie de son live au Madison Square Garden et celui de Bercy. Alors entre un concert de Julien Doré et Scorpions, le Festival de Nîmes accueille cette fois le célèbre groupe de metal industriel. Welcome back Rammstein! Amenez le feu, on fera le reste.

Pour ouvrir le concert, c’est une idée pour le moins originale qu’a eu le manager de Rammstein : à savoir faire jouer deux pianistes françaises, le Duo Jatekok. Ce qui aura au moins comme mérite de surprendre le public. À deux devant leurs instruments, les deux pianistes vont reprendre devant plus de 15 000 personnes des titres des Allemands. Une manière de démarrer cette belle soirée en douceur et qui avait sur le principe toutes les chances de plaire au public.

Lire la suite…



Interview   

Laura Cox pense collectif


Laura Cox fait partie de ces artistes qui ont été mis en avant grâce à Internet et plus particulièrement YouTube. En effet, c’est en 2008 que la guitariste a commencé à partager face caméra des reprises de chansons qu’elle appréciait. Très vite la mayonnaise a pris et la fanbase de Laura s’est développée pour atteindre à ce jour 233 000 abonnés sur sa chaîne YouTube et plus de 152 000 fans sur sa page Facebook. Pleine de spontanéité, Laura revient dans cet entretien sur son rapport à la musique et explique que, contrairement à la majorité des artistes, elle n’a pas toujours rêvé d’avoir un groupe.

Néanmoins la musicienne est aujourd’hui pleinement épanouie au sein du Laura Cox Band, qui a sorti en mars dernier son premier album intitulé Hard Blues Shot, et n’hésite d’ailleurs pas à rappeler combien le line-up actuel, qui fut bien compliqué à trouver, mérite d’être valorisé à sa juste valeur. Bref Laura Cox, malgré son niveau guitaristique très élevé, est aux antipodes de certains artistes qui ont le « je » facile comme vous allez pouvoir le constater dans les lignes suivantes. Ainsi, il n’est pas étonnant que le magazine Guitar Part l’ait repérée il y a quelques années pour qu’elle partage sa passion à leurs lecteurs/spectateurs.

Lire l’interview…



Interview   

La Hard Rock Session : une chance menacée


Savez-vous qu’en France nous sommes extrêmement chanceux, nous les fans de metal ? Nous allons sûrement passer aux yeux des plus jeunes présents parmi vous pour de vieux ringards, mais nous faisons partie des gens qui avons connu le temps où il fallait faire beaucoup de kilomètres à travers l’Europe pour voir des festivals d’envergure aux programmations alléchantes. Alors qu’aujourd’hui, grâce notamment au développement du Hellfest, de nombreux festivals importants, de taille moyenne ou encore plus spécialisés ont vu le jour en France ces dernières années. Des festivals qu’on vous conseille de soutenir même si, on en conviendra tous, le portefeuille de chacun n’est pas extensible.

La Hard Rock Session a lieu chaque année à Colmar dans le cadre du Festival de la Foire Aux Vins d’Alsace. Elle se déroulera cette année le dimanche 6 août avec au programme Amon Amarth, Hammerfall, Gotthard et Pretty Maids. Pourtant, à travers les années et malgré son succès, la survie de cet événement est menacée. « C’est effectivement très difficile et on a rarement amorti cette soirée. A force d’avoir un mini public pour ce style, on devra malheureusement peut-être jeter l’éponge et c’est dommage. » nous explique ainsi Claude Lebourgois, le programmateur de cette soirée, avec qui nous avons échangé il y a quelques jours.

Lire la suite…



Live Report   

Dream Theater revient à ses premiers amours


Après un unique passage parisien en début d’année, rendez-vous est donné aux fans de Dream Theater à Toulon au Zénith pour cette deuxième partie de la tournée de célébration du vingt-cinquième anniversaire d’un album majeur du metal progressif nommé Images & Words. La salle n’affiche pas complet mais est quand même très bien remplie. Cette tournée est l’occasion de voir et entendre les classiques du groupe pendant une soirée entièrement dédiée à Dream Theater, puisqu’il n’y a pas de première partie. Et en cela, le public a été servi avec un très long show de trois heures en deux actes.

La première partie, constituée d’une sélection de morceaux plus récents, se déroule dans une ambiance relativement calme, comme si le public attendait impatiemment les plus vieux morceaux. Le choix des titres est plutôt surprenant, en ce sens que dès le deuxième morceau « The Bigger Picture », le groupe propose un titre calme, faisant retomber l’excitation du début de show. James Labrie conscient de ce calme relatif ne ménagera pourtant pas sa peine pour faire monter la pression dans la salle.

Lire la suite…



Interview   

Adagio reprend goût à la vie


Quel périple ce nouvel album d’Adagio, Life, qui voit le jour pas moins de huit ans après Archangels In Black ! Huit années pendant lesquelles le groupe a vu ses rangs évoluer pour accueillir un nouveau chanteur, un nouveau batteur et une violoniste. Huit années pour travailler sur une première version de l’album, puis totalement l’avorter, en raison d’une orientation musicale dans laquelle Stéphan Forté, le guitariste et tête pensante du combo, ne se reconnaissait pas, au point de s’en dégoûter et partir faire son aventure en solo pour se libérer l’esprit. Et de liberté il a bien été question lorsqu’il a fondé son propre label Zeta Nemesis Records et voulu repenser tout son rapport à l’industrie musicale.

Mais le moment est venu d’accueillir l’album d’Adagio numéro six (et non cinq, lisez l’interview et vous comprendrez). Un album très personnel et marqué par l’introspection de son auteur principal qui a cherché à faire le point sur sa vie. Un album également sans compromis, peaufiné jusque dans les moindres détails, et donc complexe, qui nécessitait bien près d’une heure trente passée à échanger avec Stéphan pour analyser en profondeur ses origines et son contenu.

Lire l’interview…



Chronique   

Dead Cross – Dead Cross


Lorsqu’on annonce la présence de Mike Patton (Faith No More, Mr Bungle, Fantômas, Tomahawk…) au sein d’un énième projet, on s’attend à nouveau à ces lignes de chant à la fois uniques et loufoques au sein d’un projet à moitié barré. Puis on ajoute son vieil ami Dave Lombardo (Slayer, Grip Inc, Fantômas…) accompagné de deux membres de Retox, le bassiste Justin Pearson et le guitariste Michael Crain et on change la donne. Dead Cross n’est pas un super-groupe à proprement parler. Pas de frime, pas de démonstration. Le propos est simple : frustration et colère sont les mots d’ordre. Dead Cross est avant tout brutal. En 28 minutes.

Lire la suite…



Live Report   

Metal Culture(s) : le metal dans toute sa diversité


Nous voilà enfin de retour dans les monts de Guéret. Après une sixième édition en 2016 qui avait fait trembler la chapelle, l’édition 2017 était dès lors attendue. L’affiche est d’ailleurs assez intéressante : une sorte de best of français mélangé à des pépites internationales. La première soirée de concert du vendredi commence dans une salle excentrée avec une exposition photo et le concert acoustique du groupe Klone. La voix du chanteur, les guitares et l’accordéon sont d’une harmonie rare. Aussi accessible que mélodique, autant puissant que doux, si magnifique… le concert semble bien court mais la soirée à la Chapelle va commencer. Car oui, le metal culture(s) c’est avant tout des concerts qui ont lieu dans une petite chapelle de la ville de Guéret… quel cadre angélique pour une musique diabolique !

La soirée commence avec le groupe local Gut Scrapers, une sorte de hard rock bien ficelé aux diverses influences. Les gars envoient clairement un bon son, plein de bonne humeur et chauffent un public qui sera conquis par leur musique avant la fin du set. C’est au tour de 7Weeks de se produire. Le set proposé est ultra efficace. 7Weeks fait partie de ces groupes que l’on a vu passer ces dernières années et propose un son, une ambiance, un show toujours plus propre. Techniquement irréprochable, le groupe déroule ses titres entraînant le public avec eux.

Lire la suite…



Interview   

Vivian Campbell retrouve son mordant


Le guitariste Vivian Campbell semble être en pleine mission pour rattraper le temps perdu. S’il est toujours actif au sein de Def Leppard, il s’est également rabiboché avec une époque de sa vie qu’il a longtemps refoulé, le groupe originel de Dio, fondant Last In Line qui prépare actuellement un deuxième album, et a remis Riverdogs en selle, vingt-sept ans après un premier album devenu culte. Tout ceci en continuant de se battre contre un cancer qui aura eu pour effet de décupler son envie de vivre et de vibrer. Et c’est d’abord pour parler de ce nouveau disque de Riverdogs, California, que nous avons joint Campbell, avec un détour historique au préalable pour revenir sur le premier album, sur lequel le nouveau a explicitement été calqué.

Dans la seconde partie de l’entretien, nous revenons sur ce qui l’a motivé ces dernières années à multiplier les projets ainsi que son rapport à ses trois groupes – Def Leppard, Last In Line et Riverdogs – pour ensuite revenir à des sujets historiques, cette fois sur son passage au sein de Whitesnake ainsi que quelques mots sur son tout premier groupe, Sweet Savage, pour finir sur sa situation avec son cancer. Une interview, en conséquence, riche à découvrir ci-après.

Lire l’interview…



Chronique   

Alice Cooper – Paranormal


Il y a des artistes dont la longévité force le respect, surtout au vu de la qualité de leur production musicale après tant d’années. C’est le cas de Deep Purple qui est revenu cette année avec un Infinite remarquable de fraicheur et de par le plaisir qui y transpire. C’est le cas également d’Alice Cooper qui lui emboite le pas avec Paranormal. Signe qui ne trompe pas : les deux groupes ont collaboré sur leurs albums respectifs avec Bob Ezrin, un vieux loup de mer de la production ; autant dire que la revanche des septuagénaires (ou presque) est bel et bien là. Mais contrairement à Deep Purple, la collaboration entre Bob Ezrin et Alice Cooper est un acquis de longue date et a fait ses preuves depuis Love It To Death (1971), en passant par les classiques School’s Out (1972) ou Welcome To My Nightmare (1975), jusqu’au plus moderne Brutal Planet (2000). Et même lorsqu’Alice aura fait des infidélités à Bob (ou l’inverse), il avouera lui-même avoir été requérir son avis.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Watermelon Slim @ Paris
    Slider
  • 1/3