ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Radio Metal   

Rétrospective 2014 : les articles et sujets que vous avez le plus consulté


Après vous avoir fait partager nos ressentis sur 2014 via notre classement du Top 50 des albums les plus marquants de l'année et les classements personnels des membres de l'équipe de Radio Metal, nous vous proposons pour clore le chapitre "rétrospective 2014" de partager avec vous les différents classements des articles et sujets qui, chers lecteurs, vous ont le plus intéressé sur le site l'année passée. Nous nous sommes penchés sur les interviews, les chroniques, les articles divers et les sujets les plus populaires (en prenant en compte les milliers de news express). Le tout en se basant sur les statistiques de consultations des articles de Google Analytics.

Lire la suite...

Radio Metal   

L'année 2014 vue par le staff


Alors que 2015 est déjà bien là et que notre Top 50 a été publié, il est temps pour nous de vous livrer un ultime coup d’œil dans le rétro sur l'année passée, mais cette fois-ci de manière plus personnelle et donc... encore plus subjective, avec les tops personnels du staff de Radio Metal. Vous trouverez ici les albums et les concerts de 2014 qui ont fait vibrer le fondement et dresser les poils (à moins que ce ne soit l'inverse) d'une bonne partie de la fine équipe ainsi que les rapides impressions de chacun sur cette dernière cuvée métallique.

C'est à découvrir dans la suite...



Avant-Première   

The Monolith Deathcult fait vriller les cerveaux


A l'écoute d'un morceau de The Monolith Deathcult, votre cerveau peut avoir tendance à vous poser quelques questions du type "Pourquoi m'infliges-tu cela ?" ou encore "Que se passe-t-il ?! Je me sens comme submergé !". Sachez que tout va bien et que sa réaction est normale, surtout s'il découvre ce groupe néerlandais (qui pourtant roule sa bosse depuis 2002) pour la première fois. En effet son death metal vrille les cerveaux car il est brutal, rythmé, varié, orchestral, puissant et surtout on ne peut plus technique. Bloodcults, le nouvel album de The Monolith Deathcult, sortira le 23 mars prochain chez Season Of Mist et c'est donc en partenariat avec le label français que nous vous faisons partager ci-dessous le bien nommé "Reign Of Hell" qui ouvre cette cinquième galette du combo. Ce dernier étant évidemment influencés par les pionniers du genre que sont Cannibal Corpse, Death, Nile, Napalm Death et consorts.

Mais cessons ces palabres puisque The Monolith Deathcult et son enfer musical n'attendent plus que votre clic pour faire le ménage dans vos méninges...

Ecouter le titre.



Interview   

Blind Guardian : dans l'imaginaire d'Hansi Kürsch


L'imagination est sans aucun doute le meilleur outil de l'artiste. Dans la littérature et l'art, la séparation entre le réel et les mondes imaginaires ont souvent été représentés par un miroir. Les miroirs qui reflètent un monde à la fois similaire et opposé au nôtre, révélant son envers, mais totalement inatteignable. Et si les artistes étaient justement ces explorateurs qui ont la clef pour passer de l'autre côté du miroir, revenant avec des souvenirs de ces voyages, des morceaux de rêves qui nous permettent à notre tour de toucher un bout de ces mondes hors d'atteinte physique ?

Le miroir, l'imaginaire, les mondes fantastiques qui reflètent le monde réel, c'est justement la base du nouvel opus de Blind Guardian, Beyond The Red Mirror, faisant lui-même suite conceptuellement, vingt ans plus tard, à Imaginations From The Other Side. Un album à la fois très Blind Guardian dans l'âme et toujours plein de prouesses musicales, faisant un pas de plus dans le travail d'orchestration, avant l'album purement orchestral prévu de longue date et qui représentera un aboutissement.

Hansi Kürsch nous présente donc le nouvel opus de Blind Guardian, encore une fois ambitieux, et revient sur le rapport à l'album de 1995, approfondissant la thématique de l'imaginaire.

Lire l'interview...



Blast Review   

Alpha Tiger - iDentity


Qualifié il y a peu encore de valeur montante de la scène power allemande, Alpha Tiger n’aura pas tardé à gagner ses galons de titulaire. Son histoire commença d’abord sous le nom Satin Black en 2007 avant d’opter quatre années plus tard pour son actuel patronyme. Son premier effort, Man Or Machine en 2011 suscita déjà la curiosité pour son mélange gagnant de heavy-thrash et ce en dépit d’une production sonore plus que modeste. Sous la coupe à présent du label germanique SPV et au diapason d’une production de qualité, le groupe, toutes guitares devant, publie son album le plus complet. Plus qu’un énième projet de nouvelle vague du power metal déguisé en hommage, Alpha Tiger parvient lentement à créer son propre chemin et, à l’instar du personnage représenté sur le visuel de ce nouvel album au titre encore une fois évocateur – iDentity –, à s'affirmer.

Lire la suite...



Galerie Photos   

Sabaton @ Transbordeur, Villeurbanne, France - 18/12/2014




Interview   

Anthony Vincent (Ten Second Songs) en vingt questions


Au-delà du soudain succès du concept d'Anthony Vincent et de son indéniable talent vocal qui attirent naturellement l'attention, c'est en grande partie la curiosité qui nous a poussé à le contacter. Car Ten Second Songs nous a amené - et vous a probablement également amené - à nous poser une multitude de questions inhabituelles. "Comment fait-il ?" "Comment 'compose'-t-on un tel enchaînement de styles ?" "Comment apprend-on à chanter de toutes ces manières différentes ?" Et évidemment : "Est-il possible d'aimer sincèrement à la fois Britney Spears et Kataklysm ?" Compte tenu de ce grand écart musical, contenant d'ailleurs quelques "guilty pleasures", mais aussi des multiples casquettes professionnelles d'Anthony, où se trouve sa vraie personnalité musicale ?

Découvrez ci-après l'interview de l'homme qui, sans faire exprès, a fait parler de Cannibal Corpse dans des magazines généralistes voire people. Un homme qui ne cache pas que l'excitation et la sensation de danger qu'inspiraient certains groupes de rock dans les années 70, 80 et 90 lui manquent. Et ce, malgré la montée aux extrêmes du contenu provocant dans la musique actuelle.

Lire l'interview...



Interview   

Pat O'May mélange les genres


Deux ans presque jour pour jour après la sortie de Celtic Wings, le guitariste Pat O'May revient sur le devant de la scène avec un nouvel album, Behind The Pics, masterisé dans les célèbres studios d'Abbey Road à Londres par Alew Wharton et paru chez Keltia Musique. Dans les bacs depuis le 28 novembre, ce huitième opus du chanteur/guitariste ne s'éloigne pas des contrées celtiques qui lui sont chères mais lorgne toutefois un peu plus du côté du metal et de la sphère rock progressive. Nous aurons l'occasion de comprendre comment ce talentueux auteur-compositeur-interprète intègre tous ces éléments ce soir dans Anarchy X à partir de 20H30 puisque Pat O'May sera notre invité. Un bon moyen également d'en savoir plus sur ce musicien au background fourni qui ne s'arrête pas au domaine du rock/metal. Pas étonnant d'ailleurs que deux titres de Behind The Pics aient été enregistrés avec l'Orchestre Symphonique de Sofia.

Comme d'habitude l'émission démarrera à 20H et vous pourrez y participer en vous connectant sur le chat et en posant vos questions sur les réseaux sociaux ou par téléphone (09 77 21 75 22 - Skype : radiometal).



Blast Review   

Danko Jones - Fire Music


Danko Jones, c'est avant tout un savoir-faire. Celui qui mêle blues, punk et hard rock pour aboutir à une sorte de cocktail hybride et souvent plus subtil qu'il n'y paraît. C'est aussi un credo : celui du live et de l'authenticité ; pas question de se perdre dans des artifices et arrangements superficiels. Le groupe revient avec un nouvel opus, Fire Music, qui succède au Rock And Roll Is Black And Blue (2012). Avec Danko Jones, le renouvellement n'est pas nécessairement à l'honneur. Perpétuer un héritage est le premier impératif.

Le combo canadien est effectivement l'un des groupes de rock « à l'ancienne » qui ne se contente pas d'exécuter les canons du genre sans réelle recherche dans la composition. Mais, à priori, Fire Music ne déstabilisera pas les habitués de leur discographie. Au contraire, il les confortera.

Lire la suite...



Live Report   

Animals As Leaders & Tesseract : du dépassement du "bon musicien"


La scène musicale en France est parfois d'une étrangeté sans nom. Bien que l'on puisse déplorer certains de ses inconvénients; à savoir l'absence de publicité pour certains artistes qui n'usurpent rien et l'étroitesse intellectuelle qui entoure le concept d' « exception culturelle française » et qui n'est au final qu'un frein regrettable ; ce paradigme donne lieu à des moments insolites où le talent s'exprime dans des cadres plus intimistes. 22 octobre, Rillieux La Pape : Navene-K, Animals as Leaders et Tesseract. Un concert de Parisiens a priori, si l'on ne comptait pas sur la diligence de la MJC Ô Totem et de SLH Productions pour proposer une affiche de ce calibre. À ceux qui n'ont encore pas eu l'occasion de fréquenter cette salle de concert, trouvez une excuse. Il est difficile d'envisager que ce puisse être une mauvaise expérience. Ce sont certes des considérations matérielles, mais ô combien essentielles pour ne pas faire d'un concert une sorte de pénitence. Ces organismes font partie de l'identité de la musique metal en France, car ce sont eux au final qui permettent au genre d'exister et de se développer : merci à eux.

Pourtant, la soirée démarrait sous de mauvais auspices. Un temps minable qui inspire le doute même parmi les baroudeurs de salles les plus chevronnés. Va-t-on assister à un concert dans une salle remplie au tiers ? Au final cette dernière était pleine : ne jamais douter d'un public. Celui-ci était tout simplement excellent, plutôt connaisseur au demeurant. Surtout, sobre et assez distingué pour ne pas proférer des beuglements et invectives en guise de pseudo « bonhomie » envers une musique et des artistes qui s'y prêtent assez mal. Toutefois, l'arrivée du premier musicien de la soirée, Navene-K, l'a laissé quelque peu circonspect.

Lire la suite.



  • 1/3
    base
    kprod