ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Blast Review   

The Smashing Pumpkins – Monuments To An Elegy


Certains albums s’écoutent d’une traite. Non pas en raison d’une forme de torpeur ou d’un manque d’inspiration. Simplement parce qu’ils sont diaboliquement efficaces. Oui, Monuments To An Elegy, le dernier opus de The Smashing Pumpkins est bel et bien « diabolique ». À croire que Billy Corgan se plaît à susciter une addiction incessante chez ses auditeurs. Si tel était le dessein, la réussite est indéniable.

Monuments To An Elegy fait partie du cycle d’albums intitulé Teargarden By Kaleidyscope initié en 2009 et comprenant à ce jour Song For A Sailor, The Solstice Bare (2010) et Oceania (2012). Monuments To An Elegy précède Day For Night, dernière étape du cycle qui paraîtra courant 2015.

Lire la suite…



Live Report   

Flying Colors : L’orfèvrerie au service de l’efficacité multicolore


Steve Morse, vous connaissez. Deep Purple, facile. Mike Portnoy, vous connaissez. Dream Theater, ça va encore. Neal Morse ? Moins facile peut-être. Spock’s Beard. Dave LaRue ? Cela se complique encore un peu. Il est bassiste et joue avec Joe Satriani ou Steve Vai qui ne doivent pas employer de mauvais musiciens, vous en conviendrez aisément. Casey McPherson. Encore un peu moins ? Il est issu d’Alpha Rev, groupe de rock alternatif américain. Et tout ce beau monde de se réunir sous la bannière de Flying Colors, combo dont le second album Second Nature est sorti il y a peu. Patchwork, puzzle, supergroupe, énième lubie d’un hyperactif Portnoy, les idées de qualificatif ne manquent pas avant de franchir les portes de l’Alhambra pour ce concert un peu évènementiel au vu des pointures présentes et des quelques dates éparses que le groupe va donner. Mais comme de bons joueurs de foot ne forment pas forcément une bonne équipe, de bons musiciens ne forment pas forcément un supergroupe live.

Alors regardons cela plus en détail avant de porter tout jugement hâtif.

Lire la suite.



Interview   

La démonstration par Absurdity


« Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort » est la devise affichée des Strasbourgeois d’Absurdity. Non pas qu’ils aient eu l’air ces dernières années d’avoir traversé des épreuves ayant mis en jeu leur existence, si ce n’est deux changements de membres durant le processus de création de leur dernière œuvre. Néanmoins Undestructible, c’est le titre qu’ils ont choisi pour leur nouvel et deuxième opus sorti le mois dernier chez Urban Death Records, est bel et bien présent pour dire que, même dans un monde froid et dur tel que dépeint depuis leurs débuts à travers leur deathcore teinté d’indus à la Fear Factory, ils ne se laisseront pas abattre si facilement.

Mais « l’union fait la force » pourrait aussi être inscrit sur leur bannière, car du changement ils ont trouvé une nouvelle force. Et, en outre, pour ne rien enlever à la puissance de leur propos, ils ont invité sur cet album deux chanteurs qui comptent parmi les plus brutaux de la scène metal française : Julien Truchan de Benighted et Shawter de Dagoba. De cette aventure et du résultat, nous en parlerons ce soir, mardi 25 novembre, en interview avec Ricardo alias Zno, chanteur de la bande mais aussi responsable de toute la création des sonorités électroniques inclues dans leur musique, en direct à 20H30 dans notre émission Anarchy-X.

Rendez-vous est donc donné ! Vous pourrez aussi, auditeurs et lecteurs, participez à cette émission en posant vos questions sur le chat, sur Facebook et Twitter, mais aussi en appelant par téléphone (au 09 77 21 75 22) ou par Skype (pseudo : radiometal), voire déjà en commentaire de cet article.

Crédit photo : Charlotte Aleman



Blast Review   

Thomas Giles – Modern Noise


Modern Noise est l’affaire d’un complètement. Un projet solo est souvent considéré comme une entreprise parallèle par les auditeurs par rapport à un groupe « référence » tel que l’est Between The Buried And Me. Pour Thomas Giles, c’est avant tout l’accomplissement essentiel de sa vision de la musique. Son précédent opus, Pulse (2011), affirmait ce que l’on pressentait à propos de l’artiste : à l’instar d’un Steven Wilson, il n’y a rien de « secondaire » dans son entreprise individuelle. Thomas Giles revient donc avec Modern Noise, se reposant fondamentalement sur les acquis de sa première expérience.

Lire la suite…



No Comment   

Radio Metal et Metalorgie présentent : No Comment Saison 5 – Episode 12


Radio Metal, en partenariat avec le webzine Metalorgie, vous propose la saison 5 de la rubrique No Comment. En voici l’épisode 12 !

« Voilà pourquoi les groupes devraient rester underground ! Pour rester à l’abri des commentaires cons ! » a-t-on vu de la part d’un anonyme internaute qu’on ne remerciera jamais assez pour nous avoir révélé le seul argument valable pour rester underground. D’ailleurs, comme l’affirment nos cyniques confrères de Metal Sucks : « Les mecs qui postent des commentaires sur YouTube sont les plus gros connards de la planète ». Car toi, primate.php des temps modernes, tu te crois à l’abri derrière ton écran et l’anonymat de ton pseudo. Cette rubrique hebdomadaire répondant au doux nom de « No Comment » a pour objectif de te mettre le nez dans ta merde et, à notre modeste niveau, de te médiatiser dans l’objectif de rappeler aux détracteurs du metal qu’ils ont raison de l’être. Chaque semaine, Radio Metal propose à tes semblables de voter en commentaire de notre article (attention : les votes sur notre page Facebook ne sont pas pris en compte) pour élire le commentaire de la semaine. Les votes s’arrêtent de facto chaque dimanche à 23h59.

RÉSULTATS ÉPISODE 11 : Non cher candidat C, la basse n’est pas l’instrument de consolation des mauvais guitaristes…

Cliquez ici pour découvrir notre sélection de la semaine et voter !



La Semaine Où...   

La semaine où Dark Fortress a montré toute son intelligence…


Ce post est destiné à ceux qui ne suivent pas l’actualité de Radio Metal au jour le jour ! Cette séance de rattrapage spéciale vous est proposée moyennant amende honorable de votre part ! Vous trouverez dans les lignes qui suivent les principaux événements de la semaine passée.

  • Une petite merveille, voire un chef-d’œuvre de metal extrême (le temps le dira). Voilà ce que propose cette année Dark Fortress avec son nouvel opus Venereal Dawn. Ceci dit, avec la progression de sa musique dans le temps et avec Morean (alias Florian Magnus Maier) et V. Santura (alias Victor Bullok) dans ses rangs, on pouvait le voir venir. On en parle longuement avec ces deux musiciens plein d’intelligence dans le cadre d’un entretien sur le site.
  • Interview toujours avec Johannes Eckerström, le clown de l’apocalypse d’Avatar, qui évoque le nouvel album du groupe – Hail The Apocalypse – où le combo propose sa recette la plus personnelle à ce jour. Medoc et Moguri, qui travaillent pour la chaîne de télévision Nolife, ont pour leur part pris le temps de nous parler punk alors que Franky Costanza (Dagoba) était notre invité pour un live chat dans Anarchy X avant de s’exprimer à l’antenne. Le podcast de cet entretien sera bientôt disponible.
  • Deux avant-premières sur le site cette semaine avec un nouveau morceau de Black Sheep Wall, « White Pig », qui est le premier single issu de son nouvel album, le bien nommé I’m Going To Kill Myself. Ce dernier sortira le 26 janvier prochain chez Season Of Mist. Le nouveau clip d’Hellish Outcast est également en ligne sur RM. Il est extrait de son nouvel opus Stay Of Execution sorti il y a quelques jours chez Listenable Records et s’intitule « Torment ».
  • Flying Colors était de passage à l’Alhambra de Paris le 14 octobre dernier. Nous vous proposons une galerie photo de cet événement. In Flames jouait au Bataclan deux jours avant, voici notre live report illustré. Envie de ressentir la chaleur du blues ? Manu Lanvin se produisait récemment au New Morning et Lost était présent pour couvrir l’événement.
  • Pour finir voici également le Top 10 des publications de RM (Articles + News Express) qui vous ont le plus intéressé la semaine dernière. Classement semaine du 17/11/2014 :
    - Numéro 10 : Les premiers noms du Download Festival sont connus.
    - Numéro 9 : Le Greenfield dévoile une partie de son affiche.
    - Numéro 8 : Rob Scallon propose sa nouvelle vidéo.
    - Numéro 7 : Le No Comment nouveau est en ligne.
    - Numéro 6 : Les idées de cadeaux de Noël de Metalorgie.
    - Numéro 5 : Les premiers noms du Graspop.
    - Numéro 4 : La date de la prochaine annonce du Hellfest.
    - Numéro 3 : Angus Young (AC/DC) parle de l’affaire Phil Rudd.
    - Numéro 2 : Ben Barbaud évoque la programmation du Hellfest.
    - Numéro 1 : Le Hellfest annonce 128 artistes.

Interview   

Dark Fortress repousse ses propres remparts


Une petite merveille, voire un chef-d’œuvre de metal extrême (le temps le dira). Voilà ce que propose cette année Dark Fortress avec son nouvel opus Venereal Dawn. Ceci dit, avec la progression de sa musique dans le temps et avec Morean (alias Florian Magnus Maier) et V. Santura (alias Victor Bullok) dans ses rangs, on pouvait le voir venir. Le premier est chanteur et fait carrière aux Pays-Bas en tant que compositeur classique, le second est guitariste et s’illustre depuis sept ans aux côtés de Thomas Gabriel Fischer alias Tom Warrior, d’abord dans les dernières heures de Celtic Frost en tant que guitariste de tournée, puis en formant avec lui Triptykon, groupe fort de deux albums unanimement salués comme de grandes œuvres de metal noir. Des musiciens de talent donc.

Des musiciens plein d’intelligence également, avec un regard franc et réaliste sur eux-mêmes mais aussi un regard sévère sur la communauté metal actuelle, même si, paradoxalement, compréhensif. La longue lecture qui suit est intéressante a bien des niveaux, que ce soit pour comprendre la prouesse qu’a représenté ce dernier album et les efforts qui y ont été investi, mais aussi pour que nous, amateurs de metal, réfléchissions sur nous-mêmes et notre rapport à la musique que nous chérissons.

Lire l’interview…



Avant-Première   

Avant-première : les bonnes références d’Hellish Outcast


L’influence de Gojira dépasserait-elle nos frontières ? Voilà quelque chose qui ne serait pas étonnant tiens ! En tout cas c’est ce qui nous est passé par la tête à l’écoute du nouveau disque d’Hellish Outcast et particulièrement de la compo qui illustre le clip du morceau « Torment » que nous vous proposons de découvrir en avant-première ci-dessous. Cette influence du combo landais, on ne la retrouve pas tout au long du morceau mais sur les atmosphères épiques d’Hellish Outcast. Le timbre de Thebon en voix claire se rapprochant parfois de manière saisissante de celui de Joe Duplantier.

Mais dire que Hellish Outcast copie Gojira serait évidemment faux, stupide et absurde puisque le groupe créé en 2001 aime simplement la variété et propose en conséquence différents styles de metal dans ses compos. Donc il n’est finalement pas si étonnant que les comparaisons avec d’autres artistes fleurissent naturellement à l’écoute des cinquante minutes qui composent ce Stay Of Execution sorti il y a quelques jours chez Listenable Records. Le morceau « Torment » en est d’ailleurs une belle illustration : lorgnant aussi bien du côté du death rentre dedans à la Behemoth que dans les sphères du death/thrash à vocation mélodique. La guitare (acoustique ou électrique) de Legreid apportant aussi bien grandiloquence que finesse aux compos.

Mais maintenant taisons-nous car l’heure est venue de vous faire votre propre opinion.

Voir le clip.



Live Report   

In Flames : Même mal habillée, la sirène a un sacré charme


In Flames, groupe qui donne souvent – toujours ? – des concerts de grande qualité sera-t-il fidèle à sa réputation une nouvelle fois ce soir ? Les fans ont-ils définitivement accepté le guitariste Niclas Engelin à la place de Jesper Strömblad ? La déclaration récente de ce dernier devrait aider à calmer quelques irréductibles. Avec comme atout leur dernier album, forcément sujet à controverse (passé death mélodique oblige), il y a quand même de grandes chances que les Scandinaves mettent encore le public dans leurs poches. Avec eux, deux formations metalcore. Des Californiens de San Diego, Wovenwar, et des Anglais de Sheffield, When She Sleeps, auxquels revient l’honneur d’ouvrir le feu. Alors prêt à vous laisser charmer par une sirène suédoise ?

Dès le départ, le ton est donné et une chose est sûre, impossible de reprocher aux Anglais leur manque d’énergie. Tous les musiciens sont à fond, menés par l’impressionnant Lawrence Taylor, torse nu, bardé de tatouages. L’homme tient ce concert de main de maître avec une rage indéniable, un contact fort avec le public. Il fait monter un fan sur scène, harangue les spectateurs jusqu’au balcon.

Lire la suite.



Galerie Photos   

Flying Colors @ Alhambra, Paris, France – 14/10/2014




  • 1/3
    base
    kprod