ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Le guide de la survie par Riverside


Le deuil est toujours un moment compliqué à vivre, en particulier pour un groupe, non seulement à un niveau affectif mais aussi pour toutes les questions que cela soulève. Le deuil du guitariste de Riverside Piotr Grudziński, Mariusz Duda, le chanteur-bassiste et tête pensante du groupe, l’a affronté à trois reprises comme il fait remarquer lui-même : deux albums de son projet solo Lunatic Soul et désormais un nouvel album de Riverside, Wasteland, qui fait table rase, ou presque, et ouvre une nouvelle ère.

L’album inaugure ainsi une nouvelle géométrie pour Riverside, en trio, Mariusz Duda récupérant en majorité la fonction de guitariste. Si l’album est l’un des plus sombres du groupe, point de déni ou de réelle colère, Riverside en est aujourd’hui à l’acceptation. Le groupe regarde vers le vaste horizon de l’avenir, dans un monde dévasté par l’apocalypse, où il faut lutter pour sa survie mais où tout reste entre nos mains. Riverside élabore ainsi un album conceptuel, dans lequel chacun y verra les analogies qu’il voudra. Nous en discutons avec Mariusz Duda ci-après.

Lire l’interview…



Chronique   

Riverside – Wasteland


Riverside aurait eu toutes les raisons de mettre un terme à son parcours. Le groupe a traversé l’une des pires épreuves qui soient avec la perte de son guitariste Piotr Grudziński décédé le 21 février 2016, soit à peine un an après la sortie de Love, Fear And The Time Machine (2015). Depuis la disparition de Piotr, le groupe a sorti Eye Of The Soundscape (2016), collection de titres atmosphériques sur lesquels le guitariste avait travaillé. Il a fallu deux années pour Riverside afin de revenir avec un nouvel album, réalisé en trio cette fois, avec Mariusz Duda qui fait office de guitariste pour les parties rythmiques. Le titre de ce nouvel opus, Wasteland, est on ne peut plus à propos : le groupe fait table rase et a conscience qu’il faut se métamorphoser pour évoluer.

Lire la suite…



Interview   

Slash & Myles Kennedy : un rêve, une réalité


Vous avez l’impression que Myles Kennedy est partout ? Vous avez raison, il l’est ! Non content d’avoir marqué les esprits en début d’année avec son album solo, ainsi qu’une tournée en soutien de ce dernier, il revient désormais coup sur coup avec Alter Bridge et l’enregistrement de son live événement au Royal Albert Hall de Londres en compagnie d’un orchestre, et un troisième album au côté de Slash et les Conspirators. Pourtant, la reformation inespérée de Guns N’ Roses, et donc la mise en parenthèse de la carrière solo du guitariste chapeauté, laissait planer un doute sur l’avenir des Conspirators.

Doute désormais dissipé : les voilà bel et bien de retour, ayant repris les affaires là où ils s’étaient arrêtés pendant la tournée World On Fire. Living The Dream est un album dont la conception a bénéficié de deux avantages : conçu initialement sur la route, nourri par l’énergie des concerts, il a ensuite profité d’un temps d’incubation de deux années. Et c’est en début d’année que tout le groupe s’est retrouvé au studio Snakepit, entouré de dinosaures et sous les regards de Lemmy et autres nonnes diaboliques, afin de boucler l’opus en deux temps trois mouvements. Mais laissons le chanteur Myles Kennedy nous raconter tout ceci.

Lire l’interview…



Chronique   

Slash – Living The Dream


Si Slash n’a pas sorti de nouvelle musique depuis quatre ans, ce dernier n’a pas pour autant profité de ce laps de temps pour se laisser aller. C’est évidemment le contraire, que ce soit par une tournée de dix-huit mois à travers le monde avec Myles Kennedy And The Conspirators pour World On Fire (2014) ou la réunion avec Axl Rose et Duff McKagan au sein de Guns N’ Roses. Ce tour des plus grandes scènes et stades n’a pas altéré l’envie de Slash de rempiler avec Myles et The Conspirators pour proposer ce qui est son quatrième album solo, Living The Dream. Slash s’est donc à nouveau associé avec Myles Kennedy, le bassiste Todd Kerns, le batteur Brent Fitz et pour la première fois le guitariste rythmique Frank Sidoris qui officiait déjà en live. Living The Dream ne déstabilisera personne, l’approche caractéristique de Slash est bien présente avec néanmoins la volonté de varier les plaisirs.

Lire la suite…



Interview   

Ultraphonix : ni règle, ni contrainte


« Je ne vais pas ralentir. La créativité frappe par vagues et quand elle frappe, parfois elle dure un petit moment, et alors tu dois surfer sur la vague. C’est une responsabilité morale. » Voilà dans quel état d’esprit se situe aujourd’hui le guitariste George Lynch. Il suffit de dresser la liste de ses groupes et projets actuels : Lynch Mob, Sweet & Lynch, KXM, The Banishment, The End Machine (avec ses compères instrumentistes de Dokken, dont on apprend un peu plus ci-après), sans oublier Dokken avec qui il fait des reformations épisodiques. Mais le groupe qui nous intéresse pour l’heure est Ultraphonix, avec qui il vient de sortir un véritable OVNI : l’album Original Human Music.

Collaborant avec le chanteur Corey Glover (Living Colour), le bassiste Pancho Tomasello (ex-WAR, Philm) et le batteur Chris Moore, George Lynch prend plaisir à naviguer entre les styles – metal, funk, blues, psychédélique, etc. -, sans grand souci de cohérence, ni réflexion très poussée, pour un résultat aussi étonnant que qualitatif. Des nouvelles perspectives que lui offrent un tel projet sur son jeu de guitare, jusqu’à son attachement à l’expression militante dans le rock, George Lynch partage avec nous sa personnalité éclairée.

Lire l’interview…



Chronique   

Revocation – The Outer Ones


Revocation fait partie de ces groupes de death intégralement dédiés à leur musique, étant donné le rythme effréné qu’il s’impose. Malgré un agenda de concerts extrêmement fourni, Revocation parvient à tenir la cadence en proposant un nouvel album tous les deux ans en moyenne. Cette fois encore, le groupe propose son huitième album deux ans après Great Is Our Sin. Compte tenu des aspects progressifs intégrés à son style, on pourrait imaginer que ces délais très courts pourraient être au détriment de la musique. The Outer Ones prouve qu’il n’en est rien, Revocation se paie même le luxe de concilier efficacité et sophistication.

Lire la suite…



Interview   

Vulcain fait de la résistance


Comme le format vinyle, Vulcain représente une autre époque, insouciante, où le rock n’ roll était plus que de la musique mais un état d’esprit, où on faisait la fête tous les soirs mais une fois sur scène, « ça ne rigolait plus », un âge d’or de certaines des personnalités les plus charismatiques du rock qui, aujourd’hui, petit à petit, se meurent. Mais comme le format vinyle, Vulcain résiste, increvable, garant d’un savoir-faire humain. Bientôt trente-cinq ans que leur premier album, le classique Rock N’ Roll Secours, est sorti et pourtant voici qu’ils débarquent avec leur neuvième album, intitulé Vinyle.

A l’occasion de cette sortie, nous avons joint par téléphone le chanteur-guitariste Daniel Puzio pour nous en parler et faire quelques retours dans le passé, à leurs début, à l’époque du vinyle, justement, mais aussi rendant hommage à Motörhead et Lemmy qui ont marqué la carrière de Vulcain. On vous laisse découvrir tout ceci, et plus encore, ci-après.

Lire l’interview…



Chronique   

Hardcore Superstar – You Can’t Kill My Rock N’ Roll


Après 21 ans de carrière, Hardcore Superstar continue son chemin sans réellement se prendre la tête et sans brider son approche de la musique. Même lorsque HCSS (2015) a rencontré quelques critiques de la part des fans, en raison d’influences musicales trop éloignées du propos initial. You Can’t Kill My Rock N’ Roll, onzième opus du groupe, entend remettre les choses à plat. Les Suédois d’Hardcore Superstar reviennent à ce mélange de hard rock, de heavy parfois tenté de glam qui a construit leur renommée. You Can’t Kill My Rock N’ Roll prend davantage l’allure d’une collection de singles que d’un album à considérer dans son entièreté.

Lire la suite…



Interview   

Alter Bridge : un pont entre deux univers


La question de la collaboration des groupes de rock et metal avec des orchestres en concert est épineuse. Parmi celles qui ont été réalisées, bon nombre d’entre elles n’ont pas fait l’unanimité. La difficulté principale d’un tel exercice est de trouver le bon équilibre entre deux types de formations musicales bien différentes. C’est au tour d’Alter Bridge de s’y être essayé, deux soirs de suite dans l’emblématique Royal Albert Hall de Londres, via un concert couvrant toute la carrière du groupe en incluant notamment des morceaux rares voire jamais joués. Et la question de l’équilibre était la principale source d’inquiétude pour le chanteur et guitariste Myles Kennedy.

A l’occasion de la sortie du CD/DVD live compilant ces deux soirées, il revient dans cet entretien sur le travail fourni pour ce spectacle, sur ses craintes, ses attentes et sur le souvenir grandiose qu’il représente.

Lire l’interview…



Chronique   

Craft – White Noise And Black Metal


2018 est une année faste pour les amateurs de black metal à la suédoise : commencée en fanfare avec l’explosif Trident Wolf Eclipse de Watain et X – Varg Utan Flock de Shining, elle a continué à bon train avec des sorties de la part de Marduk ou encore de Funeral Mist. Cet été, c’est Craft qui apporte sa pierre à l’édifice avec White Noise And Black Metal, son sixième album, qui fait suite à Void après un silence de près de sept ans. En vingt ans de carrière (vingt-cinq si on compte la précédente incarnation du groupe, Nocta), les Suédois se sont imposés comme des gardiens du temple de la tradition scandinave : agressivité, production rudimentaire et touches anti-cosmiques, le tout pour un résultat quelque part entre les premiers Mayhem et Carpathian Forest. Bilieux, hargneux, Nox et sa troupe vont droit au but et laissent les expérimentations à d’autres – ou du moins laissaient : dès les premiers instants de White Noise And Black Metal, la clarté d’une guitare hypnotique et le souffle puissant de la basse suggèrent que le quatuor ne s’aventure pas exactement là où on pensait le retrouver.

Lire la suite…



  • Arrow
    Arrow
    Mainstage 1 @ Hellfest - jour 3
    Slider
  • 1/3