ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Electric Wizard : Le sorcier est mort, vive le sorcier !


« Nous croyons en la tradition plus qu’en la nouveauté. Nous adorons la tradition! » : à rebours de nombreux groupes se défendant d’adopter une posture délibérément rétro, Jus Oborn l’affirme haut et fort : avec Time To Die, son nouvel album, Electric Wizard reste fidèle à lui-même. De l’eau a coulé sous les ponts depuis Black Masses, le précédent album du groupe – changements de line-up, départ de leur label historique, Rise Above – mais le noyau dur formé par Liz Buckingham [guitare] et Jus Oborn [chant] semble plus solide que jamais : finissant les phrases de l’un, cherchant l’assentiment de l’autre, la complicité des deux têtes pensantes du groupe est évidente.

Joviaux, ne cachant ni leurs enthousiasmes, ni leurs déceptions, ils répondent à nos questions avec la sincérité qu’ils revendiquent et une pincée d’auto-dérision, entre deux bouffées prises d’une canette de 1664 transformée en pipe de fortune, évoquant autant leurs désillusions et leur attrait pour la solitude que leur amour pour le do-it-yourself et leurs projets futurs.

Lire l’interview…



Blast Review   

Amaranthe – Massive Addictive


Amaranthe, avec son mélange de metal, de pop et d’eurodance, son trio de chanteurs et sa musique « plus dans l’air du temps tu meurs », avait beau faire sourire à son arrivée, il n’empêche qu’il a su s’imposer tout en gardant ses intentions intactes. Continuant d’assumer leur démarche que certains qualifieront de « commerciale », les Suédois repartent en fantassins à la conquête des grandes ondes en étrennant un format FM accrocheur, et bien que « prise de risque » soit une notion discutable pour qualifier le travail d’Amaranthe, les prétentions de ce Massive Addictive attestent néanmoins d’une légère marge de progression au regard des deux premiers albums.

Lire la suite…



Avant-Première   

Avant-première : le savoir-faire de Ghost Brigade


Pour beaucoup d’artistes qui démarrent, l’un des principaux écueils du processus de composition est de savoir digérer ses influences pour ne pas devenir une copie de groupes dont la notoriété est importante. Trouver vraiment sa personnalité musicale – quand elle ne vous saute pas immédiatement aux yeux ou quand vous pensez être incapable de bien j(a)uger ce que dit le fond de votre cœur – peut être un chemin qui nécessite parfois des années d’apprentissage. L’artiste doit donc faire preuve de patience car le tâtonnement fait souvent partie intrinsèque du processus pour vraiment être satisfait de sa composition. La quête du Saint Graal nommé « son propre » ou « identité » est parfois longue et semée d’embûches mais elle s’avère souvent indispensable pour toucher le cœur du public et se démarquer…

Des artistes comme Ghost Brigade ont, eux, très vite réussi à créer un univers musical que l’auditeur expérimenté reconnaîtra immédiatement. Dès son premier album, Guided By Fire (2007), Ghost Brigade a proposé cette musique claire/obscure où la voix (tantôt rocailleuse, tantôt cristalline) de Manne Ikonen côtoyait de magnifiques soli épiques au sein d’un groupe finlandais qui, depuis, n’a fait que prolonger sa recette sans forcément chercher à innover. Un reproche ? Non, juste un fait. Ghost Brigade, à l’instar d’autres artistes (Alice In Chains, Slayer, Tool, AC/DC etc. etc.) a la chance d’avoir une identité musicale propre. C’est ce qui lui a permis de fédérer son public qui, au bout de quatre albums et presque dix ans d’activité du combo, connaît son savoir-faire. Ainsi, IV: One With The Storm bénéficie de tous les atouts pour contenter les fidèles de Ghost Brigade parce que cet opus reste fidèle à l’histoire d’une formation qui se satisfait pleinement de la situation car ses membres sont probablement conscients qu’ils ont fait le plus dur pour un groupe, à savoir sonner comme lui-même. Du ténébreux « Wretched Blues » à l’immédiat « Departures » en passant par l’épique « Electra Complex » ou à l’entraînant final « Elämä On Tulta », Ghost Brigade ne surprend pas mais parvient à contenter fantastiquement bien son audience à travers une musique toujours aussi profonde, mélancolique, sombre, épique et belle.

IV – One With The Storm sortira le 7 novembre prochain chez Season Of Mist et Radio Metal vous propose d’écouter ce nouveau disque en intégralité ci-dessous.

Ecouter le disque.



Blast Review   

Flayed – Symphony For The Flayed


Après avoir fourni quelques saines et fortes sensations en live au public français (et d’ailleurs) depuis plus d’un an et demi, le premier album de Flayed, dont l’enregistrement avait commencé il y a plus d’un an, était attendu, ne serait-ce que pour sentir comment cette très bonne première impression pouvait se retrouver gravée sur disque. Projet né il y a trois ans, fondé par le guitariste Julien Gadiolet avec d’autres musiciens avant une refonte de l’équipe, existant en l’état actuel depuis 2013, Flayed ne donne pas dans le sens caché et joue dès les premières secondes la carte de la transparence : l’orgue seventies, premier à accueillir l’auditeur sur le « Sweet Coverage » d’ouverture, annonce immédiatement un hard rock à claviers à la Deep Purple – avec peut-être même un peu de The Who (cf. l’intro de « Who Are You ») – old-school, transpirant la jam-session. Traditionnel tout en étant indémodable.

Lire la suite…



Interview    Radio Metal    Radio Metal Unplugged   

Stereotypical Working Class : en live et dans les nuages


Il y avait bien longtemps qu’un groupe n’avait pas fait du studio de Radio Metal son terrain de jeu et ce sont les Lyonnais Stereotypical Working Class qui vont avoir l’honneur de relancer la pratique des « Radio Metal Unplugged » ce soir, mardi 28 octobre, à 20H, dans l’émission Anarchy X, à l’occasion de la sortie de leur nouvel album Every Cloud Has A Silver Lining, déjà disponible via Klonosphere / La Baleine.

En effet, le quatuor sera présent dans nos locaux pour un mini set acoustique offert aux auditeurs de notre radio (et prochainement disponible en podcast dans ce même article) mais aussi, bien sûr, pour nous parler en interview de ce nouvel opus, arrivant cinq ans après leur précédent disque, Day After Day (2009). L’occasion de parler de tout ce qui a fait qu’une durée si longue, relativement à leur quinze années d’existence, s’écoule entre ses deux dernières œuvres, comment leur musique a évolué du terreau néo metal de leurs débuts à ce tout nouvel album, aux couleurs encore très années 90 (entre un metal aux frontières d’un territoire toolien, rock alternatif et punk californien de cette décennie), tout en suivant une voie parallèle à l’évolution d’autres groupes emblématiques du néo metal. Enfin, surtout l’occasion de passer une bonne soirée de musique.

Rendez-vous donc ce soir, dès 20H, pour l’émission Anarchy X. Vous êtes aussi invités, lecteurs et auditeurs, à interagir durant l’émission et à poser vos questions via Facebook, Twitter, le chat ou directement à l’antenne auprès des intéressés par téléphone (+339 77 21 75 22) ou par Skype (pseudo : radiometal).



Interview   

Chevelle en route pour l’Europe


Cela fait quinze ans désormais que Chevelle lustre sa carrosserie et entretient sa mécanique depuis son premier opus Point #1. Groupe au cœur du mouvement post-grunge apparu pendant la seconde moitié des années 90, il tire son patronyme de l’amour des trois frères Loeffler pour les belles cylindrées et plus particulièrement l’une des reines des « highways » américaines, la Chevy Chevelle.

Bref, Chevelle est un de ces groupes à la culture 100% ricaine qui cartonnent dans le pays de l’Oncle Sam mais qui, encore aujourd’hui, tâtonne pour pouvoir aller à la rencontre du public européen, à l’instar d’un Godsmask absent du vieux continent depuis dix ans. Malgré tout, le trio aura réussi à se frayer un chemin jusqu’à la Maroquinerie de Paris le 31 octobre prochain, soit onze ans après leur dernière fois dans l’hexagone.

Lire l’interview…



Blast Review   

Ghost Brigade – IV: One With The Storm


Après une ascension constante à un rythme régulier d’une sortie tous les deux ans, Ghost Brigade s’est finalement accordé une année de plus pour accoucher de son quatrième album IV: One With The Storm. Une année supplémentaire pour prendre du recul, peut-être, et voir où le groupe pouvait aller avec sa musique, après un Until Fear No Longuer Defines Us qui n’était guère plus qu’un duplicata de son deuxième et acclamé album Isolation Songs. Mais en fait non, Ghost Brigade se complet dans la formule qu’il a déjà usité à trois reprises, à savoir ce mélange de death metal mélodique, de gothique et de post rock. Les Finlandais prennent donc la voie de ces groupes qui choisissent le confort et la stabilité à la prise de risque. Pas forcément un mal pour tout le monde, mais comme toute chose que l’on ne relustre pas de temps en temps, comme toute façade que l’on tarde à ravaler, la musique de Ghost Brigade risque de perdre un peu de son éclat originel. A la fois parce que l’auditeur coutumier de ses travaux s’y accommode, comme dans une relation qui s’enracine dans la routine, et à la fois parce que le propos s’use et perd de sa fraîcheur.

Lire la suite…



No Comment   

Radio Metal et Metalorgie présentent : No Comment Saison 5 – Episode 8


Radio Metal, en partenariat avec le webzine Metalorgie, vous propose la saison 5 de la rubrique No Comment. En voici l’épisode 8 !

« Voilà pourquoi les groupes devraient rester underground ! Pour rester à l’abri des commentaires cons ! » a-t-on vu de la part d’un anonyme internaute qu’on ne remerciera jamais assez pour nous avoir révélé le seul argument valable pour rester underground. D’ailleurs, comme l’affirment nos cyniques confrères de Metal Sucks : « Les mecs qui postent des commentaires sur YouTube sont les plus gros connards de la planète ». Car toi, primate.php des temps modernes, tu te crois à l’abri derrière ton écran et l’anonymat de ton pseudo. Cette rubrique hebdomadaire répondant au doux nom de « No Comment » a pour objectif de te mettre le nez dans ta merde et, à notre modeste niveau, de te médiatiser dans l’objectif de rappeler aux détracteurs du metal qu’ils ont raison de l’être. Chaque semaine, Radio Metal propose à tes semblables de voter en commentaire de notre article (attention : les votes sur notre page Facebook ne sont pas pris en compte) pour élire le commentaire de la semaine. Les votes s’arrêtent de facto chaque dimanche à 23h59.

RÉSULTATS ÉPISODE 7 : Complètement hors-catégorie, le bonus écrase la concurrence d’un revers de main.

Cliquez ici pour découvrir notre sélection de la semaine et voter !



La Semaine Où...   

La semaine où At The Gates s’est réapproprié son héritage…


Ce post est destiné à ceux qui ne suivent pas l’actualité de Radio Metal au jour le jour ! Cette séance de rattrapage spéciale vous est proposée moyennant amende honorable de votre part ! Vous trouverez dans les lignes qui suivent les principaux événements de la semaine passée.

  • Il est étonnant de constater à quel point les trajectoires de Carcass et At The Gates ont été proches. On évoque notamment ce sujet dans cette longue interview avec Tomas Lindberg (chant) et Anders Björler (guitare) du groupe At The Gates qui, avec leur nouvel album At War With Reality, se réapproprient en tant que patrons de la scène death suédoise l’héritage qu’ils ont laissé.
  • Trepalium innove constamment et c’est ce que prouve son nouvel opus, Voodoo Moonshine. Nous en avons discuté avec Harun Demiraslan, le guitariste de la formation, qui explique ce savoureux mélange de death metal groovy et de jazz swing des années 30 proposé par le groupe français. Le podcast de cet entretien qui s’est déroulé dans le cadre d’Anarchy X est disponible.
  • Olof Mörck, la tête pensante d’Amaranthe, a accepté de nous livrer son sentiment sur le bien nommé Massive Addictive qui mélange metal, pop et eurodance et où tout semble avoir été mis en oeuvre dans un but d’accroche.
  • Retrouvez sur Radio Metal les Blast Reviews des derniers albums de Pain Of Salvation, Lizzard, Monster Magnet et Vesania.
  • Lost, notre photographe/reporter sur Paris, a bien travaillé pour vous puisqu’il vous a proposé ses photos et live reports de trois concerts : Entombed (PhotosLive Report), Accept (PhotosLive Report) et Gaëlle Buswel (PhotosReportage + Live Report).
  • Pour finir voici également le Top 10 des publications de RM (Articles + News Express) qui vous ont le plus intéressé la semaine dernière. Classement semaine du 20 octobre 2014 :
    - Numéro 10 : Notre interview avec Amaranthe est disponible.
    - Numéro 9 : Des extraits du nouveau disque d’Emigrate sont en ligne.
    - Numéro 8 : Nouveau morceau du côté des Foo Fighters.
    - Numéro 7 : Papa Roach propose un nouveau titre en écoute.
    - Numéro 6 : La chronique du nouveau Slipknot.
    - Numéro 5 : Une nouvelle chanson de Bring Me The Horizon est en écoute.
    - Numéro 4 : Des concerts de Slipknot etc. ont été diffusés en streaming.
    - Numéro 3 : In This Moment propose son clip.
    - Numéro 2 : La nouvelle rubrique No Comment.
    - Numéro 1 : Amon Amarth de passage en France.

Blast Review   

Vesania – Deus Ex Machina


Tels des seigneurs du chaos et de la folie mettant les petits plats dans les grands, ce quasi super-groupe nommé Vesania, composé entre autres d’Orion (Behemoth), Daray (Dimmu Borgir, ex-Vader) et Heinrich (ex-Decapitated), donne en cette année 2014 une (nouvelle) bande son aux plus horrifiques monstres cornus, ceux-là même sortis tout droit des plus alambiqués mondes fantasmagoriques de l’esprit humain. Mais avant, retour en 2007 avec Distractive Killusions, sorte de bouffon vert traînant ses grelots psychédéliques dans un album présentant une production gorgée de basses, emballant un mélange peu orthodoxe de metal moderne polonais et symphonique. Le tout rassemblé avec des mélodies assez charmantes, noires et qui caquettent tel un maniaque au nez de l’auditeur.

Lire la suite…



  • 1/3
    base
    kprod