ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Life Of Agony : le courage de la vulnérabilité


Life Of Agony revient, après douze longues années d’absence, un deuxième split, et un chanteur devenu chanteuse ! Et le groupe revient avec en guise de « vengeance » selon leur terme, un album, A Place Where There’s No More Pain. « Le meilleur album de Life Of Agony que nous ayons jamais fait, » rien que ça.

Nous avons rencontré Mina Caputo, toute de rose vêtue en cette journée de la femme, et le bassiste et principal compositeur Alan Robert, afin de parler de la création de ce nouvel album, de leur état d’esprit aujourd’hui, de la vie de façon générale, mais aussi revenir sur le changement de genre de Caputo, et de son « rôle en société », qui en parle de façon touchante et avec une extrême franchise. Et tout ça, entre deux digressions sur l’alignement des planètes et les pancakes cramés sur Facebook, tout un programme !

Lire l’interview…



Live Report   

Korn : puissamment décousu


Korn, on le sait désormais, est revenu en forme depuis quelques années. Et la qualité de leur dernier album en date, intitulé The Serenity Of Suffering, de confirmer cette bonne forme. Bon album, bon groupe, la fête devrait être belle au Zénith de Paris pour ce premier jour de printemps. Sauf que… nous y reviendrons. Intéressons-nous en attendant aux valises de la bande de Bakersfield, Californie. A l’intérieur vous y trouverez tout d’abord leurs compatriotes de Hellyeah et avec eux leur dernier opus Unden!able. Ensuite, avec vingt impressionnantes années de carrière au compteur et un récent opus Wanderer à leur crédit, les Allemands de Heaven Shall Burn.

Trois groupes, trois univers différents, mais un point commun toutefois : aucune de ces formations ne fait dans la berceuse. Pour autant même en s’y mettant à trois, ils ne rempliront pas le Zénith. Entrez donc avec nous dans la salle de la Porte de La Villette pour le constater.

Lire la suite…



Interview   

Uneven Structure déroule sa partition


Uneven Structure, groupe inclassable, mi-progressif, mi-technique, et cent pour cent autonome, est de retour, quatre ans après Februus, avec ce qu’on pourrait appeler la suite de l’histoire : La Partition. On a envie de dire « enfin », puisqu’il a fallu quatre années au combo avant d’accoucher de cette oeuvre complète, à la fois efficace et complexe, aux atmosphères riche et pleine d’expérimentations sonores.

Ces quatre années, dont deux de no man’s land inspirationnel, comme nous l’explique Igor Omodei dans l’entretien qui suit, ont aussi permis au groupe de trouver sa ligne de conduite, et d’intégrer deux nouveaux membres à son line-up, dont Arnaud Verrier, anciennement batteur de Zuul FX notamment, qui rejoint la bande des six derrière les fûts.

Rencontre avec le tiers de l’équipage auteur de cette partition, qui pose un regard le plus objectif possible sur le résultat de ces quatre années de labeur.

Lire l’interview…



Chronique   

Ultra Vomit – Panzer Surprise !


Il faut le dire, depuis Objectif : Thunes (2008), Ultra Vomit avait laissé un vide qu’il nous fallait combler par nos propres blagues vaseuses et notre humour douteux. Réjouissez-vous, Ultra Vomit a décidé de rempiler et de nous rappeler qui est le maître de la vanne. En ce mois de Pâques, tout le monde fera le lien avec le titre gracieux qu’est Panzer Surprise, aussi rentre-dedans que subtil. Encore une fois, aucun cliché n’est épargné. Ultra Vomit démontre un savoir-faire parodique déstabilisant de crédibilité qui prouve deux choses : d’une les membres du groupe laissent transparaître une curiosité musicale, de deux ils prouvent que derrière l’humour se cachent tout de même de vrais musiciens.

Lire la suite…



Live Report   

Un coup de nostalgie avec Doyle


Difficile de ne pas penser aux Misfits lorsqu’on parle de Doyle. Ayant été le guitariste du groupe pendant un moment, de l’époque glorieuse avec Glenn Danzig dans années 80 mais également la reformation avec Michale Graves dans la seconde moitié des années 90, puis après quelques apparitions live aux côté de Danzig, il était temps que Wolfgang Von Frankenstein vole pour de bon de ses propres ailes, en créant son projet solo : Doyle. En 2013 sortait donc Abominator, et sentant déjà l’éloignement par rapport au punk, Doyle enchaîne avec un second album, lequel sortira en mai prochain, après la tournée.

Une manière assez étrange de promouvoir un album, mais voir le groupe sur scène n’est pas quelque chose dont on se plaint. La tournée prend fin par un concert expéditif, punk dans l’âme, au Glazart parisien, pour l’homme à la musculature imposante et la célèbre mèche.

Lire la suite…



Interview   

Ayreon : Arjen Lucassen remonte à la source


Arjen Lucassen, tête pensante d’Ayreon, mais également de Star One et de nombreux autres projets, ainsi qu’artiste solo, est un compositeur hyperactif, ce n’est plus à prouver ! Archétype du savant-fou, coupé du monde, réfugié derrière ses écrans et son monde imaginaire, le géant Arjen a tout de même daigné sortir de sa grotte pour venir nous parler de cet album, The Source, qu’il présente comme un prequel à la saga qu’Ayreon nous fait suivre depuis ses débuts, et à laquelle, pourtant, il avait annoncé avoir mis un terme avec l’album 01011001. Mais, dans le monde de Lucassen, rien n’est jamais figé dans le marbre !

Cet entretien, c’est aussi l’occasion de se glisser dans la tête de cet artiste prolixe, et d’essayer d’en savoir un peu plus sur son fonctionnement, notamment basé sur le challenge. Et pour finir, il partage avec nous quelques mots sur les trois concerts exceptionnel de The Ayreon Universe prévu pour Septembre à Tilburg, et le moins qu’on puisse dire est que ça promet !

Lire l’interview…



Chronique   

Life Of Agony – A Place Where There’s No More Pain


On ne peut pas dire que la carrière de Life Of Agony ait été des plus confortables pour ses fans. Entre une évolution qui lui donnait, artistiquement, quasiment un nouveau visage à chaque album et deux séparations/reformations, le groupe de Brooklyn a été marqué par les tourments de ses membres, et en particulier de son chanteur Keith Caputo, depuis devenu Mina après une transition transgenre qui couvait depuis son enfance. Mais c’est aussi ça, cette intimité tumultueuse qu’ils partagent de façon impudique et cette hyper-sensibilité qui ont rendu la musique du combo aussi forte et aussi parlante pour le public. Et voilà, après douze années d’absence discographique et avoir remis de l’ordre dans leur vie, Life Of Agony est de retour en forme olympique, comme on avait pu le constater lors de la chaleureuse prestation au Hellfest 2015.

Lire la suite…



Live Report   

Kreator et ses trois apôtres de l’Apocalypse


Difficile pour les premiers concerts de l’année de rêver meilleure affiche ! En effet, ce n’est pas seulement un concert avec Kreator en tête d’affiche puisque les trois groupes qui les accompagnent sont loin d’être des inconnus. Aborted, Soilwork et Sepultura : des noms qu’il n’est plus nécessaire de présenter. La présence de Kreator rappelle par ailleurs l’affiche dans la même salle en 2014 où le groupe était venu accompagné d’Arch Enemy, Sodom et Vader. Et ce soir, avec Aborted en guise d’apéritif, on ne peut que s’attendre à un moment de violence pure lors de cette nuit à guichets fermés.

C’est une longue histoire d’amour entre les Belges d’Aborted et la France, alors quand on apprend que le groupe ouvre la soirée on ne peut être que ravi. Toutefois on l’est un peu moins lorsqu’on apprend que le groupe ne jouera que vingt-cinq petites minutes ! On connait néanmoins l’intensité en live du groupe (ses performances font partie des plus violentes de la scène), du coup c’est l’occasion pour la seule formation francophone de la soirée de nous plonger dans son univers plus qu’agressif. Pas de temps à perdre, les Belges arrivent sur scène un peu avant 18H sous l’ovation des fans. Et c’est un show aux lumières épileptiques que propose Aborted dans une intensité folle.

Lire la suite…



Galerie Photos   

Ghost @ Olympia, Paris, France – 11/04/2017




Interview   

La bipolarité d’Headcharger


Le changement de cap stylistique dans un groupe n’est jamais chose aisée, comme ont pu le prouver de nombreux cas dans ces dernières années, notamment In Flames avec qui nous évoquions le sujet récemment. Pour les Caennais d’Headcharger, le changement fut progressif mais de taille, passant d’un style proche du hardcore à ses débuts, à un rock stoner à la hargne enjouée et communicative. Pour autant, le groupe n’en est pas moins authentique, et garde cette énergie core qui leur tient tant à cœur.

Nous discutons de cela, entre deux laïus sur le processus d’écriture, ainsi que du thème principal du nouvel album, Hexagram, à savoir la dualité de l’être humain et des relations sociales. Un album dont le chanteur Sébastien Pierre et le bassiste Romain Neveu ne sont pas peu fiers.

Lire l’interview…



  • Arrow
    Arrow
    Ghost @ Paris
    Slider
  • 1/3