ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Le Blog Du Doc   

12 ans pour un exemple


Les fous dangereux qui bossent au quotidien avec le fou dangereux que je suis connaissent mieux que quiconque la chanson : j’ai une (forte) tendance à écouter toute la journée le même titre quand ce dernier me plaît. Ma réputation n’est plus à faire sur ce point et c’est complètement assumé qui plus est : pour que je lâche une musique que j’apprécie il faut que j’en vienne au stade où elle me lasse pour (enfin) passer à autre chose. En ce moment j’écoute à fond Fair To Midland et cette chanson incroyable qu’est « Dance Of The Manatee ». Une écoute qui m’a d’ailleurs inspiré une petite réflexion que je vous fais partager ici.

J’ai entendu pour la première fois le nom Fair To Midland cette année ou en 2009, je ne sais plus très bien. Le hit ci-dessous passe régulièrement sur les ondes de Radio Metal et son écoute m’a donné envie d’approfondir la connaissance du groupe. Et quelle n’a pas été ma surprise de découvrir que cette formation existe depuis 12 ans (!) et qu’elle en est déjà à son troisième (!) album.

Le but du présent blog n’est pas vraiment de mettre en avant Fair To Midland mais de s’intéresser à un point essentiel évoqué ci-dessus : à savoir la durée que représentent « 12 ans ».

12 ans de travail, 12 ans d’investissement, 12 ans d’anonymat (pour moi) avant que j’entende POUR LA PREMIÈRE FOIS parler de ce très bon groupe qu’est Fair To Midland. Et ça me fait dire que, décidément, la vie des artistes se rapproche par bien des aspects de la manière de fonctionner de Radio Metal et de toutes les structures en développement.

12 ans c’est très long et seuls de vrais passionnés peuvent accepter d’être aussi patients pour tenir leur projet et le développer avec cet objectif un peu fou, et toujours vivace malgré les épreuves, qu’est le fait d’atteindre un stade de notoriété convenable. 12 ans… ça me rappelait par exemple les nombreuses années qu’il a fallu à l’équipe du Hellfest avant de pouvoir se salarier. Ca me rappelle aussi tous les sacrifices qu’on doit faire au sein de la radio pour que vous puissiez nous suivre au quotidien et toutes les concessions, sur bien des choses, que nous devons tous, au sein du staff, effectuer pour que ce projet Radio Metal puisse vivre. 12 ans c’est presque l’âge de VS Webzine aussi, le site internet de metal français le plus suivi par le public. Mais justement, dans mes réflexions je me dis que c’est fort dommage que ceux qui font tenir le site metal qui fait le plus de buzz en France ne soient pas (vraiment) rémunérés de cette activité.

Dommage pour eux, comme pour nous tous d’ailleurs. Je vais vous expliquer pourquoi.

Les rédactions des sites de metal web français de référence – si elles avaient une envie réelle de professionnalisation, ce qui n’est pas (encore) le cas – en tant que pionnier sur le metal web en France pourraient largement, au jour d’aujourd’hui, vivre de cette activité. Or ce n’est pas le désir premier de ses créateurs. Et c’est bête, très bête même, car ça tirerait vraiment le metal vers le haut si les médias metal web français avaient les moyens de se développer et de payer ceux qui y travaillent d’arrache-pied. En plus certains de ces sites ont tout pour réussir : l’assise éditoriale, le relationnel fort avec les acteurs du métier ainsi qu’un public réel et fidèle.

Un style musical comme le nôtre a besoin de locomotives. VS en est une comme Metalorgie, French Metal ou Spirit Of Metal le sont également. Je pense qu’en 3 ans et demi d’existence, Radio Metal a déjà fait beaucoup, pour ne pas dire énormément, pour son propre développement comme pour la scène metal en règle générale. Mais le problème c’est que la non-professionnalisation économique des médias web les plus connus a pour conséquence, en toute logique, qu’il nous faut à tous beaucoup de temps pour nous développer.

Exactement comme Fair To Midland et les artistes.

Quand je discute avec des labels et que ces derniers me disent que sur les sites web les bannières valent 40 euros par mois et qu’en comparaison nous à RM on est plus chers, je trouve ça assez effrayant parce que là-dessus ce ne sont pas les prix de Radio Metal qui sont élevés – nous avons avec la webradio et le site d’information un produit extrêmement attrayant en termes éditorial (ligne de conduite alternative…), en termes de cible touchée (+1 500 nouveaux fans chaque mois sur Facebook grâce à notre contenu…) et en termes économiques (média du web 2.0 lié aux nouvelles technologies…) donc nos services ont des prix qui correspondent à la capacité actuelle de séduction de notre média – mais bel et bien les prix des autres acteurs du web (tous plus anciens que nous) qui ne correspondent pas à la réalité économique du metal sur le web en France qui « vaut » beaucoup plus. Résultat : le « marché » publicitaire du metal sur le web est sinistré et les structures se battent donc au quotidien pour s’en sortir et se développer.

Comme toute activité, celle de Radio Metal dépend aussi du contexte dans laquelle elle évolue et si le web français avait d’autres démarches à vocation professionnelle comme la nôtre, je peux vous garantir que le metal finirait par être représenté sur des supports type radio ou TV avec des prises de décisions assurées, au sein même de ces structures, par des passionnés de metal.

Or comme le style est constamment nivelé par le bas sur le web – souvent sur le volet éditorial (les médias web français font des choses assez similaires, à savoir relayer des dépêches) et continuellement en termes économiques – les projets novateurs ne peuvent se faire leur place que progressivement. C’est aussi pour cette raison que ça me rassure de voir, avec l’exemple de Fair To Midland, que si vous n’avez pas la chance d’avoir une aide (financière) aux départ il vous faudra toujours du temps pour arriver à vos fins.

Et ce qui est bien avec Radio Metal c’est que nos fins à nous n’ont pas de fins…



Laisser un commentaire

  • J’ai lu plusieurs articles sur ce site qui décrivent <> du métal en France, comme dit Eöl, et c’est bien dommage.. J’suis triste de voir que le métal en France ne bouge pas, que personne n’arrive à le tirer vers le haut sans se retrouver face à une armée de.. De je ne sais quoi.. Mais bon, viendra peut-être un jour ou on la vaincra, cette « armée de je ne sais quoi ».. Bon courage à vous, chez RM, et puis nous les métalleux, on vous soutient.. 🙂

    [Reply]

  • Très sympa comme groupe, merci de la découverte

    Sinon, je pense que nombres de fans n’ont pas l’optimisme nécessaire pour « tirer » le métal vers le haut, ou veulent conserver cet aspect underground, malheureusement

    [Reply]

  • Terrible ce groupe,

    j’aime bien aussi « Tall Tales Taste Like Sour Grapes »

    J’attends avaec impatience le prochain skeud.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3