ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

7 Days Before : the D-day



C’est à la MJC O totem de Rillieux que 7 days before a choisi de poser ses amplis pour fêter la sortie de son album « Rip It, Burn It ». Pour l’occasion, le groupe fait les choses en grand en proposant une affiche alléchante et éclectique.

Les hostilités commencent avec Issue, trio d’alternative stoner, dans une salle loin d’être pleine. Quelques travaux conjugués à un GPS capricieux auront eu raison de ma ponctualité. Les derniers instants du set montrent un groupe qui a du mal à s’approprier une scène vaste, mais le bon son laisse apparaitre de la qualité musicale qu’il faudra confirmer avec plus d’expérience scénique.

Artistes : Phonetic Order7 Days BeforeTroïdes Priamus Hecuba – Issue
Lieu : Rillieux-La-Pape (France)
Salle : MJC O Totem
Date : 24 avril 2010
Public : 80 personnes


Mais que font encore les Troïdes en bas de l’affiche ?!

C’est ensuite aux lyonnais de Troïdes Priamus Hecuba de monter sur les planches. Le groupe, qui a intégré un nouveau batteur, débute pied au plancher avec un son puissant mais clair, permettant d’apprécier les subtilités de leurs compos. La complicité entre les deux chanteurs guitaristes est palpable. Le groupe est très bien rodé et montre une aisance et une bonne humeur communicative. Miguelito est très en forme et semble possédé quand il s’empare du micro, ses interventions évoquant même par moments un Daron Malakian (System Of A Down) des premières heures. La section rythmique est très en place et assure un concert dynamique. Tom n’est pas en reste et insuffle une énergie énorme à ce début de set. Malheureusement, un problème électrique, privant le groupe de ses guitares, vient ternir la prestation, bien que les musiciens prennent la chose avec humour et en profitent pour parler avec la cinquantaine de personnes qui a fait le déplacement. Le show reprend rapidement avec le fameux « message de paix » un ton en dessous, mais le final « skyzonoia » /  « wock n woll » relève la barre. Au final, un set de qualité.

Setlist :
boulot, boulot
alchimiste
fuck le pipole
le tout et le rien
t ki?
pourquoi tu mens?
message de paix
skyzonoia
wock n woll

[/urlb]


7 Days Before

C’est avec la lourde tâche de devoir leur succéder qu’arrive 7 days before. La salle s’est remplie et ce sont près de 80 personnes, toutes acquises à la cause, qui s’apprêtent à encaisser une déferlante de powercore. Une mise en scène étudiée, une petite intro dans une salle assombrie, et la locomotive démarre à toute vapeur. Le son est toujours aussi bon même si le chant de Mark aurait mérité d’être mis plus en avant. Le début de set est un peu fébrile, mais la bonne ambiance sur et devant la scène met vite à l’aise les quatre compères qui enchaînent les titres coup de poing pour un public qui n’attendait que ça. Le plaisir est bien présent dans la salle, mais encore une fois, quelques détails viennent ternir un peu la fête. Tout d’abord la batterie qui montre quelques signes de faiblesse avec un problème de micro de caisse claire récurrent qui conduira même à une interruption de quelques minutes. Cela n’altère pas la sérénité de Guillaume qui s’en sort avec les honneurs. L’enchaînement des titres est étonnant. Le groupe sort de scène en plein milieu de son set pour laisser place à un interlude introduisant la valse hardcore «Petrified», ce qui a pour effet de casser un peu l’ambiance et de susciter des interrogations devant une scène devenue vide l’espace d’un instant. Malgré tout, 7DB revient faire monter la température pour un final imparable qui finit de convaincre les plus sceptiques de la qualité du combo. Le spectre de Rage Against The Machine plane dans la salle et nul doute qu’avec quelques ajustements, de beaux jours s’annoncent pour le groupe.


DJ Panda !

Il n’y a pas que le hardcore dans la vie, il y a aussi le hip-hop et les pandas ! Les allumés de Phonetic Order sont là pour nous le rappeler. Un batteur, un guitariste – qui assurent tous deux le chant – et un DJ-panda envahissent la scène pour proposer un mélange étonnant. Loin d’une fusion comme le propose Limp bizkit, les Phonetic Order distinguent les genres et délaissent longuement leurs instruments pour empoigner les micros et se lancer dans un flow hip-hop. Mais quand les compères s’attaquent au rock, la puissance est bien là et un esprit furieusement punk investit leur musique. Le final centré sur leur répertoire le plus rock-metal met une bonne claque et ravit les amateurs du genre.
Une bien belle soirée pleine de bonne humeur et de talent. A ne pas rater lors des prochaines dates !




Laisser un commentaire

  • j’ai eu l’occasion d’avoir phonetic order en première partie d’enhancer et ils avait réussi a chauffer la salle avec un genre vraiment a part mais très entraînant j’ai entraperçu la prestation de troïdes au transbordeur avec UV hystery call tagada jones et co. et j’avoue que je n’ai pas vraiment eu le loisir d’apprécier leur prestations alors je me repencherais dessus ^^ ». groupe a suivre avec attention pour moi =).

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3