ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Admiral Sir Cloudesley Shovell – Check ’em Before You Wreck ’em


Admiral Sir Cloudesley Shovell, plus qu’un nom impossible (à retenir, écrire ou prononcer correctement), c’est des musiciens aux gueules et frusques d’un autre temps et une musique qui ne devrait même pas exister en cette décennie. En fait, dès leur premier album, il était impossible de dire que ce disque était sorti après 1970 (en 2012, pourtant !), se situant entre les premiers enregistrements de MC5, Blue Cheer ou Black Sabbath (voire Sir Lord Baltimore, pour les spécialistes) : un heavy rock pour bikers par des énergumènes gobant leur plaquette de LSD quotidienne. Pourtant, c’est bien en 2014 que ces Hibernatus sortent leur second opus Check ’em Before You Wreck ’em.

Et étant aussi confortablement ancré dans le passé, ce groupe n’allait pas faire un bond vers une plus grande modernité. Pour son premier méfait, l’Amiral exposait une musique qui vient de loin, à travers une disto permanente (même sur la voix), du fond du garage, où se jouent des jams sauvages, à la limite de l’aliénation mentale, comme dans la chanson « Don’t Hear It… Fear It » sur ce nouvel album, où, si rien ne semble contrôlé, la magie peut arriver par surprise, entre une batterie qu’on hésite à qualifier de géniale ou chaotique et une guitare aussi primaire (car jouée avec les tripes) qu’envoutante (car caressée avec feeling) et au milieu une basse qui les tient ensemble, entre rythmique folle et lourdeur des riffs.

Néanmoins une évolution se fait sentir : encore présente sur le single « Elementary Man », sorti précédemment en 45 tours, sur Check ’em…, la disto sur la voix est le premier accessoire porté disparu et l’on soupçonne le groupe d’avoir privilégié une production un peu plus propre, quoique toujours avec ce son « revival ». Ce qui n’empêche pas le reste d’être toujours du même tonneau. Ce rire en début de « Running From Home » entretient l’idée d’un enregistrement en conditions live par un groupe qui persiste dans l’art libre et heureux du bœuf musical. L’Amiral montre clairement son ambition avec un titre de chanson comme « Shake Your Head » (et son intro canine) : secouer les tête dans des ambiances toujours plus enfumées, comme sur un « Captain Merryweather » qui intègre parfaitement le psychédélisme à leur rock dans des montagnes russes tantôt planantes, tantôt sauvages. Mais l’aspect brut et direct qui faisait le charme de leur première œuvre se trouve quelque peu diluée sur ce nouvel album, même s’il devrait toujours satisfaire les chineurs de curiosités oubliées venues du passé.

Ci-dessous le clip de « Elementary Man » :

)

Album Check ’em Before You Wreck ’em, sortie le 31 mars 2014 chez Rise Above Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3