ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Blow Up Your Video   

Airbourne : hard rock fair-play


Il y a deux écoles concernant le cas d’Airbourne. La première affirme : « qu’est-ce que j’en ai à carrer d’Airbourne ? Ils ne font jamais que ce que font AC/DC depuis presque quarante ans. Allez, repasse-moi un bon coup de Thunderstruck ! » L’autre école affirme à peu près la même chose, à un poil près : « Ouais, Airbourne, c’est les nouveaux AC/DC. Rien de nouveau dans tout ça. Mais au moins, c’est du bon, ils ne peuvent pas se tromper. »

Ces deux écoles se toisent, accoudées au bar, bien sûr, une pinte de bière à la main mais n’iront jamais jusqu’à dire qu’Angus Young pourra mourir tranquille (faut pas déconner avec Angus), la relève étant assurée. Il ne s’agit pas de remplacer les anciens. Et il ne s’agit pas non plus de concurrence entre les deux groupes. Qui peut concurrencer AC/DC, nom de Zeus ? Par contre, il y a comparaison : deux groupes de hard rock australiens faisant relativement la même sauce. Et quelle sauce !

Avec la sortie du nouveau clip d’Airbourne illustrant le titre « Bottom Of The Well », voilà l’occasion d’analyser, à travers certaines des vidéos du groupe, ce traditionalisme qui divise ou qui coalise.

Tout d’abord rangeons de côté cette histoire de comparaison à AC/DC avec une citation de Joel O’Keefe (brailleur et guitariste d’Airbourne) : « être comparé au meilleur groupe de rock and roll du business, qui se porte toujours aussi bien aujourd’hui […], il n’y a pas plus grand compliment. Je pourrais vous faire la liste d’un millier de groupes auxquels je ne voudrais pas être comparé. […] Quand vous êtes comparés à un groupe comme AC/DC […] vous ne pouvez pas être en train de faire quoi que ce soit de mauvais. »

En effet, comme AC/DC, et en seulement deux albums, Airbourne est une usine à tubes, une vraie fabrique d’hymnes bien rock and roll et ceci a déjà été parfaitement mis en image dans la seule poignée de clips que le groupe a pu nous offrir au cours de ces deux dernières années. Dès les premières bandes, dans le clip de « Runnin’ Wild » (2008), ils nous offraient l’image du groupe de hard rock qui fout en l’air les conventions, qui met le pied au plancher (avec l’appui du bien moins conventionnel Lemmy au volant) et se barre dans un déluge de décibels balancés à la tronche des flics qui les pourchassent sur la freeway.

Avec les deux seuls paragraphes qui commencent là, on pourrait classer cet article dans la catégorie Girls, Girls, Girls. Évidemment, Airbourne chante la femme. Bon, il ne chante pas sa beauté ou sa grandeur d’âme. Airbourne fait du rock et crie son goût pour les femmes peu vêtues, aimant la compagnie (et souvent plus) des membres agités et échevelés du groupe. Le clip de « Diamond In The Rough » proposait à nos regards grivois la présence d’une créature aussi mystérieuse que profondément érotique dans un noir et blanc classieux étant plus censé mettre en valeur ses courbes captivantes que les tronches de pilier de bar des zicos.


Mais le clip de « Blonde, Bad and Beautiful » nous offrait encore bien plus de nous envoyer en l’air dans cette fiesta aérienne dans laquelle les gars d’Airbourne se retrouvent coincés (les pauvres !) en compagnie de ce qu’on peut considérer comme la plus fantasmogène des réunions : des blondes peu vêtues, des blondes « poitrinaires » et des blondes qui n’hésitent pas à enlever le peu qu’elles portent. Et tout ce petit monde qui ne demande qu’à s’éclater, à se frotter les uns contre les autres et n’ayant guère besoin de faire couler l’alcool pour se désinhiber.

Jusque-là, Airbourne nous a déjà démontré tout le traditionalisme de leur « art » : on pousse la musique à fond, on est rebelle (et on le prouve encore dans le clip de « No Way But the Hard Way » où la démolition des locaux d’une grosse major est l’occasion de démontrer que le rock n’est pas à vendre avec eux), on est là pour s’éclater et surtout pas sans quelques bouteilles et quelques copines. Traditionalisme qui est parfois mal vu ( surtout quand on n’aime que l’avant-garde électro-dark-symphonique), mais a au moins le mérite d’être bien fait et d’assurer l’ambiance.


Une chose restait encore à faire pour ces fiers représentants du « bon hard rock » : montrer qu’ils font avant tout une musique par des gars issus du peuple et pour le peuple car le hard rock est avant tout une musique populaire. Mission accomplie avec le clip de « Bottom Of The Well », dévoilé hier. Mis à part certains dehors virils avec cette histoire de boxeurs, mis à part encore cette nouvelle présence féminine, blonde et pectoralement captivante, le clip nous parle de la victoire de l’humble.

S’y trouvent opposés le sportif qui a toute une équipe de préparateurs, d’entraineurs et de coachs en tout genre, bénéficiant de structures d’entrainement grand luxe et le type qui se prépare à la dure avec les moyens du bord. Ce dernier est le prolo de base : il dort sur un lit de camp, s’entraîne dans son garage, n’a pour tout matériel de préparation que ce qu’il a sous la main. C’est le système D du sport de haut niveau. Ajoutons à cela que le type est probablement divorcé et vous avez un monsieur Tout-le-monde qui va devenir champion du monde poids lourd.

Est-ce l’avenir d’Airbourne ? Un groupe qui n’a d’autre prétention que de ne faire que ce qu’il sait faire de mieux et que ce qu’il aime, un outsider brillant comme ce loser magnifique qu’est le personnage de ce clip. Mais rappelons-nous qu’il n’y a pas de compétition pour Airbourne. En musique comme dans le beau sport, Airbourne ne prévoit que de jouer fair-play.



Laisser un commentaire

  • Oui moi aussi je les adore cette filiation avec AC/DC me convient parfaitement et je ressens comme toi louve ca fait la jonction entre les deux groupes Il sont une peche une generosité extraordinaire ca fait mon quatrieme concert cette année avec eux et je retourne a strasbourg lol je suis excité comme un gamin Longue à Jo et à sa bande c ‘est trop bonnnnnnnnnnnnnnnn

    [Reply]

  • Je fais définitivement partie de la seconde catégorie !
    Longue vie à ses ptits gars et à leur musique qui nous permettent de patienter avec bonheur jusqu’à la sortie du prochain album d’AC/DC… 😉

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Valley - Jour 3
    Slider
  • 1/3