ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Alcest – Kodama


Alcest - KodamaNeige œuvre souvent par un subtil jeu des oppositions et des contraires. S’il a créé l’univers d’Alcest autour d’un contraste saisissant entre une voix black et des arrangements shoegaze, il construit également chaque nouvel album en réaction au précédent. Pour le plaisir d’un certain nombre de ses fans qui prêchent, comme souvent chez les inconditionnels de la première heure d’un groupe, pour un retour aux sources, le voici revenir avec ce Kodama en forme d’écho (Kodama signifie « esprit de l’arbre » ou « écho » en japonais) au lunaire et sombre Ecailles De Lune (2010) Ainsi, il signe le retour de la sacro-sainte voix black très viscérale, caractéristique de cet ancien pratiquant du genre, et à des compositions plus dynamiques que celles de l’aérien Shelter ou plus inquiétantes que l‘écriture printanière de Les Voyages De l’Âme.

D’intensité retrouvée, il va immédiatement être question, dès les premières minutes du titre éponyme, introduction plein d’à propos de ce voyage en six longues étapes. On y retrouve une accroche, peu entrevue sur Shelter, mais qui était pleinement développée sur Les Voyages De l’Âme et son titre phare « Autre Temps ». Oui, Neige compose des titres complexes, aux multiples couches, mais sait aussi y faire pour créer des refrains et des riffs mémorisables, ce qui est tout à fait le cas d’entrée, ici. Si spiritualité et connexion avec le monde de la nature sont toujours les maître-mots de son univers, on est loin de la divagation sans repère, surtout lorsque ce fameux chant guttural profond refait son apparition (« Eclosion », « Je Suis d’Ailleurs »), comme pour baliser le pèlerinage dans un monde inspiré par le Japon et le Princesse Mononoké de Myasaki.

Neige et Winterhalter ont cette fois-ci encore un peu plus enrichi le contenu musical d’Alcest pour le rendre plus attractif pour les mélomanes et les autres : outre les fortes inspirations japonaises ressenties sur « Kodama » et « Eclosion », on peut déceler un véritable effort quant à la variété intérieure des titres. Sur une transition de « Je Suis d’Ailleurs », Neige ajoute de nombreuses notes, comme autant de couches additionnelles, avant une explosion phénoménale d’intensité qu’on avait peu connu chez Alcest ; ailleurs, Winterhalter introduit à la batterie des éléments novateurs, comme ces breaks et roulements en plein couplet d’un « Eclosion » ou cette inspiration cherchée chez The Cure sur le même titre. « Untouched » premier morceau écrit pour l’album est lui dans la verve lumineuse de Shelter, articulation logique et chronologique avec celui-ci, en plein contraste avec le très costaud et rythmé « Oiseaux De Proie », bien plus metal et acéré que la moyenne des productions d’Alcest ces dernières années. « Onyx », qui achève cet effort qui aurait pu contenir un titre de plus qui sera finalement sur la version bonus de l’album, est la Tarte Tatin de l’opus : son thème est en fait le premier riff de « Je Suis d’Ailleurs », retourné et ralenti, pour former une nouvelle douceur, aérienne et étrange, expérimentale comme le sont les derniers titres de Souvenirs d’un Autre Monde ou, encore une fois, d’Ecailles De Lune.

Si l’ombre des Smashing Pumpkins plane tout au long de l’album, que Tool fait désormais son apparition au rang des références depuis que Neige a découvert le groupe il y a trois ans seulement (l’intermède de basse de « Kodama »), le monde musical très personnel du bonhomme prédomine tout du long. Avec une production sans artifice, un son très organique, inspiré par les œuvres de Dinosaur Jr. comme il nous l’a récemment confié, voici un album à la fois noir et vivant, évoluant sans discontinuer entre ténèbres et lumière, au sein de compositions épiques jalonnées de petites délicatesses, ici et là, qui font croustiller l’écoute d’un album court mais intense. Neige a réussi le pari de mêler son habituelle abstraction enchanteresse à de solides titres efficaces aux attributs plus musclés que d’ordinaire. Son blackgaze fait mouche et rappelle que, bien avant Deafheaven, il y a eu Alcest…

Chanson « Kodama » en écoute :

Chanson « Je Suis D’Ailleurs » en écoute :

Chanson « Oiseaux De Proie » en écoute :

Album Kodama, sortie le 30 septembre 2016 via Prophecy Productions. Disponible à l’achat ici.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3