ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Alestorm fait ramer Paris


Le dernier passage parisien d’Alestorm était au Divan du Monde. Depuis, le groupe a fait déborder les tentes du Hellfest et a rempli les salles. Même si la qualité de son dernier album No Grave But The Sea est discutable, le groupe effectue une tournée quasi complète partout où il passe. En France, ce fut par exemple le cas à Toulouse, Rennes, Rouen, Lyon et Paris. Un peu de piraterie n’a jamais fait de mal et les concerts d’Alestorm étant réputés pour être joyeux et arrosés de bière, nous étions obligés de faire partie de cette joyeuse fête donné à l’Élysée Montmartre. Et pour accompagner cette belle tournée européenne d’Alestorm, les groupes Æther Realm et Troldhaugen avaient été désignés pour ouvrir le spectacle.

L’heure est donc venue de sortir vos épées en plastique et tricornes, ainsi que vos plus beaux habits de pirates, car comme dit le proverbe « fait ce que tu veux car un pirate est libre, tu es un pirate ! ».

Artistes : AlestormTroldhaugenÆther Realm
Date : 21 octobre 2017
Salle : Élysée Montmartre
Ville : Paris [75]

Æther Realm

Quelques rares personnes présentes dans la salle ont avant tout fait le déplacement pour voir trente minutes d’Æther Realm. Un groupe rare qui est pourtant plein de qualité. Son esprit détonne beaucoup en comparaison des deux autres groupes de la soirée, comme on le verra ci-dessous. Lors de ce set Cristopher Bowes, chanteur de Alestorm, débarquera sur scène habillé en belle tranche de Bacon. Un joli clin d’œil car le frontman a participé à un morceau sur le dernier album d’Æther Realm. Mais l’absurde n’est pas non plus si éloigné du groupe car lorsque l’on regarde ses différents morceaux sur internet, ils se finissent tous par un petit clip avec un montage idiot très absurde.

Il s’agit là d’un death mélodique de grande qualité avec de belles lumières. Néanmoins, le son ne rend pas forcément honneur aux albums studios. Le public semble en tout cas assez réceptif, même si le groupe ne semble pas faire l’unanimité lorsque l’on entend des phrases comme : « Ah, il crie ? C’est de la musique de sauvage ! » Phrases venant souvent de ceux que l’on retrouvera trempés de sueur à enchaîner les slams et ne pouvant plus marcher un pas devant l’autre… Le growl et la musique death étant rares ce soir, merci à Alestorm de les avoir amenés dans nos contrées pour diversifier l’affiche.

Setlist Æther Realm :

The Magician
Tarot
Death
Swamp Witch
King Of Cups
The Chariot
The Sun, The Moon, The Star

Troldhaugen

Difficile de décrire ce qui va suivre. Ce que Troldhaugen propose est tellement à part que lorsque le concert démarre, tout le monde se regarde, surpris, choqué, ne sachant pas vraiment quelle réaction avoir ! Devant nous, un chanteur moulé dans du faux cuir, portant un sac banane, se tortille dans tous les sens. Se mouvant tel un hippopotame, il tire la langue, hurle, parle et joue au final un véritable rôle devant son public. Côté son, on peut noter un hybride entre du metal industriel et de la musique avant-gardiste, avec des rythmes qui changent régulièrement et une incompréhension qui gagne rapidement le public.

Si le groupe est doué, son univers est absurde avec de grandes lunettes de soleil fluos pour le batteur et des collants pour les musiciens sur les côtés. Si le batteur et le chanteur sont concernés, les autres musiciens ne sourient pas. Très difficile par conséquent de cerner où le groupe veut en venir car, sur le plan visuel, il rebute plus qu’il n’attire. Cependant, certains se prendront au jeu et hocheront la tête en rythme après un petit temps d’adaptation. Ce qui est certain, c’est que Troldhaugen dégage une personnalité à part.

Setlist Troldhaugen :

I Ordered A Taxi Driver Not A Taxidermy
CRISPr Me Baby (One More Time)
BMX Terminator
Poultrytician
iMambo Mambo! (?Binko Banko?)
It’s Morphine Time
Jaw Drop
Genome In A Bottle
Viva Loa Vegas

Alestorm

Après cette expérience relativement unique, on revient à quelque chose de plus familier avec la tête d’affiche du soir. Alestorm est en train de devenir un des groupes cultes de la scène metal. Sous les cris du public, le groupe entre en scène. À partir de cet instant, l’audience est partie pour un concert à la setlist généreuse traversant une bonne partie de sa discographie, mais se concentrant tout de même surtout sur le dernier album No Grave But The Sea. Une ouverture sur « Keelhauled » et un enchaînement avec « Magnetic North » puis « 1741 (The Battle Of Cartagena) », « The Famous Ol’ Spiced » : des titres accrocheurs qui ont fait les beaux jours de la carrière d’Alestorm. Durant leur célèbre reprise du tube de Taio Cruz, « Hangover », un de leur équipier viendra même s’enfiler deux bouteilles de bières en même temps et chanter juste après les parties rap du morceau. Il est juste dommage que tout ce concert manque cruellement d’émotion. Plus grave, pour la plupart des membres sur scène, on ne sent aucune joie d’être là, ou si un sourire paraît, il semble faux. Pour une musique qui se veut communicative et festive, Alestorm donne parfois l’impression d’être une marionnette qu’on agite devant un public bien trop heureux pour remarquer quelque chose. Est-ce la faute de cette tournée trop éreintante ? Même l’aspect absurde semble aller trop loin, comme lorsque Bowes chantera en aboyant comme un chien, toujours sans conviction. C’est comme si on ne sentait pas le groupe concerné par ce qu’il se passe.

Alestorm

Mais visuellement l’ambiance est là avec des spectateurs déguisés en pirates qui font couler la bière sur le beau parquet de la salle. Sans oublier un canard en plastique géant sur scène. On rajoute à cela les nombreux ballons que le public fera circuler dans la salle pour souligner cet aspect ludique. Et durant le morceau « Nancy The Tavern Wench », tout le public s’assoit au sol pour ramer. Impressionnant. Le concert se termine sur d’excellents titres, tels que « Drink » et « Wenches & Mead ». Les fans de la première heure, cependant, regretteront probablement que tout cela se termine sur le graveleux « Fucked With An Anchor », un thème de la piraterie tourné en dérision par un groupe devenant une parodie de lui-même. Et bien que la setlist proposée fut fournie pour contenter tout le monde, on regrette tout de même que l’aspect absurde ait pris le dessus. Mais le but est que le public soit content, et ce fut clairement le cas lors de ce concert d’Alestorm où l’audience semble avoir passé un merveilleux moment à sauter, chanter et ramer.

Alestorm

Setlist Alestorm :

Keelhauled
Alestorm
Magnetic North
Mexico
The Famous Ol’ Spiced
The Sunk’n Norwegian
No Grave But The Sea
Nancy The Tavern Wench
Rumpelkombo
1741 (The Battle Of Cartagena)
Hangover (reprise de Taio Cruz)
Pegleg
Potion
Bar ünd Imbiss
Captain Morgan’s Revenge
Shipwrecked
Drink
Wenches & Mead
Fucked With An Anchor

Report et photos : Matthis Van der meulen



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Pogo Car Crash Control @ Chaville
    Slider
  • 1/3