ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Alter Bridge – Pawns & Kings


« Dans toute histoire d’outsider, des débuts ordinaires aboutissent à une conclusion extraordinaire. » Alter Bridge a le don de la présentation thématique pour évoquer sa propre existence en lien avec le sujet de sa dernière production Pawns & Kings. « Des pions qui deviennent des rois » en somme. Difficile d’aller contre l’historique du groupe emmené par Myles Kennedy et Mark Tremonti cependant. Depuis leurs débuts en 2004 avec One Day Remains, Alter Bridge n’a cessé de gravir les échelons jusqu’à enchaîner les succès critiques et commerciaux. Comme tant d’autres formations, le cycle promotionnel de Walk The Sky (2019) a été interrompu par la pandémie. Myles et Mark en ont chacun profité pour s’échapper en solo, avant d’entamer le processus d’écriture de Pawns & Kings avec une motivation renouvelée. Alter Bridge n’a pas d’autre ambition que de faire de Pawns & Kings un album « jalon », l’un de ceux qui marquent durablement le parcours musical d’un auditeur. Pawns & Kings a bel et bien des envies de monarque et pourrait pratiquement porter la couronne sans broncher.

Alter Bridge n’a pas changé de visage : Myles Kennedy et Mark Tremonti sont les principaux compositeurs, complétés par les apports du bassiste Brian Marshal et du batteur Scott Phillips. Le groupe a de nouveau sollicité les services du producteur de longue date Michael « Elvis » Baskette (Slash, Sevendust, Mammoth WVH) situé en Floride. Myles et Mark ont construit les premières ébauches de composition avant de les confronter au reste du groupe, le tout pour un enregistrement réalisé en moins de six semaines. Pawns & Kings reprend là où Walk The Sky nous avait laissés, mais avec un sens de l’arrangement plus brut : exit les touches de synthé ou symphoniques. Le riffing grandiloquent de « This Is War » a le mérite d’introduire avec intention l’opus. À nouveau, on reconnaît l’amour de Mark Tremonti pour les sons de guitare massifs où la puissance n’a d’égal que la précision cristalline des arpèges. Le chant de Myles Kennedy et son aisance dans les registres aigus ainsi que la dextérité de Mark sont à nouveau les piliers d’Alter Bridge, quitte à reléguer la section rythmique à des fonctions plus génériques. « Dead Among The Living » en revient à un heavy rock moins grandiloquent où le riffing groovy de Mark Tremonti laisse très vite place à des power-chords qui placent Myles sur un piédestal. Le rock made in USA comme on n’en fait (presque) plus.

Si le groupe prétend que ses productions essaient toujours d’éviter l’attendu, Pawns & Kings ne surprend pas vraiment quant à son contenu. Il respecte néanmoins la force principale d’Alter Bridge et son principal atout : tout faire avec les curseurs à fond. S’il s’agit de marteler l’auditeur avec un riff tout en souplesse, « Sin After Sin » est le candidat adéquat. S’il faut accompagner un road-trip en pick-up aux prémices de l’automne, la fausse ballade « Stay » (sur laquelle Mark Tremonti prend le micro) s’impose naturellement, avec le souci de « surdoser » son final. Parfois, derrière une formule exécutée à la perfection qui amalgame étrangement monotonie et plaisir non dissimulé, Alter Bridge rappelle que ses musiciens sont parmi les plus talentueux de la scène rock contemporaine. « Holiday » témoigne de la capacité de Myles Kennedy à faire vivre des phrasés extrêmement souples sans jamais perdre en dynamique. Quant à Tremonti, Pawns & Kings semble être une cour de récréation à l’aire gigantesque. Si le guitariste ne résiste jamais à enchaîner à un moment ou un autre des riffs bodybuildés, il n’hésite pas non plus à tordre ses sonorités pour quelques idées d’arrangement qui empêchent un déroulé trop convenu, à l’image de « Season Of Promise » ou du tricot de « Last Man Standing ». Alter Bridge va jusqu’à se détourner largement du format radio, avec pour point d’orgue « Fable Of The Silent Son » et ses près de huit minutes trente de fresque épique et quasi progressive. La conclusion « Pawns & Kings », et ses couplets à la guitare exubérante, est un condensé de cette « science de l’excès » extrêmement addictive. Même lorsqu’il s’amuse avec des changements de structure abrupts, Alter Bridge en revient à l’essentiel : la décharge de glucose.

Pawns & Kings n’a peut-être pas totalement l’étoffe d’un roi, il peut aisément rassembler quelques nobles à sa cause. Sans aller jusqu’aux sphères d’une ascension prophétique qui forme le thème de Pawns & Kings, Alter Bridge n’a de cesse de se bonifier avec le temps, quitte à accuser parfois quelques excès de gonflette. Pawns & Kings est aussi généreux qu’aisé à parcourir. Quant à savoir s’il « va marquer l’existence » d’un auditeur si l’on reprend les désirs de Myles, il faut attendre la fin du règne pour le dire.

Clip vidéo de la nouvelle chanson « Sin After Sin » :

Clip vidéo de la nouvelle chanson « Silver Tongue » :

Clip vidéo de la chanson « Pawns & Kings » :

Album Pawns & Kings, sortie le 14 octobre 2022 via Napalm Records. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Arch Enemy @ Lyon
    Slider
  • 1/3