ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

AMORPHIS A LA LOCOMOTIVE DE PARIS



Artistes : AmorphisBefore The Dawn Amoral
Salle : La Locomotive (petite salle)
Date : 14-10-2009

Il ne fallait pas arriver en retard ce soir. Il fallait même arriver en avance car malgré l’heure de début annoncée, 19h30, à 19h15 Amoral a déjà entamé son set. Devant un parterre de fans encore clairsemé. Le groupe enchaîne ses morceaux lors d’une prestation manquant de mordant. Ils proposent un heavy qui ne révolutionne pas le genre d’autant que le chanteur a une voix quelque peu éraillée. En guise d’effet scénique, les finlandais ont positionné un ventilateur qui garantit un rendu « cheveux au vent » qui n’est pas du meilleur effet. Un peu ringard tout de même…A noter que le groupe a déjà trois albums dans sa besace et que les absents n’ont qu’à aller les écouter pour se faire leur idée !


Amoral

Before The Dawn poursuit la soirée avec une prestation plus consistante. Ils ont deux voix : une death/black assurée par Tuomas, guitariste chauve au look imposant avec ses piercing, et une voix claire plus mélodique assurée par le bassiste, Lars. Ce dernier assurant aussi la présentation des chansons. Dommage que la voix de Lars soit un peu lassante. Before The Dawn, eux aussi, ne sont pas des débutants et ont cinq CDs à leur actif. Musicalement, c’est en place. On pense à Eternal Tears Of Sorrow et c’est plutôt bien fait.

Juho, second guitariste, enchaîne hélicoptère sur hélicoptère et c’est bien là les seuls mouvements qu’il puisse faire dans l’espace que le matériel de la tête d’affiche leur laisse. La salle est maintenant plus remplie et sur « The Black », le public répond aux invitations de Juhoet et réagit plutôt bien. Le set se termine sur « The Dead Song » et c’est après sept titres que Before The Dawn quitte la scène emportant avec eux leur pied de micro gothico-industriel. Sans révolutionner le genre, BTD apporte indéniablement sa touche au death mélodique et, chose à signaler, avait des fans ce soir. Normal me direz-vous.



Before The Dawn

Arrêtons-nous un instant sur la petite salle de la Loco. Elle reste bien petite et ce soir, elle n’offrait pas le meilleur son qui soit. La taille de la scène limite évidemment les possibilités. Certes, c’est une structure qui permet de faire des concerts mais les groupes doivent vraiment se surpasser pour proposer quelque chose qui ait impact fort…Ceci dit, l’affiche de ce soir n’a pas déplacé les foules et au moins Amorphis bénéficiera-t-il d’une petite salle pleine plutôt que d’une grande salle vide.


Amorphis – Tomi

Le public laisse éclater sa joie dès les premières notes de la bande d’intro annonciatrice du début du concert. Amorphis vient à Paris pour défendre son album Skyforger sorti cette année. La salle est bien remplie et les fans feront honneur à leur groupe. « SilverBride » entame les hostilités et son refrain épique rappelle qu’Amorphis n’est vraiment pas mauvais dans le métal enlevé. Le son est malheureusement un peu sourd et ne donnera pas à la musique toute l’emphase qu’elle mérite.

Tomi, ses longues tresses et son micro années cinquante, assure l’impact visuel du groupe. A la basse, Niclas ?uvrera aussi pour donner de la consistance au show d’Amorphis secondé par Tomi à la guitare. De toute façon, niveau visuel, le clavier reste coincé derrière son instrument et le batteur est masqué par les autres membres de groupe qui se tiennent devant la scène…


Amorphis – Esa

Amorphis enchaîne ses morceaux, bien exécutés, devant un public acquis à sa cause. Mais peut-être qu’un petit grain de folie aurait permis de faire décoller la soirée. Une proximité, un contact plus marqués avec le public auraient par exemple été les bienvenus. C’est aussi un atout d’une salle de cette taille que d’être face à face avec son public. Dommage que cela n’ait pas été exploité.

« The Smoke » et ses grosses voix est un beau moment. « Black Winter Day » rappelle les débuts plus marqués death mélodique du groupe. La set list puise dans différents albums. La formation laissant malgré tout le premier opus, The Karelian Isthmus, et Tuonela de côté. L’ensemble reste cohérent malgré les différentes époques explorées – en effet des titres de 1994 cotoient des morceaux de Silent Water – les différents styles, les multiples formations et les différents chanteurs. Skyforger est bien représenté mais ne monopolise judicieusement pas le concert.

Les rappels voient « Sign », « House Of Sleep » et « My Kantele » clôturer cette soirée qui restera tout de même en demi teinte.

Set-list Amorphis :

Silver Bride
Sampo
Toward & Against
Castaway
(smithereens) / The Smoke
Majestic Beast
Alone
Silent Waters
Against / Cares / On Rich And Poor / Against / Better
From The Heaven Of My Heart
Sky Is Mine
(MLM) Black Winter Day

Rappel:

Sign
House Of Sleep
My Kantele




Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Deftones @ Lyon
    Slider
  • 1/3