ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

ANATHEMA : ENTRETIEN AVEC VINCENT CAVANAGH




Radio Metal : Pour démarrer, une question que tu dois entendre tous les jours : beaucoup de personnes aimerait que tu clarifies la situattion actuelle avec votre label?

Vincent Cavanagh (chant) : Pour être honnête, il ne se passe pas grand chose en ce moment. Notre priorité est de finir l’album, et ensuite on parlera aux labels. Si on leur parlait maintenant ils ne s’intéresseraient qu’à nos anciens albums, donc ça limiterait le nombre de labels auxquels on pourrait s‘adresser. Mais si l’idée c’est de finir l’album en premier et qu’il est au final bien meilleur que ce qu’on a fait auparavant, alors là on pourra s’adresser à des labels bien meilleurs. Enfin c’est l’idée pour l’instant, on verra comment ça va se passer! (rires)

Est-ce que tu ressens le besoin de te détacher du monde du metal?

Me détacher? (rires) Tu veux dire comme avec une spatule entre moi et le monde du metal ?! Ou comme une pizza coincée à une putain de plaque de four?! (rires) Tu sais, j’écoute encore pas mal de trucs heavy avec des gros sons de guitare, mais ce n’est pas constamment du metal…enfin pas depuis mes dix-huit ans! Donc il m’est délicat de répondre…

Ce que je veux dire c’est que votre musique n’est plus vraiment du metal…

Pas depuis les dix dernières années, non.



(Vincent) : (Sur le téléchargement) « La différence avec des groupes comme Radiohead et Nine Inch Nails c’est qu’ils avaient déjà vendu des millions d’albums avant d’avoir cette idée là! Donc c’est très bien si vous êtes déjà financièrement stable dans la vie. Mais j’approuve le principe de cette manoeuvre. » »

Alors peut-être que vous pourriez attirer un plus grand public si…

(il coupe) Oui, je suis d’accord ! Mais pour ma part je pense qu’on pourra parler de l’importance du public une fois qu’on aura fait un album qui mérite un très grand public. Pour être honnête, je suis intensément critique de tout ce qu’on a fait auparavant. Une fois qu’on aura fait un album digne de la reconnaissance d’une foule plus grande on pourra en reparler… Et je pense qu’on est sur la bonne voie. Donc une fois que notre album sera terminé, on verra comment ça se passe!

Et que penses-tu de groupes comme Radiohead ou Nine Inch Nails qui ont décidé de distribuer leurs albums gratuitement sur Internet? Est-ce que vous envisageriez de faire la même chose?

La différence avec des groupes comme Radiohead et Nine Inch Nails c’est qu’ils avaient déjà vendu des millions d’albums avant d’avoir cette idée là! Donc c’est très bien si vous êtes déjà financièrement stable dans la vie. Mais j’approuve le principe de cette manoeuvre. En effet, nous l’avons fait avant Radiohead, même si ce n’était que quelques chansons. Je ne pense pas qu’on en ait les moyens à présent. Je ne sais pas, peut-être qu’on devrait. Mais dans le cas de groupes qui ont déjà une grande base de fans, ils savent automatiquement que quelques millions d’albums au moins vont partir dès les premières semaines d’apparition. Avec nous c’est pas comme ça; notre nombre de fans en ce moment est dans les milles, donc pas du tout PRES de ce nombre ! Ce n’est pas comparable. Il faudrait qu’on s’approche de ce grand nombre pour pouvoir avoir les moyens de faire un truc comme ça.

Crains-tu la disparition du format CD?

Non, parce que je pense que les gens auront toujours besoin d’avoir quelque chose de tactile dans les mains qu’ils pourront toucher et absorber. Tout n’est pas forcément en rapport avec les ordinateurs. Peut-être que dans 20 ou 50 ans on parlera de quelque chose de complètement différent, oui. Mais je crois encore en l’expérience tactile du vinyl ou du CD. On verra bien! Bien sûr, il est important d’adhérer aux évolutions du futur et de voir où il nous emmènera. Mais je pense que ça nous entraîne en tant qu’artiste à accepter un défi et de voir ça comme une opportunité. Tout l’assemblage intéractif du CD nous pousse à découvrir des aspects qu’on ne connaissait pas avant. Les possibilités sont infinies, tout est possible avec le format du CD. Donc, oui bien sûr.

Maintenant on va parler de vos albums qui sont en vente en ce moment. Premièrement, Hindsight, un album de reprises acoustiques. On dirait que c’est une évolution naturelle dans votre carrière puisque vous aviez déjà fait des reprises de vos propres chansons plusieurs fois sur scène. Cela montre votre envie d’enregistrer des versions alternatives de vos chansons…

En effet. Ça semblait être la chose la plus naturelle pour nous de faire cela à ce moment là. Après avoir rencontré Dave, le joueur de violoncelle, Danny, Dave et moi-même avons fait la tournée. Les chansons sonnaient excellentes avec le violoncelle, donc c’était vraiment une expérience magnifique et le timing était parfait pour nous. Quand on y repense, c’était la plus grande étape que notre groupe ait franchi, le plus grand défi et le plus grand pas en avant que nous ayons pris entre le dernier album et le prochain qui va sortir. Donc logiquement c’était le moment idéal pour se dire « Ok, pour l’instant on est là, on peut prendre la temps de voir ces chansons d’une facon différente et ensuite on avancera de nouveau ». Ça ne se reproduira pas.

Parlons du nouvel album maintenant. Il s’intitule Horizons, c’est bien ça?!

C’est possible. Nous nous réservons le droit de changer le titre à n’importe quel moment! (rires)

Le fait que vous avez choisi de l’appeler Horizons suscite une idée de liberté dans le titre. Est-ce que tu te sens plus libre maintenant par rapport à avant?

Oui, sans aucun doute, beaucoup plus libre. Plus libre de moi-même, des pièges que je me suis tendu, de l’emprise de contrôle que tout le monde veut avoir. Les doutes que j’avais de ma propre capacité et de la peur; enfin libre de toutes ces absurdités qui se sont enlevées de moi. Ça a prit à peu près une semaine et ça c’est produit l’année dernière. (rires)

Aussi, l’horizon est un endroit où l’on trouve des terres nouvelles. Est-ce que vous avez tentez des choses nouvelles sur cet album?

Oui, de nouveaux sons, de nouveaux types de riffs et une nouvelle approche à la musique. Ce que je veux dire c’est que ce n’est plus que de la guitare, il y a aussi beaucoup plus de piano. L’album est sans aucun doute plus ouvert. Je pense que d’une certaine façon, chaque chanson représente un petit monde, avec ses propres couleurs et sa propre manière. Elles sont toutes différentes pour moi et je trouve ça cool. Il n’y a pas de thème précis qui court le long de l’album. Ce n’est pas un album à concept. Les chansons sont toutes différentes les unes des autres.

Effectivement vous avez mis quelques chansons disponibles à télécharger sur votre site. Il semble que ces chansons ont un son beaucoup plus progressif. Est-ce que c’était une idée générale pour l’album?

Eh bien je ne suis pas sûr de comprendre ce que tu veux dire par là. Si tu veux dire qu’elles sont progressives dans le sens que notre musique a évolué, oui c’est le cas. Si tu demandes si nous, le groupe, on a évolué : oui c’est le cas aussi. On se force à faire des choses différentes et à essayer de nouveaux types de chansons, mais tout ceci nous vient naturellement. On le fait consciemment, mais c’est aussi quelque chose d’inconscient parce qu’on n’y pense plus autant et les idées viennent toutes seules. Mais elles sont toutes différentes.

Il paraît que Steven Wilson a été choisi pour faire le mixage de l’album. Est-ce que c’est toujours le cas?

C’est possible oui, mais c’est un homme qui a un emploi du temps très chargé. On aimerait qu’il prête l’oreille à ce qu’on fait pour voir s’il peut en tirer quelque chose. Si c’est le cas, c’est vraiment une question de timing. On verra bien s’il pourra le faire.

Et tu penses qu’il est la personne parfaite pour le faire?

Je ne pense pas qu’il y est de « personne parfaite » pour le faire, mais on verra. En fait, personne ne connait notre musique et les mixes qu’on aimerait faire aussi bien que nous. Cela dit, c’est toujours très intéréssant d’avoir les deux options. Donc ce que l’on dirait à quelqu’un comme Steven c’est « voici une première version de ce qu’on a fait, cette version comporte tel type d’effets etc. ». En fonction de ce qu’il en pense, il pourrait vouloir en faire sa propre version ou simplement copier ce qu’on a fait. Dans n’importe quel cas, on pourrait trouver un équilibre entre nos idées et voir ce qui en sort.

Le fait est que Porcupine Tree et Anathema sont des groupes qui appartiennent plutôt au rock alternatif et pourtant ces deux groupes sont toujours classifiés dans le metal. Penses-tu que quelqu’un comme Steven Wilson pourra mieux comprendre votre musique?

Je pense qu’il nous comprend parce qu’il écoute beaucoup de groupes en commun avec nous. Donc pour répondre à ta question, oui je pense que c’est probablement le cas. Bien évidemment, il nous connaît très bien mantenant grâce à la tournée qu’on vient de faire avec Porcupine Tree et parce qu’il a entendu nos demos de l’album. Donc il sait dans quelle direction nous allons et c’est ce qui rend les choses intéréssantes. Mais on verra parce que peut-être que ça ne se produira même pas. Comme j’ai dit avant, c’est un homme très pris.

Steven Wilson est d’ailleurs en train de finir son album solo avec de nombreux artistes en guest. Est-ce que vous en faite partie?

Non ! (rires)

Dommage! Vous avez fait une reprise surprenante de la chanson « Better Off Dead » du groupe Bad Religion, qui est une chanson très rapide, en ballade. Vous avez déjà pensé à faire le même genre de chose avec une de vos chansons de votre époque plus violente, comme Serenades ou Pentacost?

Eh bien oui, je pensais à certaines parties de ses albums mais je ne pense pas que ça en vaut la peine. Vu que c’est des anciens titres à nous, ce serait possible mais vu que Hindsight est un album qui est déjà un peu comme ça, je ne ressens pas le besoin de le refaire. Bien que ce soit une possibilité, je suis bien trop investi dans notre travail actuel pour penser à autre chose.

Est-ce que tu trouves que c’est un défi émotionnel de jouer des chansons comme « One Last Goodbye » de facon régulière sur scène?

Un défi? C’est marrant comme mot (rires). Si tu es défié émotionellement ça veut dire que tu ne peux pas ressentir quelque chose ou que tu n’arrives pas à exprimer quelque chose. Peut-être que c’est une expression qui a été perdue dans la traduction! Sans aucun doute ce n’est pas un défi.

Plus difficile alors?

Oui. Mais ce n’est pas une chanson que j’écoute, c’est une chanson que je fais tout simplement. C’est pareil pour la plupart de notre musique; on ne l’écoute pas forcément. Je sais à quoi elle ressemble et je ne ressens pas le besoin de l’écouter.

Qu’est-ce que tu penses de la déclaration « De la tristesse, survient la beauté ». Ces mots ont été écrits dans une critique de l’album Alternative 4 sur Internet.

Il y a de la beauté dans beaucoup de choses. Ce ne sont pas que les fleurs, les arbres et les jolis oiseaux. Bien sûr, il y a une beauté innée dans la tristesse et je pense que la beauté dans Alternative 4 est en complète adhérence avec ses chansons tristes. Elles ne comportent pas du tout de lumière. Elles savent exactement ce qu’elles sont, et ce qui est le plus beau pour moi c’est le fait de traverser quelque chose de si intensément sombre pour le transformer en quelque chose comme « Lost Control ». En toute honnêteté, cette chanson parle d’un moment très difficile dans la vie de Duncan. Il n’allait pas bien du tout à cette époque, et de pouvoir transférer ça dans cette chanson est quelque chose de très beau, je trouve. C’est pareil pour les chansons « One Last Goodbye », « Inner Silence », « Alternative 4 » et pleins d’autres… Mais la beauté est dans les yeux de ceux qui la regardent. Certaines personnes ne le pensent peut-être pas, mais nous oui en tous cas.

C’est l’heure de la dernière question! Voici la question débile de l’interview: la réputation d’être un groupe dépressif ne vous quitte jamais, alors c’est le moment de prouver le contraire, as-tu une blague à partager avec nous?

(rires) En fait non… Mais j’ai un proverbe! Il n’y a que trois types de personnes dans ce monde: ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas (rires).

Entretien réalisé le 1er novembre 2009
Traduction réalisée par Isère

MySpace Anathema : myspace.com/weareanathema



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3