ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Anette Olzon – Shine


Anette Olzon était-elle faite pour chanter dans Nightwish ? Question qui, aujourd’hui encore, démontre que chez les fans existe toujours deux clans : les farouches opposés et ceux plus conciliant, appréciant le travail de la chanteuse durant son passage dans la bande d’Holopainen. Et, de fait, après la fin turbulente de sa collaboration avec Nightwish, Olzon a considérablement gagné en popularité, s’est formée sa base de fans et a revu ses ambitions purement musicales à la baisse : inutile de composer un ersatz de Nightwish, à l’instar de sa prédécesseur Tarja Turunen, il valait mieux s’ouvrir à quelque chose de plus personnel après avoir été inévitablement élevée à bonne école aux côtés du compositeur principal des Finlandais. Voilà donc Shine, premier opus post-Nightwish de la chanteuse. Un album sans ambitions faramineuses et démontrant une chanteuse à l’aise avec sa voix et sa propre musique.

Shine est un album léger, à la production misant quasi exclusivement sur la voix d’Olzon, et composé de titres mid-tempo. Exit toutes formes de démonstrations vocales et toutes autres orchestrations énormes, si ce n’est quelques cordes légères et voluptueuses : le passif plus pop de la frontwoman reprend le pas et se ponctue de quelques élans metal rares et édulcorés (« Shine », « Falling », « Hear Me »). Car de manière plus générale, la chanteuse officie dans un registre aérien. Une approche démontrant une artiste en paix et sereine, mue par un optimisme certain, lumineuse et joviale (les claviers un peu cheap de « Floating » et sa cadence rythmique dansante à l’introduction de « Lies »). Et quand bien même Anette Olzon pourrait être rattachée à des Delain et autres Anneke Van Giersbergen qui évoluent, aussi, dans ce registre pop/metal, la chanteuse marque la différence par sa voix, découverte et particulièrement décortiquée durant sa période avec Nightwish. De manière probablement inconsciente, Olzon retrouve quelques traits directement hérités de cette période (se croisent de manière subtile quelques « The Islander » et « Meadows Of Heaven » issus du catalogue des Finlandais).

Anette Olzon ne prend donc aucun risque et affirme sa propre identité musicale après avoir considérablement progressé avec son ancien groupe. Et c’est entouré, non pas d’un groupe, mais d’un duo de producteurs expérimentés qu’elle propose ce premier album particulièrement propre et léché, difficilement metal, tout juste pop-rock. Certains le trouveront trop mou et aseptisé, d’autres apprécieront sa fraîcheur et sa clarté. Shine est en tout cas, à n’en pas douter, l’album qu’il fallait, au moins, à la chanteuse pour oublier un passé mouvementé.

Ci-dessous la lyric-vidéo de « Falling » et le clip de « Lies » :

Album Shine, sortie le 28 mars 2014 chez earMusic



Laisser un commentaire

  • Autant j’apprécie la carrière solo de Tarja malgré le fait que ses compositions ne rivalisent pas avec la créativité d’Holopainen, autant je trouve cet album mièvre et sans créativité. Je n’ai pas eu le courage d’écouter jusqu’au bout.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3