ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Angra – Secret Garden


Et à nouveau Angra se releva… les guitaristes Kiko Loureiro et Rafael Bittencourt font preuve d’une véritable ténacité. Après avoir perdu le line-up qui avait fait sa gloire au cours des années 90, dont André Matos, un chanteur entré au panthéon des meilleurs du heavy metal, se retrouvant seuls aux commandes de l’entité brésilienne, ils se sont magnifiquement retournés avec, notamment, l’arrivée d’Edu Falaschi qui a su imposer sa personnalité en donnant un nouveau souffle à Angra. Mais voilà, environ dix ans plus tard, rebelote : exit Falaschi pour cause, semble-t-il, de ras-le-bol de chanter dans une tessiture qui n’était pas sienne, et le batteur Ricardo Confessori dont le retour enthousiasmant n’aura duré que cinq ans et le temps d’un album. Le virtuose de la basse Felipe Andreoli reste toutefois en poste, certainement épanoui dans un groupe qui lui a toujours offert les moyens d’exprimer son talent et sa technique.

Et s’il y a bien une chose que prouve une nouvelle fois Loureiro et Bittencourt avec ce nouvel opus Secret Garden, c’est qu’ils sont et ont toujours été les garants du style Angra. Même avec une voix au timbre aussi établie et caractéristique que celle de Fabio Lione (Rhapsody Of Fire). Si on reconnait évidemment son grain sur des chansons comme « Black Hearted Soul », sans conteste la plus proche de toutes de Rhapsody Of Fire, avec son heavy speed jonché de chœurs lyriques, il n’en épouse pas moins l’œuvre et la patte d’Angra sur le reste des compositions, gommant en partie ses traits les plus typiquement « rhapsodiens » et révélant toute sa polyvalence. Ainsi le dépaysement dû à la passation du micro n’est pas aussi flagrant qu’on aurait pu l’imaginer, avec des lignes et mélodies de chants qu’on imaginerait sans peine chantées par Falaschi. Le refrain entêtant de « Newborn Me » – qui inaugure la nouvelle ère, comme le faisait « Nova Era » en 2001 – est, à ce titre, un véritable symbole de l’héritage qu’il aura laissé. Mais au-delà de l’aspect purement vocal, Angra poursuit son exploration d’un speed metal qui propose des originalités progressives et latines à tous les tournants, avec un doigté et un dosage qui tiennent du raffinement : un solo de guitare sèche par ici, des percussions par-là, de jolis plans de basse (« Storm Of Emotions », « Upper Levels »), des arrangements vocaux travaillés (« Upper Levels ») voire grandioses… Tout ceci sans compter un jeu de batterie dynamique signé du jeune Bruno Valverde, nouveau venu derrière les fûts.

Dans les surprises les plus évidentes, on trouve au cœur de l’album une reprise metalisée mais empreinte d’un grand respect du « Synhcronicity II » de The Police. Une chanson pleine de caractère qui, vingt ans après l’enregistrement d’origine, n’a pas perdu une once de modernité. Angra s’offre donc un petit plaisir, un choix audacieux et de bon goût (The Police c’est tellement plus que « Roxanne »…), chanté en duo entre Lione et Bittencourt. Ce dernier prend d’ailleurs vocalement une vraie importance, en assurant avec brio le titre suivant, le sombre et lourd « Violet Sky », mais aussi la ballade quasi gospel « Silent Call » et le pont de « Storm Of Emotions », puis encore en duo mais cette fois-ci avec Doro Pesch sur « Crushing Room » et ses contours gothiques. Moins heureuse, dira-t-on, est l’apparition de Simone Simons (Epica) qui s’empare de la ballade éponyme et tombe dans une guimauve symphonique. Une jolie chanson, très chiadée, mais tellement convenue et entendue, notamment chez… Epica.

Angra profite donc de ce nouveau chapitre pour étendre ses couleurs, faire un pas de plus dans le royaume du progressif (« Upper Levels » et sa partie centrale jazzy) et renforcer sa part orchestrale, mais aussi, paradoxalement, tomber dans quelques facilités – « Crushing Room » et « Secret Garden » un peu communes où la marque de fabrique d’Angra s’efface pour laisser de la place à ses deux invités, galanterie oblige… Mais à aucun moment Angra n’en oublie cette musicalité qui lui est propre et son sens de la mélodie. En ça, Secret Garden, à l’image de Rebirth en 2001, est un pari réussi.

Visionner le clip de « Storm Of Emotions » et la lyric-video de « Newborn Me » :

Album Secret Garden, sortie le 16 janvier 2015 chez earMUSIC.



Laisser un commentaire

  • dericthebeast dit :

    Pour ma part, le changement de line up ne changera rien, trop progressive pour moi, et Fabio Lione, excellent comme d’habitude mais il chante trop dans différent groupe qu’on sait plus comment classer, si on m’as fait écouter cet album sans savoir que c’est Angra, j’aurais plutôt dit (Ah un nouveau VISION DIVINE). Tous les meilleurs groupe de Power 90′ ne se sont plus jamais relevé, dommage. 3 morceaux qui sonnent Angra, le reste c’est pour les puristes de progressive metal.

    [Reply]

  • chronique de haute volée et 2 clips qui augurent un album 2015 à mettre dans sa discographie

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3