ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Anneke Van Giersbergen : optimisme et hyperactivité


Everything Is Changing est le premier album où Anneke Van Giersbergen assume pleinement son statut d’artiste solo. Musicalement, alors que son prédécesseur In Your Room était empli d’une joie évidente, ce nouveau disque renoue avec une émotion, certes toujours positive, mais plus mesurée, plus profonde et tenant compte du poids de la vie.

Plus que des opinions, c’est surtout un état d’esprit enthousiaste et une bouffée d’air frais que véhicule notre entretien avec ce rayon de soleil qu’est Anneke. Depuis son départ de The Gathering, la vie de la chanteuse semble avoir atteint une forme de plénitude. Car tout en concrétisant la moindre idée artistique (de collaborations avec une chorale d’enfants à un titre avec Napalm Death, tout de même) qui lui passe par la tête, elle passe tout le temps dont elle a besoin avec sa famille.

Anneke Van Giersbergen respire le bonheur et cela suffit. Et à la lecture de cet entretien, vous lui jalouserez son enthousiasme et sa sérénité.

« J’ai un regard positif sur les choses. Mais il y a aussi un côté romantique, sombre et mélancolique dans le monde, et ça vient se faufiler dans ma musique. »

Radio Metal : Après avoir quitté The Gathering, tu as fondé le projet Agua de Annique. En 2009, celui-ci est devenu Anneke Van Giersbergen with Agua de Annique, puis le nom Agua de Annique a été abandonné et le projet est officiellement devenu ton groupe solo. Comment cela se fait-il ? Penses-tu qu’il était plus honnête d’annoncer clairement qu’il s’agissait du projet solo d’Anneke Van Giersbergen ?

Anneke Van Giersbergen (chant) : C’est tout à fait ça. Quand je me suis lancée en solo, j’ai pensé qu’il me fallait un nom de groupe et j’ai inventé Agua de Annique. Mais personne ne comprenait ce nom, il était trop long et personne ne savait que c’était moi derrière ce groupe. Je me suis alors dit que je devrais peut-être passer à Anneke Van Giersbergen with Agua de Annique, mais c’était encore plus long ! C’est là que j’ai pensé qu’il fallait que j’abandonne ce nom et que j’utilise le mien. Je trouve que ça fonctionne mieux, mais ça m’aura pris du temps d’abandonner le nom du groupe !

Cela signifie-t-il que le processus d’écrire a évolué et que le reste du groupe est moins impliqué ?

Non, rien n’a changé. J’ai simplement abandonné le nom du groupe parce qu’il était trop long.

Alors que In Your Room était un album très lumineux, ce nouveau disque, Everything Is Changing, a un côté plus sombre, plus mélancolique. D’où te vient toute cette mélancolie ?

Je ne sais pas, je crois que j’ai toujours eu ça en moi. Je suis quelqu’un de très positif par nature, j’ai un regard positif sur les choses. Mais il y a aussi un côté romantique, sombre et mélancolique dans le monde et ça vient se faufiler dans ma musique. J’aime ça, tout comme j’aime écouter de la musique avec un aspect mélancolique. Je pense que c’est naturel. Un être humain est fait de différentes émotions. J’essaie simplement de les faire transparaître dans ma musique.

Aujourd’hui, les groupes sont très inquiets à propos de la crise financière et de l’environnement et parlent souvent dans leur musique du fait que le monde a atteint un tournant. Est-ce également ce que tu voulais exprimer avec ce titre, Everything Is Changing ?

Tout à fait, c’est exactement ce que je voulais dire. Le monde change rapidement. Aujourd’hui, les jeunes et nous-mêmes avons un grand nombre de choix. Je pense que nous devrions avoir conscience de nous-mêmes, de notre environnement et du monde. Je pense beaucoup à ça et, par conséquent, c’est un sujet sur lequel j’écris.

« J’aime travailler sur ces projets avec tous ces gens différents. Ça m’inspire, ça fait de moi une meilleure musicienne parce que j’apprends beaucoup grâce à ces gens et à tous ces styles musicaux. »

Depuis ton départ de The Gathering, tu as participé à de nombreux projets différents, dans des styles musicaux très variés, allant des albums acoustiques avec Danny Cavanagh à une chanson avec un groupe de grindcore, Napalm Death. C’est un univers musical assez vaste. D’un point de vue artistique, es-tu comblée ou penses-tu que tu aies encore des choses à expérimenter ?

Je ne suis pas sûre. J’aime beaucoup tous ces projets. En ce moment, je participe également à une pièce pour enfants, aux Pays-Bas. C’est conçu pour les enfants, avec des chansons en néerlandais. J’adore vraiment tous ces projets, de celui-ci à Napalm Death, en passant par tout ce qu’il y a eu entre les deux. J’aime travailler sur ces projets avec tous ces gens différents. Ça m’inspire, ça fait de moi une meilleure musicienne parce que j’apprends beaucoup grâce à ces gens et à tous ces styles musicaux. Je n’ai pas de réelle attente pour l’avenir. Je prends tout ce que je trouve sur mon chemin et j’exploite toutes mes idées. Je travaille énormément au jour le jour.

Tous ces projets et ces collaborations, est-ce ce qui fait que tu te « sens vivante », comme tu le dis dans la première chanson de l’album (« Feel Alive »)?

Je pense que oui. J’aime la vie, j’aime la musique. Tout se passe bien et je suis tout simplement heureuse.

D’un autre côté, ne ressens-tu pas le besoin de « ralentir », comme tu le chantes également sur un autre titre (« Slow Down »)?

Oui, des fois je devrais ! Tout à fait. Il y a toujours un moment où il faut savoir se reposer et recueillir de nouvelles idées. De temps en temps, il faut ralentir. Mais j’aime me tenir occupée !

« L’objectif était de m’éloigner de tout ça et de faire quelque chose de nouveau, de faire ce que je voulais faire selon mon propre calendrier et passer du temps avec ma famille. C’était tout ce que je voulais, être moi-même et faire mon propre truc. »

Lorsque tu as annoncé ton départ de The Gathering, tu as déclaré que tu souhaitais te consacrer à ce nouveau projet mais également passer plus de temps avec ta famille. Mais avec toutes ces collaborations et tous ces projets, il semblerait que tu sois plus occupée que jamais ! As-tu vraiment tu temps à consacrer à ta famille ?

Oui, absolument. Je passe tout mon temps avec ma famille. Je travaille beaucoup à la maison. Nous avons un studio à la maison et nous y travaillons sur des idées, ce genre de chose. Je ne tourne plus autant qu’avec The Gathering, aujourd’hui. Avant, j’étais loin de chez moi pendant des mois. Maintenant, c’est parfait.

Dans la mesure où tu es une artiste très prolifique et une personne très créative, penses-tu que faire à nouveau partie d’un groupe serait impossible pour toi, parce que tu ne pourrais pas concrétiser toutes tes idées ?

Je ne sais pas. L’objectif était de m’éloigner de tout ça et de faire quelque chose de nouveau, de faire ce que je voulais faire selon mon propre calendrier et passer du temps avec ma famille. C’était tout ce que je voulais, être moi-même et faire mon propre truc.

The Gathering a récemment annoncé qu’ils allaient jouer leur premier album live avec le line-up d’origine. S’ils te contactaient pour jouer l’un des albums sur lesquels tu as chanté, comme Mandylion par exemple, pourrais-tu envisager de donner un concert avec eux ?

Je ne suis pas sûre. Je ne joue pas en solo depuis très longtemps, je crois que ce sera une idée à évoquer d’ici une dizaine d’années !

Comment décrirais-tu ta relation avec The Gathering, aujourd’hui ?

Nous n’avons pas beaucoup de contacts, mais évidemment, je suis ce qu’ils font. C’est à peu près tout !

Devin Townsend est lui aussi un artiste très prolifique. Te sens-tu proche de lui pour cette raison ?

Oui, beaucoup. J’adore travailler avec lui, c’est un artiste et un être humain formidable. C’est très agréable de travailler avec lui, je suis très inspirée par sa musique et sa personnalité. C’est génial, je suis très fière de travailler avec lui.

Tu participes au nouvel album sur lequel il travaille, Epicloud. Que peux-tu nous dire à propos de cet album ?

Pour l’instant, je n’ai entendu que les démos. Au début, il disait que ce serait un album plus doux, mais je pense qu’il sera au contraire très intense et très diversifié, et aussi très heavy. C’est en cours de travail au moment où on parle et ça va être très, très sympa. Je vais enregistrer avec lui en avril, je dois aller au Canada à ce moment-là.

Pour conclure cette interview, peux-tu nous détailler ton programme des mois à venir ?

Nous allons beaucoup tourner en Hollande et en Europe. Hors d’Europe, aussi, je pense, après l’été. Il y a beaucoup de concerts prévus et nous allons passer par la France, ce qui est super ! On sera là en mai. Il y a toutes les dates sur mon site Internet. Je crois que nous avons cinq dates en France, dont Paris, bien sûr. On a hâte d’y être. C’est très cool, parce que je n’ai pas beaucoup de projets, seulement l’album et les concerts. J’ai hâte de me mettre à jouer sur scène.

Pas de collaboration prévue pour l’instant, donc ?

Pas grand-chose. Je fais cette pièce pour enfants aux Pays-Bas et j’ai ce projet avec Devin. C’est tout pour cette année. Quelque chose peut toujours se présenter sur ma route mais j’ai vraiment envie de me concentrer sur le nouvel album. C’est exactement ce que je fais pour l’instant.

Interview réalisée le 24 février 2012 par téléphone
Retranscription et traduction : Saff’

Site Internet d’Anneke Van Giersbergen : www.annekevangiersbergen.com
Album : Everything Is Changing – sortie le 20 janvier 2012



Laisser un commentaire

  • Les photos promo présentées dans ce nouvel opus, correspondent très bien à l’atmosphère de l’album …

    [Reply]

  • Juste pour râler un peu.

    Je n’aime pas ces photos sur les femmes dans le métal. Pourquoi faut-il que ça ressemble à une séance photo de popstar ?

    Imaginons je ne sais pas… bon je ne demande pas à ce qu’elle tienne une tête de mort dans la main droite d’où coule un filet de sang jusqu’à sa bouche, avec un regard démoniaque à la Blackie Lawless… mais… je… guuu…. putain je bande !

    [Reply]

  • yep, le titre ‘Heroes For Ghosts’ n’est pas si éloigné d’un Black Light District’ (un must) …

    [Reply]

  • Hum, attendons de voir le proche TG avant de vendre la peau de l’ours, la zik qu’ils ont diffusé est quand meme d’excellente qualité.

    [Reply]

  • Moi, je regrette toujours autant qu’elle ait quitté The Gathering. Son projet solo ne me plaît pas autant, loin de là.
    Et The Gathering sans Anneke ne sera jamais plus The Gathering…
    Enfin bon, je suppose qu’il faut savoir accepter les évolutions de chacun.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3