ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Anthony Vincent (Ten Second Songs) en vingt questions


Au-delà du soudain succès du concept d’Anthony Vincent et de son indéniable talent vocal qui attirent naturellement l’attention, c’est en grande partie la curiosité qui nous a poussé à le contacter. Car Ten Second Songs nous a amenés – et vous a probablement également amené – à nous poser une multitude de questions inhabituelles. « Comment fait-il ? » « Comment ‘compose’-t-on un tel enchaînement de styles ? » « Comment apprend-on à chanter de toutes ces manières différentes ? » Et évidemment : « Est-il possible d’aimer sincèrement à la fois Britney Spears et Kataklysm ? » Compte tenu de ce grand écart musical, contenant d’ailleurs quelques « guilty pleasures », mais aussi des multiples casquettes professionnelles d’Anthony, où se trouve sa vraie personnalité musicale ?

Découvrez ci-après l’interview de l’homme qui, sans faire exprès, a fait parler de Cannibal Corpse dans des magazines généralistes voire people. Un homme qui ne cache pas que l’excitation et la sensation de danger qu’inspiraient certains groupes de rock dans les années 70, 80 et 90 lui manquent. Et ce, malgré la montée aux extrêmes du contenu provocant dans la musique actuelle.

« Je me fais plaisir lorsque je me pose pour essayer de comprendre un style qui ne m’est pas familier à 100%. »

Radio Metal : Tu es principalement connu pour tes reprises de chansons dans 20 styles différents, mais dans le cadre de Ten Second Songs tu as aussi créé des jingles et composé des chansons personnalisées. Peux-tu nous en dire plus à propos de ce business ?

Anthony Vincent : Au début, Ten Second Songs était une entreprise proposant de créer des chansons personnalisées et c’est là que m’est venue l’idée du nom « Ten Second Songs ». J’étais sur un site, flavor.com, où concrètement je vendais des chansons qui duraient une dizaine de secondes, dans le style de votre choix, pour 5 balles. C’est comme ça que ça a commencé. Puis ça a évolué en d’autres choses et lorsque je suis allé sur YouTube pour promouvoir mes services, la reprise de « Dark Horse » de Katy Perry a fait exploser mon compte YouTube et m’a réorienté vers un chemin totalement différent. La marque « Ten Second songs » n’existe plus, je ne fais plus vraiment de chansons personnalisées avec Ten Second Songs à présent. Si tu vas sur mon site, tensecondsongs.com, tu verras que j’ai lancé un nouveau site qui s’appelle thesongfor.me. Je traite les demandes mais honnêtement ces derniers temps j’ai surtout fait de la création de contenu pure et dure. Suite au succès des reprises en 20 styles, les gens veulent voir davantage de trucs du genre. J’ai une base d’abonnés proche d’un million sur YouTube, la demande est forte. Je me concentre principalement sur la création de contenu à présent.

Tu gères cette entreprise seul ou y a-t-il des personnes pour t’aider ?

Dans le cadre de Ten Second Songs, je suis tout seul sur toute la partie production, à part pour la dernière chanson, « Thriller », évidemment. Je l’ai filmée et j’ai fait tout le travail d’enregistrement, mais je l’ai filmée dans l’espace YouTube à Manhattan ; il y a un nouveau studio YouTube là-bas maintenant. Mais la plupart du temps je fais tout par moi-même. Une équipe travaille avec moi, évidemment. Le studio ici à Port Chester, nous l’avons fondé seuls avec mon cofondateur et mes partenaires. Et nous avons ce studio depuis environ 2009, notre objectif principal a été la diffusion sur internet, la retransmission vidéo en streaming, la production audio et autres choses du genre. Et Ten Second Songs n’est qu’un seul des nombreux projets chapeautés par le studio. Je suis entouré de personnes pour m’aider à gérer tout ce qui concerne la coordination de la boite, mais pour la production, il n’y a que moi.

C’est toi aussi qui joue les parties instrumentales de tes vidéos ?

Oui.

Est-ce que tu as fait des études de musique ? Où est-ce que tu as bien pu apprendre à chanter à la fois comme Frank Sinatra et Devin Townsend ?

[Rires] A vrai dire, certaines personnes considéreront que je ne chante pas exactement comme Devin Townsend. Je le présenterai de cette manière : j’ai toujours écouté de la musique très variée. Dès le début, j’ai été élevé dans des styles de musique différents et manifestement je suis tombé dans le rock dans les années 1990, donc plutôt du rock alternatif et j’écoutais Nirvana et tous ces groupes du mouvement grunge. Ensuite je me suis mis au metal. Et comme j’ai été éduqué dès le plus jeune âge à avoir un panel de goûts musicaux aussi variés, lorsque je me suis mis à écouter des choses plus hard, tous les autres répertoires restants m’intéressaient toujours en tant qu’influences. Le fait d’avoir été élevé avant tout dans un univers musical aussi varié, ça te met tout de suite sur ce type de voie, parce que tu es déjà habitué à tant de styles différents.

L’autre partie du processus c’est d’essayer et d’apprendre de ses erreurs. Au fil des années, lorsque j’ai commencé à faire de la musique et des productions audio, j’ai essayé des choses différentes. Des amis compositeurs et producteurs me disaient : « Hey, tu peux chanter avec une voix r’n’b ? » Et je leur disais : « Tu sais quoi, je n’ai jamais fait de voix r’n’b, je vais essayer ! » et j’ai fini par essayer. Je me suis concentré pour le faire correctement, et c’est venu. C’est l’expérience, le fait d’essayer des choses et il se trouve que lorsque j’essayais de nouvelles choses, je réussissais dans beaucoup de cas et j’étais assez bon pour développer ces choses. Mais là encore, l’année dernière je me suis véritablement mis à étudier la voix et à repousser mes limites. J’ai trouvé un programme génial avec un professeur de chant, Ken Tamplin, qui a travaillé avec beaucoup de grands artistes et nombre de ses étudiants ont rejoint le Trans-Siberian Orchestra et ainsi de suite. Ce que je veux dire c’est que je me suis vraiment investi dans mon travail et c’est ce qu’il faut faire. Il n’y a aucun secret. C’est avoir des goûts musicaux variés, essayer de nouvelles choses et beaucoup de travail.

Comment t’est venue l’idée de faire ces reprises dans vingt styles différents ?

C’est à cause de mon entreprise de chansons personnalisées, je voulais poster une sorte de spot publicitaire sur YouTube qui présenterait tous les types de productions que je peux faire en une fois, comme ça les gens pouvaient découvrir mon entreprise à travers cette vidéo. C’est pour ça que j’ai sorti une chanson plutôt pop dans 20 styles différents, et ça a eu un succès énorme. Je ne pensais pas pouvoir atteindre les 4 millions de vues en une semaine et m’amener des centaines de milliers d’abonnés. Et ce ne sont que les retombées de la première vidéo. Je me dis souvent que c’est une aventure totalement folle.

Comment choisis-tu les chansons ? Est-ce que tu les choisis sans savoir comment tu vas les reprendre ou tu choisis une chanson parce que tu as déjà quelques idées ?

En général c’est juste parce que je sais que ça fonctionnera. Si j’écoute une chanson qui a une longue intro, avec quelques mots éparpillés tout au long de la chanson, sans réelle présence vocale, ça ne fonctionnera certainement pas pour une reprise en 20 styles. Ça me saute aux yeux. En général j’écoute une chanson et je me dis : « Ok, ça marcherait avec elle ! » Je ne sais pas comment ça va marcher, je n’ai pas tout prévu dans ma tête en avance mais je sais simplement que ce sera facile pour moi.

As-tu des exemples d’artistes que tu as voulu imiter sans y arriver ?

Je n’ai jamais décidé d’abandonner complètement un artiste parce que je n’y arrivais pas. Ça ne s’est pas encore produit. Lorsque je suis en phase de planification, je teste plein de versions différentes et je sens que certains styles de la liste iront mieux que d’autres. Bon, vous êtes un magazine metal, tu vois la partie avec du Cannibal Corpse ? C’est en remplacement d’une partie de Death. J’avais une version dans le style de Chuck Schuldiner, j’avais une partie reprise à la Death et je l’ai remplacée par du Cannibal Corpse. Chuck est en gros à l’origine du death metal extrême, les fans et artistes de death metal le considèrent comme le fondateur de ce style. Sa voix était très aigue et criarde. J’avais déjà fait une voix similaire précédemment et je voulais présenter une autre approche, quelque chose de plus guttural. Ça n’est pas parce que je ne peux pas le faire, c’est parce que je me suis dit que ça irait mieux avec le thème. Pour être honnête, je n’ai pas beaucoup d’expérience et c’était drôle d’avoir Cannibal Corpse dans ce mix à côté de Oingo Boingo. Les magazines people ont partagé une vidéo qui contenait une partie de Cannibal Corpse…

« La plupart des personnes qui consomment de la musique ne savent pas ce qu’est la bonne musique, on leur montre un certain standard musical et ils croient que ce qu’on leur montre est bon, et ils évaluent tout sur ces critères. »

On peut aussi t’entendre imiter Eminem, Kataklysm, Devin Townsend, Enya, Bob Marley, Michael Jackson, Katy Perry, Linkin Park… Est-ce que tous les artistes que tu imites sont des artistes que tu aimes ou qui t’ont influencé ? Ou est-ce que tu as repris ces passages uniquement parce que ça fonctionnait ?

Je peux te donner LA vidéo qui regroupe tous mes artistes préférés, mes plaisirs coupables ou pas – je ne pense pas qu’il y ait vraiment de plaisirs coupables, personnellement j’aime tout. « Dark Horse » représente à peu près tout ce que j’aime en une vidéo. Il y du Sinatra, du Michael Jackson, du Queen… j’estime que Freddy Mercury et M.J. sont les plus grands interprètes de tous les temps ! Ce sont leurs capacités vocales que je cherche à atteindre en tant que chanteur. Aussi, je trouve que Phil Anselmo de Pantera est un des meilleurs chanteurs de metal qui n’ait jamais existé, aussi bien en tant que leader que pour l’énergie qu’il met dans sa musique. Et, bien sûr, tu as aussi Frank Sinatra et tous ces artistes. De toute évidence je n’écoute pas Enya durant mon temps libre, je ne vais pas mettre des chants grégoriens et écouter ça pour me détendre. Mais si je décide de faire apparaitre un artiste dans mes vidéos c’est parce que j’ai une forme de respect pour lui. Même si je ne les écoute pas tout le temps, j’ai beaucoup de respect pour les artistes que je mets dans mes vidéos parce que je sais qu’elles vont être vues par au moins un million de personnes, au moins un million de paires d’yeux. Donc à mes yeux c’est un peu : « Je vais présenter ce groupe aux millions de personnes qui verront ça. »

Puisque tu reprends beaucoup de styles différents dans une même chanson, on peut découvrir de nouveaux styles. J’ai vu sur ta page Facebook récemment qu’une petite fille avait découvert Pantera grâce à l’une de tes vidéos. C’est super parce qu’il y a vingt styles différents et les gens ne les connaissent pas tous. Vois-tu ceci comme un bon moyen de découvrir de nouvelles chansons et de nouveaux genres ?

Ouais, c’est un commentaire que j’ai vu, elle disait : « J’ai commencé à écouter Pantera ! » Ouais, c’est clair que tu devrais ! Si vous voulez écouter ce groupe, vous l’aimerez peut-être, vous ne l’aimerez peut être pas, mais au moins vous lui aurez laissé sa chance. La musique mainstream n’est de toute évidence pas très variée. A vrai dire, la pop est dite « pop » parce que c’est populaire, la plupart des gens oublient ce que ça signifie. C’est une abréviation du mot populaire, tout peut donc être pop. Les Beatles étaient pop, c’est un des plus grand groupe de rock de tous les temps. Les groupes les plus influents étaient considérés comme étant de la pop. De nos jours on assimile la pop à Katy Perry. Tu sais quoi ? Maintenant c’est surtout sursaturé de conneries, ça n’est pas forcément de la pop. C’est « pop » uniquement parce que c’est populaire et qu’on impose ça aux gens à coup de matraque. Je considère que les gens méritent d’avoir l’opportunité d’explorer d’autres genres et de décider par eux-mêmes ce qu’ils ressentent être bon.

Est-ce que ce que tu fais est une manière pour toi de dire qu’il n’y a pas qu’une seule manière de jouer une chanson ou une mélodie ?

Absolument. Au début c’était pour promouvoir mon entreprise et maintenant mon but est de montrer qu’une chanson peut s’écouter de différentes manières et qu’il n’y a rien de mal à apprécier des choses différentes. Il ne faut pas avoir peur de ce qu’on ne comprend pas. Ça n’est pas parce que quelqu’un hurle que c’est forcément mauvais. C’est juste une manière de s’exprimer dans une chanson, rien de plus.

Est-ce que pour toi c’est aussi une manière de dire que nous devons être plus ouverts d’esprit ? Qu’il y a une certaine beauté et du talent dans chaque genre musical ?

Tout à fait.

Penses-tu qu’il soit possible de reproduire les chansons que tu fais avec Ten Second Songs en live ? Est-ce que c’est une possibilité que tu envisages ?

Vu la manière dont je fais ça, je ne sais pas. Je suis sûr qu’il doit y avoir un moyen et à partir de là on peut envisager ce genre de chose, éventuellement. Mais vu la manière dont c’est fait, reproduire 20 styles différents en une seule chanson… Si tu y réfléchis, je n’ai pas de chanson originale, qu’est-ce que je peux bien faire ? Faire une tournée en jouant des reprises ? J’ai un groupe. Mon groupe s’appelle Set The Charge. Nous sommes un groupe de rock mais nous expérimentons, conceptualisons des choses qui peuvent vraiment plaire aux fans de Ten Second Songs – je dirais ça comme ça. Je ne vais pas en dévoiler trop à ce sujet. Je pense que les gens seront agréablement surpris par l’expérience que nous finirons par leur proposer sur scène. J’espère réussir à faire durer cet esprit, l’esprit incarné par Ten Second Songs actuellement.

Ne serais-tu pas malheureux si tu avais un groupe qui ne jouait que dans un seul registre et c’est tout ?

Je ne peux pas nier qu’il y a une part de moi qui désire tout faire. Je me fais plaisir lorsque je me pose pour essayer de comprendre un style qui ne m’est pas familier à 100%, parce que jouer une chanson rock, c’est la chose la plus naturelle du monde. Je pourrais jouer du rock toute la journée, mais en réalité je le prends comme : « Ok, laisse-moi jouer ça et essayer de le faire à la manière d’un grand groupe. » Ensuite je dois travailler sur tous les instruments, programmer ça en midi, je dois faire… Peut-être que j’en arriverai un jour au point où je devrais engager des musiciens supplémentaires. Là je fais tous les arrangements moi-même. Je trouve ça drôle parce que ça relève du défi et, pour moi en tout cas, c’est la meilleure manière de me sentir en vie, de me lancer des défis comme ça. C’est gratifiant en quelque sorte parce qu’il y a tant de contenu à sortir, encore tant de choses que les gens peuvent assimiler et apprécier. C’est ma manière d’être.

Beaucoup de gens disent que le fait de faire des reprises n’est pas vraiment de la création, mais je ne suis pas du tout d’accord avec eux. Je pense que pour faire une reprise, on est aussi obligé de créer quelque chose, pour rendre hommage à un artiste, créer une atmosphère, et dans ton cas recréer la chanson dans une style différent. Quel est ton point de vue sur le sujet ?

Les personnes qui pensent qu’en faisant une reprise on ne crée rien, ne pensent de toute évidence qu’en terme de composition. Evidemment tu n’écris pas la chanson. Mais si les gens savaient la quantité de travail investie dans ces vidéos, ils auraient certainement un point de vue différent. Tout ce que je peux te dire c’est qu’il y a beaucoup de travail au cours des trois semaines que je consacre à ces productions : dans le choix des styles, dans la réflexion autour de l’arrangement et la manière dont ça va fonctionner, puis réaliser la vidéo. C’est énormément de travail et ça demande certainement autant, si ce n’est plus d’énergie de produire une vidéo de Ten Second Songs que de faire une chanson originale d’un style donné. Et c’est grâce à cette quantité de travail que ça a du succès. C’est la raison pour laquelle il y a autant de couverture médiatique autour de ces vidéos depuis que j’ai sorti la première, parce que les gens reconnaissent tout le travail que ça nécessite.

Et travailler sur une reprise est peut-être même plus compliqué qu’écrire une chanson, car dans ce cas tu écris de manière spontanée alors que dans le cas d’une reprise, tu dois sortir de ta zone de confort et de ce que tu sais faire pour entrer dans l’esprit d’un autre artiste. Es-tu d’accord avec ça ?

Oui, je suis d’accord. Mais je pense que ça dépend vraiment du type de compositeur que tu es parce que parfois ça peut prendre une éternité d’écrire une bonne chanson, surtout si tu es perfectionniste. Mais si tu es un bon compositeur, les meilleures chansons viennent parfois à toi spontanément donc il n’y a pas tant de travail en jeu. Dans le cas des reprises, ça dépend totalement du type de version que tu fais. Si tu fais des reprises d’un groupe et que tu joues une chanson de la même manière que l’artiste l’a jouée, tout ce que tu dois faire c’est apprendre une chanson. Il n’y a aucun effort à faire. Si tu prends une chanson et la refais totalement, comme la plupart des choses que je fais, ça demande beaucoup d’efforts, pour faire les arrangements aussi, surtout si tu penses à ce que ça pourrait donner en reprenant le style d’un autre artiste. Il faut que tu te mettes dans la peau de cet artiste et dans la peau de dix-neuf autres après lui.

« Je veux montrer qu’il y a tout un tas de choses à écouter. Il faut donner une chance à tout. »

La plupart des artistes que tu imites – comme Michael Jackson ou Ozzy Osbourne – travaillent beaucoup sur l’aspect visuel de leur musique. Et lorsqu’on regarde les vidéos de ton groupe Set The Charge, il y a une atmosphère très shock rock et on a l’impression que ce côté visuel est vraiment important pour vous. Est-ce que tu as grandi en regardant les concerts de Kiss et Alice Cooper, par exemple ? Est-ce que tu aimerais reproduire ce genre de shows énormes avec Set The Charge ?

J’aimerais faire revivre l’excitation qu’il y avait dans la musique en général. Evidemment, j’aimerais vraiment pouvoir écrire de bonnes chansons rock’n’roll. Le rock est mon premier amour et le restera à jamais, avec le metal. C’est ce que j’aime depuis des années. Je me souviens lorsque je grandissais, je me rappelle avoir été si passionné et totalement inspiré par certaines vidéos que je voyais sur MTV, et à quel point elles paraissaient cool. Elles étaient abstraites et plutôt cool. Je ne sais pas comment les décrire, elles avaient cette atmosphère des années 90s. C’est fini maintenant ; plus rien de vraiment cool ou excitant ne se produit, en tout cas de mon point de vue. J’ai l’impression qu’avec une bonne partie de ce qui est populaire aujourd’hui, surtout avec des artistes comme Nicki Minaj, la séparation entre la musique et la pornographie est plus floue. Tu as des gens qui surexploitent un peu tout le monde et ce mouvement plutôt cool qui exprimait ce qu’il pensait, ce courant contestataire qui était un peu contre l’autorité, ce côté cool et rebelle qu’on ressentait dans les années 1990 a disparu. Ça n’était pas nécessairement quelque chose d’anarchiste, il ne s’agissait pas de s’opposer au gouvernement. Il était surtout question de réfléchir par soi-même, d’avoir une réflexion libre, de sortir des sentiers battus, d’avoir tout simplement un esprit ouvert. Nous sommes fermés d’esprit. Je pense que la plupart des personnes qui consomment de la musique ne savent pas ce qu’est la bonne musique, on leur montre un certain standard musical et ils croient que ce qu’on leur montre est bon, et ils évaluent tout sur ces critères. Donc même lorsqu’ils entendent une voix qui est incroyablement géniale pour tout un tas de raisons, que ce soit parce que c’est un chanteur extraordinaire ou autre, la plupart de ces jeunes ne penseront pas qu’il est si bien que ça parce que ça n’a pas été sur-retouché, et les sons sur-travaillés c’est ce à quoi ils sont habitués, ils pensent que c’est ce qui est bon. C’est pour ça qu’il y a pas mal de merde. Pour revenir à ta question, je veux juste raviver l’excitation. Je veux montrer qu’il y a tout un tas de choses à écouter. Il faut donner une chance à tout parce qu’il y a un bon nombre de genres et d’artistes qui ont beaucoup de fans, peut-être pas autant que certaines pop stars, mais ces fans sont là pour une raison ! Et il faut les écouter pour comprendre pourquoi ils ont autant de fans.

Ton groupe, Set The Charge, s’est formé en 2005 et ne sortira son premier EP que cette année. Pourquoi avez-vous mis autant de temps ?

Set The Charge est un projet que j’ai toujours essayé de faire décoller. C’était mon frère et moi. Mon frère est batteur et je suis au chant et à la guitare. J’ai composé la plupart des chansons depuis le début. Ça n’était même pas vraiment un groupe. On ne pouvait pas considérer ça comme étant un groupe jusqu’à récemment. Ca fait peu de temps que notre bassiste et notre seconde guitare sont arrivés, et c’est la première fois que nous sommes vraiment une équipe complète. Jusque-là c’était juste un de mes projets pour le studio et, à l’époque où nous essayions de savoir ce que nous voulions faire avec ça, nous postions des vidéos sur YouTube, nous essayions d’attirer l’attention de cette manière, en faisant des reprises de chansons populaires dans notre propre style. Ça a un peu attiré l’attention mais il n’y avait rien d’innovant à faire des reprises d’artistes populaires de manière rock. On voit souvent ça sur YouTube. Mais ça a attiré pas mal de monde et la raison pour laquelle ça nous a pris autant de temps c’est à cause des autres choses qui se passent ici dans le studio. Comme je le disais, nous gérons une web TV, j’anime une émission en direct tous les mardi et jeudi soirs, et parfois le lundi soir aussi. C’est de la vidéo en temps réel, c’est globalement tourné dans le studio que tu peux voir là. Ça s’appelle Zenlive.tv, c’est du direct et ça se met parfois en travers de notre chemin. Nous avons tant de projets dans ce studio à New York que nous n’avons tout simplement pas le temps de travailler sur certains projets. C’est difficile de tous les développer en même temps. Du coup, lorsque le succès de Ten Second Songs a commencé, je me suis dit : « Bon sang, nous devons former ce groupe maintenant. Regarde ce qu’il se passe ! Tu as Ten Second Songs, qui repose essentiellement sur moi, je suis la voix de Ten Second Songs. » Donc pendant que je construisais la fan base de Ten Second Songs, je me suis dit qu’il était temps de mettre ce groupe sur les rails. C’est pour ça que ça a mis autant de temps. Nous avions besoin de quelque chose pour nous botter les fesses.

Est-ce que vous pensez faire une tournée pour cet album ? Que ce soit aux Etats-Unis ou peut-être en dehors des US aussi ?

J’adorerais partir en tournée, mais je ne peux pas te répondre parce que je ne sais pas ce qu’il se passera après la sortie de l’album, je ne sais pas ce qui nous attend. Je sais que nous préparons certaines choses avec le groupe, en matière de publication de contenu sur YouTube. Beaucoup de personnes attendent une reprise de « Rap God » d’Eminem. J’ai fait un sondage sur tensecondsongs.com genre : « Hey, vous voulez que mon groupe fasse une reprise de ‘Rap God’ ? » Et 8000 personnes ont répondu oui. Donc j’ai ça en réserve et il y a beaucoup d’autres choses. De la manière dont je vois ça, chaque chose arrivera en son temps et je vous promets que nous ne jouerons pas uniquement aux Etats-Unis. Je nous vois parfaitement faire le tour du globe.

Est-ce que tu as déjà des idées pour la prochaine chanson que tu reprendras avec Ten Second Songs ?

J’ai certaines choses en tête, j’ai plein de choses en préparation mais je ne donne jamais d’information à ce sujet parce que j’adore l’effet de surprise. J’aime dire : « Hey, je travaille sur quelque chose. » Puis deux semaines plus tard je dis : « Hey, devinez quoi ? Ca sortira demain ! » Mais je peux dire qu’il y a plein de choses excitantes à l’œuvre.

Est-ce que tu as un système permettant aux fans de te faire des demandes pour ces reprises ?

J’ai bien un système sur mon site, tensecondsongs.com, je fais des sondages où tu peux voter pour ton artiste préféré parmi les styles que j’ai utilisé. Parfois ce que je fais, et je l’ai déjà fait par le passé, c’est que je prends la vidéo préférée des fans, peu importe la chanson qu’ils ont préférée, et ensuite je prends leur artiste préféré, quel que soit leur artiste préféré, et j’interprète cette chanson entièrement dans le style de cet artiste. J’ai fait ça avec « Dark Horse ». J’ai fait une reprise de « Dark Horse » dans le style de Type O Negative et j’ai aussi fait une reprise de « Dark Horse » dans le style de System Of A Down parce que System était leur artiste préféré. En fait ce style n’était même pas dans la vidéo de la reprise de « Dark Horse » en 20 styles, mais puisque « Dark Horse » était leur chanson préférée et que System était leur artiste préféré, ils ont fini ensemble sur une reprise en un seul style. J’ai fait ça par le passé, m’appuyer sur les demandes des fans pour le choix des chansons mais il y a beaucoup de trucs cool que je vais bientôt sortir, concernant notamment l’interaction avec les fans sur mon site.

Interview réalisée par téléphone le 3 novembre 2014 par Philippe Sliwa.
Retranscription et traduction : Mariane Monin.

Page YouTube officielle de Ten Seconds Songs : www.youtube.com/user/TenSecondSongs.



Laisser un commentaire

  • Hello!
    Déterrage dans les règles! J’ai beau avoir écouté attentivement toutes ses vidéos, je ne vois nul part une reprise dans le style de Devin Townsend que vous mentionnez ?

    Quelle vidéo j’ai raté? Besoin de voir ca! 🙂

    [Reply]

    Il n’y a pas de Strapping dans une ? Il me semble que si…

  • Twisted Brother dit :

    Merci pour l’interview. Il semble sympa et avoir les pieds sur terre. J’espère que le matériel qu’il composera avec son groupe sera intéressant. Respect pour son talent et son travail. Wish him the best 😉

    [Reply]

  • (obligatoire) dit :

    Cool de l’interviewer.

    J’ai juste remarqué une faute, je crois, au début : « Car Ten Second Songs nous a amené ». Il faudrait dire « amenés » puisque « nous » est COD. Voilou.

    [Reply]

    Alex / Radio Metal

    Bien vu, c’est corrigé merci !

  • Super interview!

    Juste une petite remarque, c’est étrange d’avoir traduit le titre de la chanson d’Eminem « Rap God » =D Je remplacerais :

    Une reprise d’un dieu du rap, comme Eminem. J’ai fait un sondage sur tensecondsongs.com genre : « Hey, vous voulez que mon groupe fasse une reprise d’un dieu du rap ? »

    par

    une reprise de Rap God de Eminem. J’ai fait un sondage sur tensecondsongs.com genre : « Hey, vous voulez que mon groupe fasse une reprise de Rap God ? »

    [Reply]

    Spaceman

    Ah, bien vu. Ça c’est de ma faute, c’est moi qui ai reformulé ainsi et je ne suis pas du tout un connaisseur d’Eminem ! Contrairement à d’autres dans le staff… 😉

  • Arrow
    Arrow
    The Darkness @ Paris
    Slider
  • mercredi, 13 décembre 2017 à 12:36
    SCORPIONS annonce de nouvelles dates en France
    mercredi, 13 décembre 2017 à 12:30
    Trust : Renaissance dans l’Hexagone ?
    mercredi, 13 décembre 2017 à 6:18
    Justice : La liberté du dancefloor
    mardi, 12 décembre 2017 à 9:11
    Stone Sour – Hydrograd
    lundi, 11 décembre 2017 à 18:25
    X Japan : le retour sur scène par le cinéma
    1/3