ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Apocalyptica : Un dernier Zénith bien habillé


apoFinlande – Australie, l’affiche de ce soir ne manque pas de piquant ! Avec deux formations brûlantes de promouvoir leur nouvelle production, Shadowmaker pour Apocalyptica la tête d’affiche et Water For Thirsty Dogs pour Tracer, première partie du soir. Calmons tout de même notre enthousiasme car les fans ne se sont pas déplacés en nombre ce soir. En effet, la salle de la Villette est en petite configuration, rideau tiré sur les gradins ET scène avancée, empiétant ainsi sur une bonne partie de la fosse. Tout de même, la fête sera belle – même si probablement pas rentable – car les violoncellistes ont plus d’un tour dans leur habillage lumineux.

Il est 19H30 quand le trio australien ouvre le bal. Peut-être certains d’entre vous les avaient vus il y a quelques temps au Divan du Monde, en première partie d’Headcharger. Autre temps, autre salle et autre bassiste car Jett Heysen-Hicks remplace Leigh Brown. Autre scène également, plus grande cette fois. Et dans cette configuration, peut-être peut-on regretter l’éclatement du groupe. En trio, difficile de remplir l’espace sachant que Michaël Brown au chant et à la guitare est vite limité dans ses mouvements puisque le micro reste son point d’ancrage. Chacun des musiciens aura tendance à garder son côté. Dommage.

Artistes : ApocalypticaTracer
Date : 6 Novembre 2015
Salle : Zénith
Ville : Paris [75]

Tracer_2015_11_06_01

Michaël Brown : un bon leader

Mis à part ce point, la prestation est plutôt plaisante à voir, les Australiens ayant tout de même une certaine attitude individuelle, allant au plus près du public sur les retours. Michaël, prenant son rôle de leader à cœur, fait chanter les spectateurs qui répondent présents et montrent leur intérêt pour le hard rock bien agréable du trio. Rien de révolutionnaire dans les oreilles de l’audience mais de bons titres comme « Astronaut Juggernaut » ou « Water For Thirsty Dogs » qui sont bien accueillis. Le son est bon, les lumières assez riches pour une première partie et le public déjà bien chaud. La soirée est donc bien lancée.

20H30, « Reign Of Fear » du dernier opus d’Apocalyptica lance la fête. Après quelques instants sous une lumière rouge, le morceau se pare d’atours lumineux plus percutants. Le ton de la soirée est donné : les Finlandais soignent leur habillage lumineux, proposant tout au long du concert des tableaux élaborés avec soin. Côté public l’accueil est énorme avec des fans qui exultent dès les premières notes de violoncelle. Après deux titres instrumentaux, Frank Perez arrive pour chanter « I’m not Jesus ». Enfin un chanteur de qualité et bon animateur pour accompagner le groupe ! Au début de « House Of Chain », l’américain en recherche de contact ira au plus près du public, accroupi sur les retours. Evidemment « Not Strong Enough » reçoit un gros accueil de la part des fans tout comme la reprise « Master Of Puppets » de Metallica, superbement interprétée ce soir avec Mikko Sirén qui est debout et fait applaudir le public qui ne demande que ça. Sur le devant de la scène, hélicoptères et headbanguing vont bon train. Les trois musiciens sont mobiles, changent de côté, haranguent tour à tour le Zénith. « Scream for me Paris ! » demandera ainsi avec dynamisme Eicca.

Apocalyptica_2015_11_06_21

Hélicoptères !

La suite sera du même niveau d’énergie, de percussion, alternant passages solo – Perttu seul avec son instrument, solo de batterie -, moments à trois violoncelles sans batteur ou avec un kit de batterie plus petit installé sur le devant de la scène. Une belle variété qui dynamise la soirée. Sur l’écran du fond, les titres sont accompagnés visuellement. Cathédrale et ses vitraux, formes géométriques presque dignes de Vasarely, homme qui court : la mise en scène est millimétrée. Comme lorsque les musiciens se figent, soudainement immobiles ou lorsque ils sont tous placés en hauteur derrière la batterie. Un peu trop peut-être ? Mais Franky amène une touche d’humain dans ce superbe spectacle et cela serait faire un bien injuste procès au groupe que de leur reprocher un manque de chaleur. Le contact avec leur public est en effet bien là, chaleureux et naturel. Public qui apprécie vraiment, toujours derrière la formation pour une superbe ambiance dans un Zénith où il fait très chaud.

Côté setlist, si Shadowmaker est évidemment présent le passé n’est néanmoins pas occulté pour autant avec des titres issus de leur album Cult par exemple. Les Finlandais n’oublient jamais une touche d’humour dans leurs échanges avec le public. Illustration, le retour du groupe avant la reprise de « Angry Birds » : Paavo entre sur scène en faisant la roue et, à sa suite, Mikko se contente d’une simple cabriole mal exécutée. Ou encore quand Eicca annonce « Hall Of The Mountain King » : « vous nous avez reçu avec de l’amour parisien, nous vous punissons avec un classique » dira-t-il en substance. Ce titre permet au groupe d’insérer la Marseillaise avec un drapeau tricolore sur l’écran de fond de scène. La fibre patriotique du Zénith est piquée ; le public reprend son hymne national à gorges déployées.

Apocalyptica_2015_11_06_03

Frank Perez : un supplément d’âme

22H10 : la pause rappel intervient marquée par les gradins qui se lèvent, font du bruit, tapant du pied pour saluer le groupe. Et c’est « One » de Metallica qui démarre la fin du concert. Succès assuré pour ce titre fédérateur. Frank revient et le groupe indique qu’il s’agit du dernier concert d’une tournée qui les aura emmenés six mois sur la route et en profite pour remercier son équipe technique. Shadomaker avait ouvert le concert, il le terminera également puisque Apocalyptica achève son dernier concert avec le dernier titre de son dernier album, « Dead Man’s Eyes ».

« Take care of yourself, of each others » seront les mots de conclusion de ces deux très bonnes heures de concert qui auront enchanté les fans présents. Reste que le Zénith était peut-être un peu trop grand pour accueillir les deux mille personnes présentes. Il aura en tout cas permis aux Finlandais de déployer les ailes de leur superbe prestation.

Setlist Apocalyptica (source setlist.fm) :

Reign Of Fear
Grace
I’m Not Jesus
House Of Chains
Not Strong Enough
Enter Sandman (reprise de Metallica)
Master Of Puppets (reprise de Metallica)
Inquisition Symphony (reprise de Sepultura)
Bittersweet
Harmageddon
Hope, Vol. 2
Riot Lights
Shadowmaker
Hole In My Soul
Refuse/Resist (reprise de Sepultura)
Angry Birds Theme (reprise de Ari Pulkkinen)
Seek & Destroy (reprise de Metallica)
Hall Of The Mountain King

Rappels :
One (reprise de Metallica)
I Don’t Care
Dead Man’s Eyes

A voir également :

Galerie photos Apocalyptica.
Galerie photos Tracer.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3