ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Après le salut de Head, la rédemption de Korn ?


Cette semaine sort le premier album de Brian « Head » Welch avec sa formation Love And Death, son second album depuis son départ de Korn en 2005, après un album solo intitulé Save Me From Myself, sorti en 2008. Si cela avait été sa seule actualité, peut-être serait-elle passée plus ou moins inaperçue, étant donné le relatif manque d’intérêt du public pour les pérégrinations solo du guitariste, bien qu’il propose une sorte de version édulcorée, radio-friendly de Korn.

Néanmoins, depuis la première annonce de son retour dans Korn cet été pour les deux dates allemandes du Rock Am Ring et du Rock Im Park, et de la prolongation de ce retour pour l’intégralité de la tournée européenne, révélé par Jonathan Davis sur le site officiel du groupe il y a moins d’une semaine, Head revient au centre de toutes les attentions. Autant parce que son départ correspond au début de la période creuse de Korn que parce que beaucoup voient dans Head le véritable artisan musical de la réussite du groupe à la fin des années 90.

Si l’album de Love And Death (qui a été mis en écoute par le groupe sur le site américain Billboard) ne restera pas dans les annales pour son originalité, à l’écoute, il a au moins le mérite de nous rappeler que Head était le grand pourvoyeur de riffs sombres de la période la plus prolifique et couronnée de succès de Korn, du premier album éponyme en 1994 jusqu’à Issues en 1999. L’opposition caractéristique entre septième corde grave à vide et aigus stridents saturés vient en effet du jeu de Head, et non de Munky, l’autre guitariste du groupe qui ne fût jamais capable, une fois son frère d’arme parti, d’égaler les compositions passées du duo. L’intro mythique de « Blind » qui fait exploser le groupe aux oreilles du monde entier, c’est lui ; les riffs rendus mondialement célèbres via MTV de « Got The Life », « Freak On A Leash », ou plus tard « Falling Avay From Me », vous l’aurez compris : c’est encore lui.

De fortes tensions entre lui et Jonathan Davis à l’époque du succès mondial du si controversé Follow The Leader, avaient déjà failli causer son départ du groupe en 1998. Mais c’est en 2005, après une révélation mystique et surtout des années d’addiction aux méta-amphétamines, que Head quitte le groupe, départ annoncé par un communiqué officiel du groupe dont les fans se souviennent encore : « Head a choisi Dieu comme sauveur et il souhaite poursuivre sa carrière musicale selon cette nouvelle orientation ». Il quitte donc Korn, se convertit au Christianisme et réussit à stopper son addiction.

Korn tombe alors dans une période où se succèdent des albums qui vont à la fois désorienter et mécontenter son public par des partis pris électro et pop risqués, ce qui ira jusqu’au flop commercial avec Untitled, puis un retour raté en 2010 sous la houlette de Ross Robinson avec l’opus Korn III: Remember Who You Are. Même sous la direction du légendaire producteur américain, qui avait réussi à tirer le meilleur du groupe à ses débuts, poussant le frontman Jonathan Davis dans ses derniers retranchements afin qu’il sorte un maximum d’émotions de son chant, Korn n’est plus que l’ombre du groupe aux succès planétaires qu’il a été. Il faudra une sortie inattendue d’un album faisant la tentative risquée (depuis imitée par quelques groupes depuis) du crossover Dubstep en 2011, The Path Of Totality, qui divisera une fois de plus la communauté Metal à son sujet, pour que le groupe attire à nouveau la curiosité. Mais même si les arrangements Dubstep réalisés en partie par le mondialement célèbre DJ américain Skrillex créent une sorte de regain d’intérêt pour le groupe, notamment de la part du jeune public qui ne connaissait que peu Korn, il en faut définitivement plus pour que le groupe retrouve son lustre d’antan. Surtout auprès des fans de la première heure et du public Metal pour qui il s’est relativement discrédité avec cet incartade dans le domaine de l’électro. Ce qui n’empêche pas Korn d’être toujours programmé dans la majeure partie des grands festivals européens (avec aujorud’hui Wes Geer comme guitariste remplaçant à plein temps) côtoyant les têtes d’affiche, vivant donc très bien grâce à l’aura de ses premières années.

Aujourd’hui, Brian « Head » Welch est de retour, dans un premier temps sur scène, mais les inconditionnels du groupe ne pourront ignorer l’éventualité d’un retour en studio (Munky lui-même ne cache pas son espoir d’un retour permanent). En décembre 2012, il confiait au magazine américain Revolver : « C’est le bon moment. […] Nous allons pour le moment faire ces concerts et voir ce qu’il se passe. Nous allons simplement prendre du bon temps. » Le public français aura d’ailleurs l’occasion d’être témoin de ces retrouvailles, puisque le groupe arpentera les planches du Sonisphere, mais également du Hellfest. L’occasion pour Korn de redorer son image auprès du public Metal français et européen, surtout entachée par l’annulation du passage du groupe au Hellfest 2007 (en tête d’affiche) à quelques heures de leur concert, ayant refusé de monter sur scène sous une pluie battante, de peur d’une électrocution…

Alors que Head a enfin trouvé la salut de son âme, le temps de la rédemption de Korn auprès du public est peut-être enfin venu.

L’album de Love And Death, Between Here & Lost, sortira le 22 janvier chez Tooth & Nail Records. Ci-dessous les dates de la prochaine tournée européenne de Korn :

4 juin: Varsovie, Pologne – Impact Festival
7 juin: Nurburgring / Eifel, Allemagne – Rock am Ring
8 juin: Amnéville, France -Sonipshere
9 juin: Nuremberg, Allemagne – Rock im Park
14 juin: Donington Park, U.K. – Download Festival
16 juin: Vienne, Autriche – Nova Rock Festival
17 juin Ostrava, République Tchèque – Cez Arena
21 juin: Clisson, France – Hellfest
28 juin: Dessel, Belgique – Graspop



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3