ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Arch Enemy – Will To Power


Arch Enemy est désormais l’un des noms les plus évocateurs de la scène metal contemporaine. Que ce soit par ses performances live (telle que le concert donné au Wacken 2016) ou sa discographie pléthorique, la formation suédoise emmenée par Michael Amott est désormais un standard. Les doutes quant au remplacement d’Angela Gossow par Alissa White-Gluz ont été balayés tant la nouvelle frontman a su s’imposer musicalement et scéniquement. Pour faire simple, la dynamique d’Arch Enemy est extrêmement positive. C’est sans véritables craintes que l’on attend patiemment Will To Power, le onzième album du groupe et le premier avec le guitariste Jeff Loomis en studio. Pourtant, même lorsque tout est au beau fixe, un ennemi subsiste…

Pour reprendre les dires de Michael Amott, Will To Power se veut moins sombre que War Eternal (2014), plus ouvert et mélodique. De ce point de vue, il est certain que Will To Power paraît moins enflammé que son prédécesseur sans toutefois perdre en puissance. Arch Enemy a savamment distillé les riffs massifs plutôt que de constamment se laisser emporter dans des envolées cavalières, à l’image du plombé « The Eagles Flies Alone » ou du pont de « First Day In Hell ». Will To Power bénéficie une fois de plus d’une production permettant de rendre justice au travail des guitares qui est au centre de l’opus. Que ce soit à travers les mélodies en arpège de « Reason To Believe », les mélodies dont seuls les Scandinaves ont le secret (la conclusion de « Murder Scene »), les soli toujours bien intégrés (« The World Is Yours ») et même quelques clins d’œil à leurs influences old-school (les « hurlements » de guitare hard rock dans « Reason To Believe » ou ce bref riff qui semble tout droit sorti d’un album d’Accept aux deux tiers de « A Fight I Must Win »), Will To Power est une réussite guitaristique à tous les niveaux. La performance la plus notable reste cependant le chant d’Alissa White-Gluz qui devrait finir de convaincre les plus réticents, que ce soit par un growl carverneux sur « First Day In Hell » ou une voix claire aussi surprenante que maîtrisée sur « Reason To Believe » et qui nous épargne les égarements habituels des voix claires apposées sur des power-ballades… À n’en pas douter, l’arsenal d’Arch Enemy s’est étoffé sur Will To Power jusqu’à atteindre une perfection dans l’application de sa propre recette : énergie, virtuosité et efficacité.

C’est pour cette même raison que ça ne fonctionne qu’à moitié. Parce qu’Arch Enemy excelle tout en patinant. Certes, Michael Amott s’est efforcé d’apporter des petits plus, à travers des arrangements symphoniques (« The World Is Yours », « A Fight I Must Win » qui bénéficie d’un orchestre) ou le clavier de Jens Johanson (Stratovarius) en invité sur la très néo-classique « Dreams Of Retribution », qui donnent de l’ampleur mais peinent à sortir du cadre superficiel. Dommage que le groupe ait laissé Jeff Loomis à l’écart du processus de composition et n’aient pas profité de ses indéniables talents dans le domaine, ça aurait peut-être permit d’apporter de la fraîcheur là où une certaine redondance est de mise. En réalité, mis à part la surprenante « Reason To Believe » qui, en tant que première ballade du combo, met dans le mille, alliant émotion et puissance, ainsi que « A Fight I Must Win » qui conclut l’opus dans une apothéose épique, Will To Power sent le réchauffé à bien des égards. Il ne faut pas se tromper, Arch Enemy cultive toujours une forme d’excellence, y compris en termes de crédibilité : Will To Power est capable de délivrer des émotions sincères et la formation suédoise s’est employée à créer une véritable atmosphère pour l’auditeur, en témoigne l’introduction « Set Flame To The Night » ou la transition « Saturnine ». Simplement, le fan d’Arch Enemy aura l’impression d’avoir déjà tout entendu ou presque. On pourra alors argumenter qu’Arch Enemy respecte et affine sa marque de fabrique. L’auto-plagiat n’est pourtant pas très loin…

Que ce soit dans la production ou le rythme de l’album, Arch Enemy se veut cette fois-ci orfèvre. Il manque simplement l’audace qui aurait permis au groupe de passer un véritable palier. Ce n’est évidemment pas une composante essentielle à la réussite d’un album et à sa bonne réception. C’est simplement dérangeant lorsque l’on pressent qu’Arch Enemy fait preuve d’une timidité quant à l’emprunt de nouvelles directions, que pourtant Amott avait su nous (sur)vendre, alors qu’il avait les moyens d’aller plus franchement dans le renouvellement, de l’assumer et le réussir. Comme dans tout couple bien installé, lorsque tout fonctionne, la routine finit par éroder…

Clip vidéo de la chanson « The World Is Yours » :

Album Will To Power, sortie le 8 septembre 2017 via Nuclear Blast. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Moi je trouve cette album tout simplement génial ! et les fans dans les millions de commentaire que j’ai pu lire l’adore ! il est différent c’est sur , et marque un peu un « break » dans tout ceux déjà produit , mais je trouve que c’est un album super , qui s’accorde parfaitement avec Alissa . Je penses que par exemple l’album n’aurais pas étais aussi bon avec Angela , car les compositions sont différentes 🙂

    [Reply]

  • Album en net retrait face à un war eternal tout en puissance !
    Arch Enemy est un groupe de death metal et non un groupe symphonique insipide !
    Alors arrêtez de nous saouler avec cette pseudo orientation musicale, pourquoi pas aussi du hard fm ! il va falloir apprendre à chroniquer des albums les gars, Arch Enemy risque de perdre sa base de fans s ils continuent dans cette direction.
    j espère que le prochain album sera nettement plus percutant sinon c est le naufrage assuré !

    [Reply]

    Øttø Rail

    Un peu de ton avis … je suis fan, mais j’ai beau être écouter encore et encore le disque, je me dis je j’ai du passer à côté, mais non, c’est largement pas bon comparé au superbe War Eternal … bon ça peut arriver un ratage … à voir en live de toutes façons … pour le coup c’est le single The World Is Yours que je retiens et puis c’est à peu près tout 🙁

  • erff.. J’avais espéré que cet album serait un peu innovant mais apparemment non. Il faudrait vraiment qu’Amott sorte de sa zone de confort (et laisse bosser Loomis !)

    [Reply]

  • Axel Doucet dit :

    Salut ! J’ai moi aussi l’album Will To Power , travaillant pour un magazine Belge , et je trouve que cette album est une énorme réussite . Je trouve que justement Arch Enemy explore de nouvelles pistes , tout en restant fidèle à leurs sons de base qui les à rendus connus. Sinon je trouve aussi que grâce à cette album ils ont beaucoup évolué , pour moi c’est le meilleur album de Arch Enemy à ce jour , et de très loin ! 🙂

    [Reply]

    Trace la route

    Apparemment, Arch Enemy arrive à passer un cap en ce moment. Les performances live sont très bonne, la sortie du dvd à wacken en est la preuve. Le combo est dans une bonne spirale, la dynamique avec Alissa White-Gluz prend, le public à l’air de suivre. On attend la sortie de l’album qui confirmera tout ça!!

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3