ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Architects – All Our Gods Have Abandoned Us


Architects - All Our Gods Have Abandoned UsQuand Architects présente son nouvel album All Our Gods Have Abandoned Us comme étant plus sombre et plus heavy, le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne font pas de publicité mensongère. Depuis Lost Forever // Lost Together (2014), le groupe a pris une envergure internationale et ce nouvel opus viendra sans doute confirmer ce nouveau statut. Premier album conçu avec le guitariste Adam Christianson en tant que membre officiel, All Our Gods est un concentré de violence et de hargne issu de l’indignation, celle du groupe devant les « dysfonctionnements » de notre siècle. En résulte une musique plus lourde, plus sombre et surtout plus grave, destinée à « tirer la sonnette d’alarme ».

Le pari pourrait s’avérer risqué après le succès de Lost Forever // Lost Together. Pour autant, les britanniques n’ont pas tout remanié, loin de là. La production est encore une fois l’œuvre de Fredrik Nordström et Henrik Udd avec pour seul motto de façonner un son massif, à même de mettre en relief les thématiques développées par le groupe. Évidemment, ceux allergiques aux productions modernes avec ses batteries froides et ses guitares sous-accordées à la propreté presque « industrielle » n’y trouveront pas leur compte. Pourtant, pas de surproduction ou de « surjeu », le groupe sait mettre en valeur ses riffs sans se perdre dans des arrangements superflus. Le riff d’introduction d’ « A Match Made In Heaven » incarne cette philosophie : chiadé tout en restant direct. Cet aspect brut de décoffrage de la musique d’Architects se dévoile dès le premier titre « Nihilist ». Pas de plages instrumentales ou de samples pour introduire le propos ; en somme pas le temps de tergiverser. Néanmoins All Our Gods Have Abandoned Us n’est pas qu’une démonstration de puissance. Tom Searle s’est attaché à agrémenter le squelette des compositions par de nombreuses lignes mélodiques et nappes éthérées, toujours à la recherche d’un équilibre entre violence et lyrisme. L’outro de « Memento Mori » a des airs de Nordic Giants et prend un tournant grandiloquent avec des arrangements électroniques et des samples du philosophe Alan Watts. Des chansons comme « Gone With The Wind » ou la poignante « Nihilist » permettent à Sam Carter de varier son registre vocal en s’adonnant à des parties claires. Ce dernier surprend même sur le très lourd « All Love Is Lost » tant il se rapproche de Johannes Persson (Cult Of Luna).

Tous ces éléments permettent de comprendre pourquoi All Our Gods est selon les dires du chanteur l’album le plus difficile qu’ils aient eu à enregistrer. Ce dernier n’accuse aucun raté et brille par son intensité. Toutefois, au fil de plusieurs écoutes la redondance se fait parfois sentir. Si le travail de Sam Carter est remarquable, certaines lignes de chant se recoupent, à l’image de riffs qui peinent parfois à se démarquer. Ainsi le propos d’Architects est peut-être trop homogène et il faut réellement s’acclimater à l’album pour appréhender la singularité de chaque titre. Peut-être est-ce le propre d’un genre musical saturé où les schémas de composition peinent désormais à innover…

Au-delà de l’impression de « déjà-vu » qui apparaît de manière éparse, Architects livre bel et bien un album viscéral au pessimisme rare. L’objectif est simple, nous faire comprendre que l’on se trouve « à côté de la plaque » et que persister dans une attitude incohérente nous condamne. La véritable force de l’album réside dans cette impression d’ «ultime sursaut» possible même lorsque tout se ligue contre nous, ce qui lui confère indéniablement une petite dimension épique. Architects n’a pas la prétention de faire la morale, il nous rentre simplement dedans pour nous réveiller.

Ecouter l’album en intégralité :

Les clips vidéos des chansons « Gone With The Wind » et « A Match Made In Heaven » :

Album All Our Gods Have Abandoned Us, sortie le 27 mai 2016 via Epitaph Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    The Night Flight Orchestra @ Lyon
    Slider
  • 1/3