ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Potin   

Arno Strobl chronique 2010 : la classe


S’intéressant de près aux artistes émergents (comme en témoigne d’ailleurs Combat Nasal, sa récente compilation de coups de cœur que vous pourrez bientôt découvrir en sa compagnie dans High Hopes), il n’est pas surprenant que le bilan albums d’Arno Strobl (ex-Carnival In Coal, Maladaptive…) soit majoritairement constitué de perles inconnues au bataillon. Comme simplement les citer ne leur rendrait pas justice, Arno a choisi de leur consacrer quelques lignes et de vous les présenter.

TOP 10 :

10. Armored Saint – La Raza

« Non content d’être un des meilleurs chanteurs metal en activité, John Bush possède un capital sympathie non négligeable. Cocu magnifique dans l’histoire d’Anthrax, le bonhomme a enfin envoyé chier Ian et Benante. On s’en fout, qu’ils crèvent ! Sa voix illumine ce superbe album d’Armored Saint, qui fleure bon la sincérité et groove comme seuls savent le faire les disques habités par la complicité et l’amour de la musique. La classe. »

9. Hooded Menace – Never Cross The Dead

« ‘Fulfil The Curse’, sorti l’an dernier, posait les bases d’une musique extrêmement pesante et – je ne suis pas allé chercher mon adjectif très loin – franchement menaçante. ‘Never Cross The Dead’ transforme l’essai et impose Hooded Menace en véritable référence de la scène doom/death. Imaginez le chant extrême de Ludovic Loez (Supuration) que l’on aurait intégré aux meilleurs titres de Candlemass. La classe. »

8. Hord – The Waste Land

« Le premier album du groupe était déjà plus que prometteur, mais ‘The Waste Land’ enfonce le clou et défonce le mur qui est derrière. Jochem Jacobs de Textures, producteur de l’album, a évidemment imprimé sa trace bien profondément dans le son de Hord, mais les Français se démarquent de leur influence majeure par une musique moins systématiquement alambiquée, plus aérée, plus axée ‘chanson’ que celle de Textures. La classe. »

7. The Pineapple Thief – Someone Here Is Missing

« J’aime par-dessus tout être surpris et, à ce titre, être séduit par un groupe ou un disque écouté à tout hasard, ‘pour voir ce que ça donne’. A la suite d’une interview très intéressante dans Rock Hard, j’ai donc jeté une oreille distraite sur ce mélange bâtard d’electro, de rock progressif et de metal (très peu). Le résultat est là, sous vos yeux : 7ème dans mon Top 10 de l’année. La classe. »

6. Pryapisme – Rococo Holocaust

« Aussi étonnant que cela puisse paraître, je suis assez peu client du metal ‘rigolo’ et plus généralement de tout ce qui se voudrait amusant. Or, on ne peut le nier, la musique de Pryapisme repose sur certains ressorts comiques, principalement jaillis de l’inattendu, comme chez Zappa, Mr Bungle ou encore Carnival in Coal (oui, je l’ai dit). Certes, les garçons sont foufous, on ne le leur enlèvera pas. Mais putain de merde, comment ça joue ! De quoi renvoyer un paquet d’apprentis jazzeux reconvertis dans le brutal deathcore à leur première année de solfège. Et avec en prime la pochette de l’année. La classe. »

5. Kryn – EP

« Découverts au hasard du net, ces cinq Croates se permettent tout simplement d’entasser Nevermore sur son propre terrain, à savoir un heavy thrashisant moderne aux accents progressifs du meilleur effet. Pire ! Lorsque ces inconnus s’en prennent au ‘Hurt’ de Nine Inch Nails que l’on pensait connaître par cœur, ils parviennent à le transcender en une version ultra heavy dominée par un des meilleurs chanteurs metal entendus ces dernières années. La classe. »

4. Ihsahn – After

« Depuis ‘In The Nightside Eclipse’, Emperor a établi à chaque sortie d’album des standards nouveaux au sein du petit monde sclérosé du black metal. Ihsahn récidive avec cet ‘After’ qui le laisse sans aucune concurrence, à mi-chemin entre un metal progressif qui confine au sublime et les réminiscences de son passé extrême. La classe. »

3. Klone – Black Days

« Virtuellement, il y avait peu de chance que je craque pour la musique de Klone : leurs soi-disant influences ne me parlent pas des masses et leurs précédentes réalisations m’avaient laissé un arrière-goût de confusion. Contre toute attente, il m’aura fallu écouter à peine quatre titres de ‘Black Days’ pour savoir qu’il figurerait dans mon Top 5 de l’année. Pas besoin d’expliquer pourquoi, écoutez juste le titre ‘Give Up The Rest’. La classe. »

2. Tryptikon – Eparistera Daimones

« On s’en doutait un peu, maintenant c’est sûr : ce diable d’homme de Thomas Gabriel Fischer était bel et bien l’âme noire derrière le ‘Monotheist’ qui a sonné le glas de Celtic Frost. En toute logique, ‘Eparistera Daimones’ en est le digne successeur mais ajoute à la sensation d’étouffement une violence amère et implacable qui ne laisse aucune chance à l’auditeur. La classe. »

1. Minus The Bear – Omni

« Bon, vous allez me dire que c’est pas du metal. Mais je suis certain que le public de Porcupine Tree ou plus généralement de la scène progressive peut s’intéresser en toute légitimité à cet album riche, subtil, et truffé de mélodies fantastiques. Je n’en attendais strictement rien, et j’y ai trouvé tout ce que j’aime (sauf les blastbeats). La classe. »

Et pour finir…

LA BOUSE :

Watain – Lawless Darkness

« Évidemment, étiqueter cet album comme ‘bouse de l’année’ est bien sévère, tout autant qu’injuste puisqu’il ne s’agit pas d’un mauvais disque (même si, pour être honnête, je ne le trouve pas fantastique non plus). C’est surtout le buzz suscité par les Suédois qui me les casse sérieusement. Porter au pinacle des gars qui n’ont à proposer comme toute nouveauté que des gimmicks à base de rongeurs morts et de sang pourri me paraît triste. Bien d’autres plus doués qu’eux et plus respectueux de leur public (sans parler des normes d’hygiène) mériteraient davantage de squatter le haut de l’affiche. »



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Sons Of Apollo @ Lyon
    Slider
  • 1/3