ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Asphyx – Incoming Death


Asphyx - Incoming deathAprès bientôt trente ans d’existence, Asphyx est une pointure dans le death metal qui a su convaincre plusieurs générations de fans avec un son à la fois lourd et incisif. Asphyx est aussi un véritable jeu de chaises musicales au sein de son line-up. Lorsque le groupe annonce sa reformation en 2007, Martin Van Drunen retrouve son poste de chanteur, lui qui l’était déjà à la conception des albums The Rack (1991) et Last One On Earth (1992), les deux véritables succès des hollandais. En 2013, après deux opus faisant suite à la reformation, nouveau coup dur : le batteur et dernier membre fondateur Bob Bagchus annonce qu’il quitte le groupe. Pas question cependant de tirer sa révérence, le groupe continuera de tourner et sort aujourd’hui ce neuvième effort, Incoming Death, qui promet de s’inscrire dans la continuité.

Le moins que l’on puisse dire est qu’Asphyx ne perd pas sa bonne habitude de démarrer son disque franchement. Nul besoin d’introduction pour rentrer dans le vif du sujet, en envoyant d’emblée un death/thrash corrosif. Le tempo va se ralentir progressivement sur les deux chansons suivantes, afin de nous plonger un peu plus dans l’univers de l’album et le death metal old school incarné par le groupe. Asphyx assène ses riffs aussi écrasants qu’efficaces, à l’instar de « The Feeder », et même terriblement entraînants sur « I Came From The Skies », appuyés par un chant écorché, presque vomi, de Martin Van Drunen qui malgré les années ne semble pas faiblir. Tandis qu’un morceau aussi bref et percutant que l’éponyme aura pour vocation de faire agiter l’auditeur qui n’a d’autres choix que de secouer la tête frénétiquement.

Mais n’allons pas croire qu’Asphyx use uniquement de riffs assassins pour façonner sa musique. Si le groupe a su se faire un nom dans la scène death, c’est également pour ses compostions plus lentes, plus longues et certainement plus profondes, comme le mythique « The Rack » issu de l’album du même nom. C’est ainsi qu’on touche à la gravité du doom dans « The Grand Denial », affublé de quelques envolées plus légères et mélancoliques à la guitare et s’achevant en acoustique. Le combo enfonce le clou avec « Subterra Incognita » qui plonge l’auditeur dans une atmosphère pesante voire étouffante, toujours accompagné par ce chant qui confère une sensation d’agonie, avant de se conclure sur quelques notes de piano. Et c’est sur un lancinant « Death : The Only Immortal » que l’album se referme, composé de riffs assez simples mais diaboliquement entêtants, avec cette basse qui grogne, toujours dans une ambiance de plomb mais accrocheuse, digne des titres les plus mémorables des néerlandais.

Asphyx est un groupe qui s’est effrayé lui-même à plusieurs reprises, craignant de se voir mourir de multiples fois au cours de sa carrière. Mais le groupe a survécu aux différentes épreuves, et les vieux fans sont toujours là, tout comme les nouveaux qui ne cessent de prendre le train en marche. Avec Incoming Death, il n’y a pas à craindre pour le public, car il est à l’image de ses prédécesseurs qui furent plutôt bien reçus en leur temps. On peut toutefois prédire que les brûlots les plus courts et efficaces resteront pour une part assez anecdotiques, à l’inverse des chansons plus longues et développées. Néanmoins, ce qui semble être une certitude, c’est qu’Incoming Death porte mal son nom, tant Asphyx est encore plein de vitalité.

Clip vidéo de la chanson « Forerunners Of The Apocalypse » :

Chanson « Incoming Death » en écoute :

Album Incoming Death, sortie le 30 septembre 2016 via Century Media Records. Disponible à l’achat ici.



Laisser un commentaire

  • The Brutal Way dit :

    Album beaucoup moins brutal que les deux précédents, moins rapide et énergique aussi mais beaucoup plus heavy et un peu plus sombre. Très légèrement en-dessous à mon avis que les précédents albums, mais ça reste une pièce majeure de leur discographie avec des morceaux comme « Candiru » et surtout « Death: The Only Immortal » déjà culte! Je regrette néanmoins Bob Bagchus à la batterie, même si Stefan Hüskens enrichi la palette du groupe. Album plus complexe qui demande quelques écoutes pour comprendre toutes ces subtilités… Du lourd!!!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • vendredi, 20 septembre 2019 à 17:18
    ETHS : les détails du DVD The Ultimate Show
    vendredi, 20 septembre 2019 à 14:23
    Klone : embarquement immédiat
    jeudi, 19 septembre 2019 à 19:04
    Alice Cooper : un méchant qui vous veut du bien
    jeudi, 19 septembre 2019 à 16:48
    Steel Panther – Heavy Metal Rules
    vendredi, 13 septembre 2019 à 16:46
    Korn – The Nothing
    1/3