ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Au pays féerique de ceux qui savent



Artistes : KatatoniaSwallow The Sun
Salle : CCO
Date : 22 Mars 2010
Public : 250 personnes environ


Swallow The Sun

Après une prestation remarquée de Long Distance Calling, nous assistons à la très discrète entrée des Swallow The Sun. Ah mais ils sont sur scène ?! Bon ben, applaudissements alors ! La richesse musicale des Swallow The Sun paraît encore plus prégnante en live. Les compos du groupe naviguent entre envolées sacrément planantes et rugissements profonds. Le chanteur y est pour beaucoup. Casquette visée sur le crâne, notre homme reste perché derrière son micro. Regard imperceptible souvent tourné vers le sol, Mikko est concentré et manie chants clairs et gutturaux avec une grande maîtrise pendant que ses quatre collègues (deux guitaristes, un bassiste et un claviériste) headbanguent avec passion.


L’efficace Mikko Kotamäki

Ce côté décalé ne pénalise en aucun cas la prestation scénique du groupe. La puissance des compos est, de toute façon, trop forte. D’ailleurs les quatre albums des Swallow The Sun sont judicieusement mis en avant même si la moitié des titres viennent de New Moon, la dernière perle des finlandais sortie l’année dernière. Le public accepte avec gratitude de prendre part au rêve qui lui est proposé et savoure à sa juste valeur la performance de la formation de death/doom. La musique de cette dernière se rapprochant des ténèbres lumineux des Ghost Brigade, Cult Of Luna ou encore The Ocean. Pris, le public est pris. Il ne peut, en effet, que rester pantois et impressionné devant la finesse de « Falling World », la puissance d’un « New Moon » ou encore les riffs répétitifs de « Swallow », le titre qui conclut magistralement le set.

Swallow The Sun a touché notre âme. Peut-être que toi, lecteur, tu comprendras plus facilement pourquoi maintenant. Merci et vivement le Hellfest messieurs.


Entre ombre et lumière

Katatonia évolue dans un monde qui lui est propre. L’entrée n’est pas accessible à tous ; ainsi, un concert de Katatonia peut tout aussi bien être fantastique que décevant. La magie dégagée du concert peut être souillée par une lenteur désespérante ; désespoir si bien exprimé par le chanteur.

La blondeur et la forme longiligne des guitaristes, du bassiste, du batteur et du claviériste contrastent avec la carrure imposante et les cheveux noirs continuellement présents devant le visage de Jonas, le chanteur. La timidité de celui-ci est palpable à chaque instant. Quand il communique avec le public lyonnais, les phrases sont courtes, simples et la voix est parfois incertaine : « Merci Lyon, merci d’être là ». En plus de cette timidité attachante voire émouvante, Jonas a une curieuse façon de chanter. En effet, il traîne sur les syllabes de ses paroles, sort ses mots avec passion se moquant du retard sur la mesure. Ceci assure à sa voix une chaleur enveloppante et rassurante. Cependant, la justesse est parfois tangente, à la limite de la dissonance.

[/urlb]

Un drapeau à l’effigie du spectre dessiné sur la pochette de leur dernier album orne le fond de la scène. Les lumières de ce soir varient entre le vert et le bleu, sublimant ainsi l’univers froid qu’est celui de Katatonia. La douceur de titres comme « Teargas » ou encore « Tonight’s Music », avec leurs premiers accords si reconnaissables, fédèrent le CCO et entraînent la foule dans une danse convaincante.


Jonas : une attitude personnelle

Les titres de Tonight’s Decision se chargent même de révéler le passé aux plus novices. Quant à The Great Cold Distance et Night Is The New Day, leur dernier album, les tubes plein de mélancolie se soumettent aux spectateurs avec une souplesse agréable. Beaucoup d’entre eux chantent et murmurent parfois ces tristes paroles tout en respectant religieusement les silences absolus entre chaque chanson. Défiant même les incorrigibles prolixes d’un « chut » respectueux.

Oui, il y avait beaucoup de respect et de chaleur, ce soir, au CCO de Villeurbanne.

Live reports :

Katatonia – Virginie
Swallow The Sun – Doc’

Photos : Seb




Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3