ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Avant-Première   

Avant-première : Opeth vous emmène dans son verger goûter le fruit de sa passion


« La musique part dans tous les sens » se résignait à affirmer il y a quelques semaines le frontman d’Opeth Mikael Åkerfeldt en tentant de décrire Heritage, le nouvel opus du groupe. Et lorsque, en abordant le sujet de Illud Divinum Isanus, le dernier et controversé album de Morbid Angel, celui-ci avoue respecter « les groupes qui font les choses différemment », Åkerfeldt donne également l’impression de prêcher pour sa paroisse. Puis, plus récemment, dans une autre interview, accordée cette fois-ci à nos confrères canadiens Brave Words & Bloody Knuckles, il entre dans les détails. Il évoque un titre, ‘Slither’, en quelque sorte hommage à Ronnie James Dio, déclare que l’album s’étend dans des contrées folk, rock progressif, jazz, des influences de Pink Floyd et d’autres de fusion à la Herbie Hancock et Weather Report en précisant que l’ancien batteur/percussioniste de ce dernier, Alex Acuña, fait une apparition ainsi qu’une « flûtiste de fusion suédois qui joue un solo de flûte sur un riff un peu doom. » Et il y a cette pochette, magnifique et surprenante.

C’est sûr, Heritage sera différent. Non pas qu’Opeth n’ait jusqu’à présent été du genre à rester cloîtré sur ses acquis, mais le groupe semble avoir abattu de nouvelles barrières et pris d’avantage de liberté dans sa créativité. Tant mieux, car c’est la démarche qui caractérise les très grands artistes. Il n’y a pas de risque dans l’art, il n’y a que de l’audace.

On pourrait spéculer pendant des heures sur ce que sera ou ne sera pas Heritage, mais seule la musique saura répondre à la curiosité et étancher la soif du mélomane. Voilà pourquoi nous vous proposons, en partenariat avec Roadrunner, d’écouter un tout premier extrait de cet album événement, à paraître le 19 septembre prochain. Il s’agit de ‘The Devil’s Orchard’ qui étonne déjà par ses rythmes et plans guitaristiques jazzy et envoûte par son ambiance singulière. Mais même si ce titre confirme les propos ci-dessus et ne met en avant la voix d’Åkerfeldt que dans son registre clair, il n’en possède pas moins la patte caractéristique de la formation suédoise. Voilà qui augure du meilleur pour l’album.

Jugez-en par vous même :

[audio:opeth-the_devils_orchard.mp3|titles=Opeth – The Devils Orchard.mp3]


Laisser un commentaire

  • La pochette rappelle celle du « Quo » de Status Quo , isn’t it ?

    [Reply]

  • Excellent morceau
    J’attends avec hâte l’album, retour à l’époque de Canterbury 😉

    [Reply]

  • Passée la surprise qui pour moi n’est pas due tant à l’absence de chant death qu’à la production (« c’est comme ça que sonnent de vrais instruments », dixit Akerfeldt dans Rock Hard), mes conclusions sont que 1) le style n’a pas tant changé, on reste dans la continuité logique de Ghost Reverie et Watershed et on reconnait immédiatement les riffs caractéristiques du groupe 2) c’est excellent. Vivement l’album entier!

    [Reply]

  • Au fond, je pense que cet album et le prochain de Steven Wilson (« Grace for Drowning ») vont avoir énormément en commun.
    Et je ne parle pas que de la période de sortie.
    Tout cela me fait penser là discussion que l’on voit Akerfelt et Wilson avoir à propos des 70’s, de comment c’était mieux, et de l’importance des pochettes.
    Le prochain Opeth a l’air en plein dans le sujet.

    [Reply]

  • Good. J’ai eu peur quand ils ont annoncé le truc années 70’… Mais on les reconnait toujours. Le côté suprenant de leur musique est toujours présent, et puis… C’est juste bon à écouter quoi ! =D
    J’ai hate.

    [Reply]

  • putain mais c’est génial!!!
    on dirait du Uli Roth au mieux de sa forme!!
    ça fait effectivement très jazz rock fusion progressif etc etc
    le jour où Opeth sortira un mauvais album, les kangourous danseront la samba en faisant du limbo!

    [Reply]

    Dommage, j’aimerais voir des kangourous danser la samba en faisant du limbo!

  • perso j’aime vraiment ce morceau ça change des précédent 🙂 et je pense que cet album sera un de mon top 10 😉

    [Reply]

  • willargunas dit :

    Back to the « 70 »… excellent !

    [Reply]

  • Personnellement j’adore, et je respecte les groupes qui osent de changement.

    Comme on s’y attendais ça sonne bien 70′, et bon dieu que c’est bon ! Les ambiances apportés sont très étonnantes, le clavier apporte vraiment quelque chose.
    On garde la petite chose qui caractérise Opeth. Bref je suis très impatient d’entendre l’album en entier !

    [Reply]

  • priestjanko dit :

    ce morceau, c’est du heavy-prog la distorsion en moins. C’est évoluer de retirer la disto ??

    [Reply]

    toi t’as jamais écouté Opeth…

    priestjanko

    Non j’ai jamais écouté, sauf ce morceau. Mais je lis.. En gros ils parlent d’évolution concernant « héritage » car il n’y a plus de death-metal. Moi j’écoute ce morceau, il est pas mal mais il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Il y a plein de groupe non-metalleux qui jouent ce genre de zique et on ne crie pas au génie tout autant.Par contre un groupe de metal qui retire des growls et de la guitare « saturée » on crie « au génie ». Les zicos sont bons, c’est sur, mais moi ça me rapelle du heavy-prog sans les « guitares ».

    Yann

    On crie pas particulièrement au génie, enfin pas plus que d’habitude pour Opeth, on fait juste remarqué qu’ils n’ont pas peur de faire un peu autre chose, d’évoluer, et en plus ils le font extrêmement bien. (en tout cas au vue du morceau en écoute)

    priestjanko

    je réitère ma question est-ce évoluer que de retirer la « disto » ? Car ce morceau tu y mets de la disto c’est du heavy-prog.

    bwa bwa

    priestjanko comme tu le dit c’est des métaleux qui font du non metal et ont crie aux génie , tu connais des jazzmen qui ont fait du metal ?

  • Merci beaucoup pour le lien au fait

    Vous êtes de chefs 😉

    [Reply]

  • ce qui fait plaisir avec ce groupe, c’est qu’il prennent leur temps quand ils écrivent quelque chose

    [Reply]

  • grande place au instrument

    [Reply]

    ouai

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3