ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Avatar au sommet du chapiteau


Pendant que Thirty Seconds To Mars se fait plaisir à l’AccorHotels Arena, qu’Obituary ramasse les dents de son public au Trabendo et que Lorenzo fait du sale au Bataclan, Avatar se produit au Trianon. Avatar est loin d’être un groupe anodin car il fait clairement partie des révélations des deux dernières années sur la scène metal ! En un clin d’œil, tous les regards se sont portés vers l’univers freakshow des Suédois. Une personnalité propre qui a séduit un large public. Leur concert au Hellfest 2017 aura d’ailleurs particulièrement participé à les faire connaître dans l’hexagone. Ce soir, c’est avec son dernier disque en bandoulière, Avatar Country sorti en janvier dernier, qu’Avatar revient sur le devant des scènes Européennes pour présenter celui-ci, après une tournée Nord-Américaine sold-out sur de nombreuses dates. La tournée débute plutôt bien, avec également de nombreuses dates complètes, dont celle de ce soir.

Avec ce concept-album ayant vu leur guitariste Jonas « Kungen » Jarlsby couronné Roi du royaume d’Avatar, c’est bien évidemment en grande pompe que le groupe se déplace, emmenant dans ses valises royales jeux de foire, ménestrels et artistes de tous poils afin de distraire sa cour venue se prosterner devant le Roi Jonas. Et pour accueillir un Roi en visite officielle, quoi de mieux que les marbres et dorures du très beau Trianon, emblème du Paris de la Belle Epoque ?

Artistes : Avatar – Hellzapoppin – Old Kerry Mckee
Date : 14 mars 2018
Salle : Trianon
Ville : Paris [75]

Old Kerry Mckee

Une fois n’est pas coutume, arrêtons-nous un instant sur la mise en scène absolument géniale du stand de merchandising transformé en stand de foire, avec sa roue permettant de gagner t-shirts, stickers et autres baguettes de batterie, sa cible représentant le visage de Johannes Eckerström où il faut viser les yeux ou la bouche afin de gagner un lot, une boîte à pourboires renommé « Bieber extermination fund » en gros une quête pour « effacer » le blondinet canadien ou encore un panneau sur lequel sont accrochées différentes œuvres représentant le Roi, dont un magnifique portrait en perles à repasser ! Hilarant !

Le concert de la première partie démarre pour vingt minutes de mélange entre blue grass et la BO d’un western. Guitare acoustique, chapeau, tambourin au pied et double pédale : cet homme-orchestre répond au doux nom d’Old Kerry Mckee. Par l’appellation « homme-orchestre », à noter qu’il joue simultanément de la batterie et de la guitare tout en chantant ou jouant de l’harmonica ! Entouré de diverses pédales d’effet et de platines pour vinyles, il propose une musique au style clairement folk et sa voix chaude semble plaire au public au vu des applaudissements nourris qu’il reçoit. S’il avait déjà tourné avec Avatar il y a plus de dix ans avec son groupe de death metal, il remonte cette fois sur scène pour une courte durée avec une prestation située à des kilomètres de ce que peut proposer Avatar musicalement !

En tout cas, on aurait difficilement pu trouver plus frais et plaisant pour passer le début de la soirée. Entraînant et dépaysant, on tombe très vite sous le charme de ce grand barbu, que l’on prendra plaisir à revoir durant plus d’une heure dans une salle intimiste.

Hellzapoppin

Hellzapoppin Circus Sideshow est un collectif d’artistes de cabaret proposant un véritable freakshow. Un numéro comportant des activités hors du commun et des personnages hauts en couleurs. Le maître de cérémonie, longues tresses sur les cotés de la tête et chapeau haut-de-forme, va donc faire défiler les uns après les autres ses protégés afin de nous faire vivre une expérience unique, mais surtout terriblement déconcertante. Le premier à fouler les planches est un homme-tronc vêtu d’une veste en jean cloutée et d’un chapeau de cowboy qui fait des acrobaties à la force de ses bras et s’offre un petit plongeon sur une table emplie de morceaux de verre. Tout cela sur fond de hard rock. Un acte qui, en soi, pose tout de suite les bases de la prochaine demi-heure à venir. S’en suit un homme s’accrochant au nez et aux yeux des cloches de vaches ainsi qu’une boule de bowling.

Ce même personnage reviendra par la suite sur scène pour avaler des sabres ou tenir une tronçonneuse en marche par la bouche. Un homme de petite taille avalera, de son côté, un long ballon et fera un numéro de libération à la houdini. Entre temps, notre hôte s’enfoncera dans le nez une perceuse et un tournevis. Si la performance détonne complètement pour cette ouverture d’un concert de metal, elle rentre cependant parfaitement dans le thème de la soirée. En effet, cette expérience dérangeante et effrayante s’inscrit dans la lignée du freakshow musical qui suivra. En tout cas, voir une personne tenir dans les airs avec ses dents une tondeuse à gazon, ou tourner à l’intérieur de lui un sabre courbé, ne peut que procurer des frissons. Le terme « performance » n’aura jamais été aussi vrai que sur cette (deuxième) première partie venue de Dallas !

Dans cette optique, on se souviendra longtemps des recommandations du maître de cérémonie : « Les enfants, n’essayez surtout pas de faire ça à la maison ! » Car, étrange et fascinante, cette troupe de freaks a réussi à nous faire oublier l’espace d’un moment que nous n’étions pas venus pour eux.

Avatar

Un grand rideau orné de la tête couronnée du roi Jonas et reprenant les paroles de « Glory To Our King » masque la scène où va se produire Avatar et c’est bien évidemment au son de ce morceau que débute le concert des Suédois. A peine le rideau tombé, on découvre une scène avec une passerelle au-dessus de laquelle est accroché le désormais célèbre backdrop du groupe, le nom Avatar en lettres lumineuses. Alors que s’avancent sur scène les trois autres membres du groupe, le guitariste couronné fait son apparition au centre de la plateforme, assis sur un trône doré et rouge, guitare en mains. C’est réellement à partir de « Let It Burn » que toute la salle sera retournée. Bien que le roi soit le guitariste soliste Kungen, la véritable voix de ce soir et du groupe est bel et bien le charismatique et talentueux Johannes. Il est le porteur du message du guitariste roi, et également celui qui ébloui par ses capacités vocales. Parvenant à atteindre plusieurs niveaux d’octaves à la suite, c’est une grande prouesse que de le voir sur scène avec une qualité de growl indéniable. Changeant de costumes régulièrement, se mouvant sur scène avec sa canne, tirant la langue à tout-va avec évidemment son maquillage de joker, offrant les plus belles grimaces ou se servant du batteur comme une marionnette : le bouffon du roi effectue un travail remarquable pour animer le concert.

Avatar est de ces groupes qu’il faut absolument découvrir sur scène. Tout d’abord la complicité entre les membres se ressent vraiment, puis la qualité de jeu est indéniable, les guitares jumelles amènent une belle profondeur aux morceaux et surtout, on y revient, Avatar possède ce frontman incroyable. Grand, mince et tout dégingandé il ressemble tour à tour à un Gene Simmons possédé, à un inquiétant petit diable sortant d’une boîte ou encore à une poupée de chiffon démembrée. Son maquillage donne un ton particulier à son regard qui passe du fou au doux, du flippant au caressant. Il a un véritable talent d’acteur et interprète, tant dans la voix que dans l’attitude. Les autres membres du groupe ne sont pas en reste, ils tiennent tous parfaitement leur rôle. Car même si le bassiste et le guitariste rythmique se font plus discrets dans leur costume noir et rouge, ils s’accordent à merveille à l’ambiance générale de ce soir : un grand sourire et ce brin de folie dans leur regard. L’énergie déployée est incroyable avec ce metal pour le moins atypique et une personnalité artistique enrichie aux fil des années pour devenir un OVNI de la scène.

Avatar

Le public chante par cœur tous les morceaux : « Bloody Angel », « Paint Me Red », « Tower », « Reload », « For The Swarm », « Puppet Show », « Smells Like A Freakshow », ou même de titres plus anciens tel que « War Song », issu du tout premier album Thoughts Of No Tomorrow (2006). Johannes terminera le concert avec une déclaration d’amour envers son public et Paris. Puis le roi Kungen s’avancera sur scène, avec les autres membres bien alignés, tandis que l’on déposera une couronne sur sa tête. Avatar est une bombe en constante explosion sur scène qui n’attend que de jouer dans des salles toujours plus grandes. Le cirque du metal n’est pas près de s’arrêter et, à l’image de la trajectoire d’un Ghost, on peut espérer que le groupe dépasse le stade de « simple » concert pour proposer des shows avec feux d’artifices et un spectacle encore plus grand. Même si, convenons-en, le gros plus du set de ce soir aura été ces jeux de lumière extrêmement travaillés qui, couplés à une mise en scène millimétrée, ont donné à ce concert un coté Grand-Guignol unique en son genre.

Surtout, ce qui fait la force d’Avatar reste le contact avec les fans. Autant dans les attitudes scéniques que dans les paroles, le groupe sait interagir avec le public qui en redemande. Et c’est sur un « Hail The Apocalypse » démentiel que prend fin ce concert. Avatar est indéniablement un groupe de scène. Mais il faut encore distinguer leurs prestations en festivals des salles où ils se produisent en tête d’affiche. Pour ceux qui ont aimé Avatar au Download en 2016 ou au Hellfest en juin dernier, un conseil : ne pas les rater pas la prochaine fois qu’ils passent à proximité, la différence vaut le détour !

Setlist :

Glory To Our King
Legend Of The King
Let It Burn
Paint Me Red
King’s Harvest
Bloody Angel
For The Swarm
The King Wants You
Puppet Show
Tower
The Eagle Has Landed
War Song
Raven Wine
Reload
Smells Like A Freakshow
A Statue Of The King
The King Welcomes You To Avatar Country
Hail The Apocalyspe

Report : Nathalie Holic et Matthis Van der meulen
Photos : Matthis Van der meulen



Laisser un commentaire

  • Trinitals dit :

    Ils sont passés à Lille le 15 Mars, c’était vraiment le feu !!!
    Je recommande chaudement d’aller les voir en concert, ça vaut clairement le détour.
    Si vous avez l’occasion, n’hésitez pas 🙂

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3