ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Avatarium – All I Want


Avatarium, le nouveau groupe de Leif Edling de Candlemass, était l’une des surprises de 2013 avec son premier opus qui mariait lourdeur et volupté de manière éblouissante. Et le groupe revient cette année, non pas pour proposer un nouvel album mais un simple EP, sur un support vinyle uniquement qui plus est, pour dire : « on est au travail, et voici ce qui se profile à l’horizon. » Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’horizon s’annonce radieux. Deux nouvelles chansons en format démo, cela s’entend par le son moins travaillé que celui de l’album, mais certainement pas par l’interprétation des musiciens. A donner la chair de poule, même, sur « Deep Well », sabbathien dans son essence, avec ce solo gilmourien de Marcus Jidell, touché par la grâce, à l’image de celui qui clôt « Lady In The Lamp », ce mélange acoustique électrique et un refrain qui titille les cieux, porté par la voix plus envoûtante que jamais de Jennie-Ann Smith. Smith qui prend ses aises et fait étal d’une expressivité accrue, comme sur « All I Want », chanson d’ouverture qui donne son nom à l’EP et revient un peu plus dans le giron de Candlemass, où elle se permet quelques poussées vocales Zeppeliniennes qui prouvent qu’elle n’a pas encore dévoilé tout son jeu.

En bonus, Avatarium donne un aperçu de ses prestations live. On savait Jidell friand d’improvisation, lui qui louait les capacités du groupe à cet égard. Il en fait désormais la démonstration à tous ceux qui n’ont pas eu la chance de voir la formation à l’oeuvre de leurs propres yeux, avec trois chansons que l’on redécouvre sous quelques retouches. Un « Pandora’s Egg » qui débute sur des bidouillages de clavier, avant de laisser place à des couplets à l’ambiance plus désolée encore que l’original (le fait qu’il n’y ait qu’une seule guitare y est pour quelque chose), donc plus de contraste encore avec les refrains, puis une envolée psychédélique en guise de solo, acclamé à son issue par un public que l’on devine transporté et plein de frissons. Un « Tides Of Telephaty » dispensé de son intro, avec un clavier qui prend parfois la place de la guitare pour laisser cette dernière faire ses gris-gris et, surtout, un long final inédit hendrixien en diable. Puis, pour finir, un « Bird Of Prey » affublée de quelques discrètes notes de blues et d’un lead, encore une fois, dégoulinant et extatique.

Si Jennie-Ann Smith laisse entrevoir un potentiel bien plus grand encore sur les deux inédits, c’est sans conteste Marcus Jidell qui s’impose comme la révélation des titres lives. Un guitariste à surveiller de près. Tout comme le groupe qui fait état, rien que via ce bien trop maigre EP à écouter et réécouter, d’une musicalité, en studio comme en live, à la fois authentique et pleine de fraîcheur. Croisons les doigts pour que les problèmes de santé du chef d’orchestre se règlent sans trop tarder, car il a de toute évidence, trente ans après les débuts de Candlemass, encore beaucoup à offrir.

Ecouter le morceau « All I Want » :

Album All I Want, sorti le 14 novembre 2014 chez Nuclear Blast.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3