ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Le Blog Du Doc   

Avoir 18 ans et vouloir vivre de la musique


Il y a quelques jours j’ai reçu au studio une jolie lettre d’un jeune homme de 18 ans qui me confiait qu’il était en train d’arrêter ses études de Science Politique et de Géographie « dans l’objectif de vivre un jour de (sa) passion, la musique ». Dans cette optique, il souhaiterait « trouver un emploi afin de réunir les moyens financiers nécessaires au financement d’une formation dans ce domaine ». Et c’est avec cet objectif qu’il me contacte.

Notre jeune homme souhaite donc vivre de sa passion et je ne peux que l’encourager. Parce que, dans la vie, je pense que c’est bien d’avoir des objectifs, des défis, de l’ambition et des rêves pour se dépasser soi-même. Car c’est en se dépassant soi-même qu’on parvient à réaliser « ces grandes choses » que beaucoup trop de personnes ne font qu’imaginer toute leur vie alors que dans le monde professionnel c’est le cœur qui devrait avant tout parler… au moment d’effectuer ses choix.

Mais le problème, quand je reçois une lettre comme ça, c’est que j’ai dans la tête mon parcours professionnel personnel, le contexte musical d’aujourd’hui et l’évolution du projet Radio Metal en tant que tel. Et quand je fais une petite analyse sommaire de ces trois points dans l’ordre, voilà ce que je vois :

– C’est la m*rde !
– C’est la m*rde !
– C’est cool mais bon… c’est quand même la m*rde !

Alors, bien sûr, à la lecture de ce résumé fort simpliste, certains parmi vous vont croire que je suis quelqu’un de pessimiste. Or tu te trompes, cher ami ! Je suis bien le contraire. Enfin, le contraire… Disons que je crois en ma bonne étoile et que j’ai fort heureusement une flamme en moi, celle de l’espoir. Je ne dirai pas que je suis un éternel optimiste mais je crois avant tout aux vertus et qualités que sont le travail, la persévérance et l’intelligence.

Ainsi est-ce vraiment de l’optimisme que de simplement croire en ses collègues, en soi et au projet RM dans sa globalité ? Hmm… pas sûr ! Depuis le départ, j’ai juste de l’espoir et des convictions – nous sommes partis de rien – et le fait qu’on soit encore là au bout de bientôt 5 ans d’activité, avec une communauté importante derrière notre média, prouve tout simplement que notre espoir était justifié et que nous avions tout à fait raison « d’y croire ».

Alors, pour tout ça, je serais bien mal placé pour dire à un gars qui me contacte : « Mec, n’essaie pas de bosser dans la musique : c’est impossible ! ». Parce que ce serait contradictoire avec les faits. En revanche, c’est vrai, travailler dans la musique est très difficile car notre économie s’est vraiment cassée la figure ces dernières années. Seuls les gros producteurs de spectacles parviennent véritablement à tirer leur épingle du jeu et, lorsqu’on connaît le caractère hyper aléatoire de cette activité, on se dit que l’industrie de la musique est de facto dans une situation bien plus instable qu’elle peut le croire… Le secteur a muté sur bien des aspects et, comme toujours, ce sont les structures qui sauront le mieux s’adapter aux transformations qui seront récompensées de leur vaillance et patience.

Mais, pour en revenir au cas précis du jeune homme évoqué ci-dessus, je serais bien mal placé pour critiquer son rêve alors que moi-même j’en ai réalisé des dizaines avec Radio Metal ! Diffuser du metal en continu sur une radio était un rêve, faire venir des artistes pour des sessions acoustiques dans notre studio était un rêve, réaliser des interviews était un rêve, enregistrer des concerts live était un rêve, faire tenir un média ayant une vraie liberté de ton était un rêve ; et des rêves, on en a encore plein dans notre besace ! Alors voici ma réponse à notre interlocuteur.

« Salut,

Merci de ton intérêt.

Je prends acte de ta volonté et ne peux que t’encourager à aller au bout de ton ambition.

Cependant, c’est bien mon rôle de te mettre en garde. Car j’ai 26 ans et cela fait 6 ans que je travaille dans la musique et dans le metal. Ma situation financière personnelle, à l’instar de mes collègues, est donc plus que précaire car j’ai fait le choix de la passion avant tout. J’ai arrêté mes études de Science Politique et d’Histoire à 20 ans au moment où j’ai créé Radio Metal. Et après avoir obtenu mes diplômes (Licence) je m’y suis mis à 100% car je sais très bien que ce que je fais a du sens et sera de plus en plus porteur économiquement parlant. Aujourd’hui tu connais la notoriété de Radio Metal mais nous avons galéré pendant des années pour en arriver à un stade… où nous galérons finalement toujours autant à titre personnel sur le volet financier. « Vivre de sa passion » dans le domaine de la musique est une chose de plus en plus difficile… pour plein de raisons différentes.

Lis ça, beaucoup de choses sont dites.

Je serais toi je continuerais mes études et travaillerais dans la musique à côté pour me faire la main et rentrer dans le milieu. Car ainsi tu accumuleras de l’expérience en évitant de « végéter » comme c’est le cas de tant de personnes dans ce milieu.

Nous ne prenons pas de stagiaires mais si ça te dit on ira se boire prochainement un café. »

Un jeune d’aujourd’hui qui rêve de vivre un jour de la musique, il faut qu’il comprenne qu’il lui faudra galérer des années pour s’en sortir… à moins d’avoir la très bonne idée au très bon moment. Mais sans mise importante au départ (et même avec une bonne idée d’ailleurs) cela se fera a priori très progressivement.

Travailler dans l’industrie musicale, de nos jours, est un combat. Et il faut le savoir parce que beaucoup y ont laissé bien plus que des plumes…



Laisser un commentaire

  • s’est vraiment cassée la figure ; le E en trop 🙂

    [Reply]

  • Ah j’ai oublié. Je suis pluggé la moité de la journée sur Radio Metal (je bosse sur mon ordi maintenant, fini la vie de rock star) et je voulais vous remercier. J’ai découvert pleins de groupes grace à vous et ça me tiens en contact avec le monde du Metal.
    UP THE METAL !

    [Reply]

  • Salut,
    L’avis d’un vieux.
    J’ai 49 ans et j’écoute du métal depuis que j’ai 11 ans (ça s’appelait hard rock à l’époque).
    Je suis pssionné et j’ai appris la basse à 24 ans (c’est tard, mais c’était que de la basse…)et suis monté à Paris pour trouver un groupe (et un boulot). Après trois ans à Paris et peu de concert, les 2 grateux et moi, on décide de partir au Canada (Montréal). On reforme un groupe avec un batteur et un chanteur Québequois. J’ai joué dans plusieurs groupes parallèles pendant 8 ans, jusqu’au jour où je suis entré dans BARF (Blasting All Rotten Fuckers), groupe connu au Québec et là les 10 ans de galères musicales ENVOLEES !
    On jouait devant des salles de 500 à 1000 personnes régulièrement (jusqu’à 15000 lors des festivals d’été), avec des vraies tournées etc. C’est le rêve du gamin qui se réalisait.
    J’ai fait 2 albums avec eux dont un Live, et je n’ai vraiment jamais gagné ma vie (sauf en tournée).
    Je n’ai jamais regretté malgrè les sacrifices que ça requiet, mais quand on est pationné on ne parle pas de sacrifice…ou alors c’est du Black Novégien.
    Alors si tu aimes, tu vas le faire bien donc tu réaliseras ton rêve.

    [Reply]

    koukoula

    aaaah BARF ! Politichiens !! Qu’est-ce que j’ai pu l’écouter celle-là !! (les autres ‘me souviens plus des titres^^) Vous aviez au moins un fan en France 😉

  • Salut,
    Tout d’abord je tiens à préciser moi aussi que j’adore ce côté « humain » de RM.
    Voila moi j’ai 16 ans et j’aimerais aussi m’engager du coté de la musique afin de réaliser nombreux de mes rêves, mais en temps que journaliste « spécialisé » dans la presse.
    Est-ce la même galère?

    [Reply]

    Alastor

    Je me permet de répondre à ta question en tant qu’étudiant en journalisme. Mon but est de devenir, tout comme tu le souhaites, journaliste dans cette presse « spécialisée » afin d’associer la passion de la musique à celle de l’écriture et du partage. Malheureusement la galère c’est la même partout…que tu veuilles devenir médecin, plombier ou encore journaliste musical, le monde du boulot reste ingrat. Le journalisme souffre beaucoup de l’avènement de l’internet mais rien n’est impossible. Il faut se battre pour se faire un place, mais si tu es décidé à faire ce que tu souhaites alors vas-y !
    Tu as 16 ans, médites encore sur tes choix et tes ambitions, mais sache qu’il ne faut jamais regretter aucuns de ses choix.
    Je préfère dire « j’ai fait » plutôt que « j’aimerais le faire ».

  • Eh ben moi qui avait envisager un bts avec le stage a Radio Metal… Vivre de sa passion est tres difficile et ça tout le monde le sais

    [Reply]

  • Très bonne réponse. Moi aussi je suis passionnée de musique depuis déjà très longtemps, mon rêve étant d’avoir mon propre groupe de metal (Dans mon coin, je n’ai malheureusement trouver personne). Malgré le fait que je ne cesse de composer et apprendre mon instrument, je continue mes études. Je pense que le Doc’ a raison et je souhaite a ce jeune homme de réussi musicalement et s’il continue ses études de réussir aussi dans ce niveau la.

    [Reply]

  • raskholnikov dit :

    Bel article.

    De même que Doc’ je préconise d’étudier et de travailler en parallèle de sa passion musicale sinon c’est la grosse galère assurée.

    De plus au vu du nombre incroyable de groupes ou de « musiciens » en solo de par le monde, pour pouvoir vivre de sa passion il faut d’abord se poser la question : « ai-je suffisamment de talent pour sortir du lot ? ».
    La technique ça se travaille, mais le but premier d’une carrière artistique c’est pas le « fun » ou les « tournées » mais avant tout la création et ça…

    Si des gens se la posaient objectivement cette question je penses que ça écrèmerait un max 😉 .

    [Reply]

  • ha!une petite touche de couleur dans la journée!Je souhaite que de la réussite à ce gars,sachant que je partage aussi son rêve.
    Au fait,le café c’est pas métal.

    [Reply]

  • Cet article illustre très bien ce que j’aime chez RM à travers la narration: un discours sensé qui ne méprise pas le côté « humain » du désir de ce jeune homme! Alors de l’optimisme, il y en a!

    [Reply]

  • Super article. 18 ans, je pense que c’est encore le moment pour vouloir changer d’orientation du tout au tout. J’ai jamais eu autant envie que de travailler dans la musique qu’en ce moment même mais je suis en Bac+4 et j’ai 22 ans donc je me dis que la musique, à part faire ça pour le plaisir, j’en ferais malheureusement pas une carrière. Et je regrette un peu donc autant s’y prendre le plus tôt possible même si comme le dit Doc’, ça n’a pas l’air d’avoir été rose tous les jours.

    [Reply]

    Youhou

    rien d’impossible, je suis dans le même cas que toi, mais j’espère toujours pouvoir faire une carrière (même minime) dans la musique, et à 22 rien n’est jouer, de tête marilyn manson avait 30 ans quand il a fondé son groupe et je crois qu’il n’avait rien fait de musical avant (d’ailleurs il ne voulait pas être chanteur si je me souvient bien), shawn crahan avait presque 40 ans quand slipknot ont sortit leur premier ep et les gars de rammstein était aussi aux alentour de 40 ans quand ils ont commencé.

    Alors à 22 ans vraiment rien de perdu, le tout c’est de s’accrocher et d’en vouloir.

    Youhou

    putain j’ai des problèmes correction manson 20 ans et shawn 27 ans.

    M’enfin, reste que certain commence leur carrière tard quand même donc bon.

    Et sinon à propos de l’article, je pense qu’il faudrait aussi dire que certain musicien (beaucoup je pense) on eu un travaille avant de vraiment démarrer leur carrière musical, (ça à m^me fait perde des bout de doigt a tony iommi), et que certain continue à travailler à côtre (il me semble que Didier Wampas est toujours agent à la RATP, du moins qu’il à continué à l’être pendant un moment en parallèle de son groupe).

    Lauris

    Je complèterai ton message Youhou, en disant que certains artistes qui ont des carrières musicales exemplaires ont même pu aller jusqu’au bout de leurs études, par exemple Tom Morello ou Ben Weinman, qui sont diplomés de sciences politiques, et qui sont des musiciens extraordinaires!

    caseychaos

    A youhou. L’idéal serait de donner des exemples d’artistes français.

    Dans le genre rock ou métal, nous n’exportons pas des masses, et à une échelle très faible.

  • Samlebassiste dit :

    pour moi c’est un peux la merde aussi , j’ai 17 ans pas diplome , pas d’école, mon rêve le plus cher c’est de pouvoir vivre de la musique mais disons que ce mec la est quand même dans une posture plus avantageuse que moi .

    si vous voulez entendre mes groupes aller sur Facebook
    Godless Heretic
    Animal Instinct Downside
    Neuronal Extinction

    on enregistrera très prochainement pour donner une petite idée aux gens .

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3