ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Backyard Babies – Sliver & Gold


Cela va faire trente ans que Backyard Babies officie, sans avoir véritablement dévié de sa vocation initiale : faire du rock à l’ancienne et sans fioritures. Les amis d’enfance que sont Nicke Borg, Dregen, Peder Carlsson, Johan Blomqvist sont restés ensemble depuis tout ce temps, obéissant à un pacte de fraternité qui impliquait de tout sacrifier pour le groupe. Une histoire aux allures de teen-movie qui évolue en success-story dès la sortie de Total 13 (1998) qui permet au groupe d’émerger, coïncidant avec la fin du mouvement grunge. Le groupe avait décidé de marquer une pause en 2008, revenant seulement en 2015 avec Four By Four. Produit au Park Studios par le célèbre Chips Kiesbye (Sator, The Hellacopters, Millencolin), Sliver & Gold est le huitième album des Suédois et prouve qu’après tout ce temps, pas une once de lassitude ne vient ternir leur envie de produire du rock n’roll, le tout sans se laisser aller à des automatismes.

L’un des traits caractéristiques de Backyard Babies reste le timbre légèrement nasillard de Nicke Borg, un grain résolument rock, légèrement sale gosse sur les bords, mais propice aux lignes mélodiques. L’ouverture de l’album « Good Morning Midnight » a le mérite de présenter tout ce qui fait le succès de Backyard Babies : un riff entraînant et un refrain aux accents de sleaze rock, le tout s’enchaînant sans tergiverser. Sliver & Gold s’introduit d’une manière conventionnelle, ce qui ravira les fans du groupe avant de véritablement entamer l’opus. « Simple Being Sold » continue dans cette lignée en intensifiant toutefois les lignes de chant, Nicke Borg est soutenu par des chœurs et s’illustre dans un registre plus proche du punk mélodique à la Millencolin. Backyard Babies oscille justement entre plusieurs registres, endossant parfois le rôle de groupe old-school via un titre comme « Shovin’ Rocks » et ses interventions bienvenues de piano, véritable plus-value de la composition. Le titre fait presque office d’hommage à la carrière du groupe, Nick Borg et Dregen scandant en chœur : « I’ve been shovin’ rock and roll for 30 years »…

Au-delà de la facilité du groupe à délivrer des titres rock extrêmement ciselés, le véritable intérêt de Sliver & Gold réside dans une diversité que l’on n’attend pas forcément de la part d’un tel groupe. « Ragged Flag » privilégie une approche plus légère avec un riffing sautillant accompagné de percussions et véhicule une humeur moins festive et sauvage mais plus « cool ». Backyard Babies a cette aisance à jouer sur les humeurs de l’auditeur : « Yes To All No », avec son léger parfum seventies, laisse apprécier une forme de mélancolie avant de retrouver du poil de la bête et un refrain mélodique entêtant. « Sliver & Gold » et « A Day Late In My Dollar Shorts » reviennent à des accents plus punk, magnifiés par une pléthore d’accroches mélodiques. Backyard Babies a la faculté de captiver immédiatement l’oreille, le meilleur exemple étant le riff d’introduction de « 44 Undead » qui rappelle succinctement que le plus contemporain Kvelertak doit nécessairement quelque chose aux décennies d’existence de Backyard Babies… Titre qui lui-même doit beaucoup aux vieux hits classieux de The Cult… En réalité, seule la conclusion langoureuse « Laugh Now Cry Later », faite d’une mélodie de piano et d’accords enchaînés, laisse sur sa faim. Ici, la recette Backyard prend moins et Nicke Borg en vient à compenser la faible consistance du titre en surjouant. Seule l’instrumentation de l’outro avec son accordéon confère de l’épaisseur au titre qui contraste tout de même avec l’efficacité redoutable qui le précède.

Sliver & Gold est un album d’amour pour le rock au sens traditionnel, logique lorsqu’on connaît la discographie de Backyard Babies. Pour autant, il évite l’écueil du classicisme par sa capacité à développer des accroches différentes sur chaque titre et une dynamique omniprésente. Backyard Babies va lorgner du côté d’AC/DC, de Led Zeppelin, de Millencolin, de The Cult ou de Guns N’ Roses en conservant ce qui fait son caractère, ce qui permet à Sliver & Gold d’éviter la redondance. Après trente ans, Backyard Babies a toujours pléthore de choses à raconter, et ce de beaucoup de manières.

Clip vidéo de la chanson « Good Morning Midnight » :

Clip vidéo de la chanson « Shovin’ Rocks » réalisé par Peder Carlsson, le batteur du groupe :

Album Sliver & Gold, sortie le 1er mars 2019 via Century Media. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3