ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Band Of Spice – Economic Dancers


Band Of Spice - Economic DancersL’ex-Spiritual Beggars Spice (aussi frontman de la formation thrash Kayser qui avait sorti l’année dernière son album Read Your Enemy) est profondément imprégné d’une large culture rock américaine. Ce qui ressortait fortement de la première période des Suédois, très marquée par la présence du bassiste chanteur, prend encore plus d’importance dans le second effort du projet personnel de Spice, sobrement intitulé Band Of Spice. Si Feel Like Coming Home il y a cinq ans offrait une vision hard rock relativement brute, plutôt grasse façon sudiste, des envies de Spice, le voici avec un propos plus accessible, construit et enthousiaste, de sa façon à lui, et les quatre musiciens qu’il a emmené dans son périple, d’aborder le rock’n’roll universel.

Spice n’a pas d’état d’âme : il est évident qu’il flotte une saveur à la Monster Magnet dans l’air, et qu’ayant écouté essentiellement de la musique de la fin des 70’s et du début des 80’s lorsqu’il a travaillé sur le disque, on retrouve par-ci par-là des bribes de Led Zep, des riffs à la Sammy Hagar, du groove léger presqu’à la Grateful Dead, un côté « redneck » à la Lynyrd Skynyrd… Mais pourtant, c’est encore et toujours l’amour du rock US qui triomphe. Il a bien laissé vivre sa tentation au vice à travers les compos qui sentent la blonde américaine et le Jack Daniel’s (« You Know My Name », « Down By The Liquor Store » et son orgue funky), mais l’esprit général qui se dégage va lorgner dans des territoires plus abstraits pour qui s’attendait à un album purement stoner : l’esprit folk américain règne en maître tout au long d’Economic Dancers. Un on-ne-sait-quoi de Dylan plane constamment dans les mélodies, du Springsteen dans la voix et l’intention… Et pourquoi pas, après tout ? Le piano et l’orgue aident fabuleusement dans la démarche, notamment avec ce central et riche « You Will Call » qui, par ses longueurs, renvoie au Last Patrol de Monster Magnet, mais par l’intensité de la ligne de piano et le solo de guitare extatique (qui prend bien la moitié du morceau), ravive la flamme de « The Boss ».

Tout partait pourtant d’un monde très différent : les riffs de « Economic Dancers », « True Will » et même « On The Run » emmenaient sur les traces des guitaristes de la scène punk rock mélodique US tels que Brett Gurewitz (Bad Religion) ou même Billie Joe Armstrong (Green Day). Oui, Spice embrasse toute la culture américaine, et la retranscrit avec sa voix toujours rocailleuse à souhait, parfois presque brutale, mais rendue plus accessible, éthérée singulièrement par le piano et une basse ronde et groovy, dans cet ensemble qui respire… la douceur. Attention, les Suédois ne manquent pas pour autant de piquant : ils savent juste alléger la note quand il le faut pour servir l’universalité de leur message, à l’image de leurs compatriotes de Mustasch. L’énergique « In My Blood » en est la preuve la plus probante.

Si on retrouve tout de même une continuité et une cohérence par rapport à Feel Like Coming Home dans le style et les compositions (pour l’anecdote, écoutez bien le début de « True Will » sur ce nouvel opus et de « Turn Your Face » sur Feel Like Coming Home », ils sont quasi identiques), Economic Dancers va plus loin dans la personnalité musicale de Spice et les territoires qu’il explore. Pas de quoi, en revanche, franchement décontenancer les fans de ses années Spiritual Beggars, ou de la scène revival hard rock scandinave. Il y a juste assez d’originalité pour éveiller l’oreille, tout en se laissant aller au gré des douceurs épicées distillées par le Suédois et sa nouvelle bande.

Regarder le clip de « You Can’t Stop » :

Album Economic Dancerts, sorti le 14 avril 2015 chez Scarlet Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3