ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Metalanalyse   

Behemoth : le sataniste, l’artiste, l’homme


Les expériences de la vie sont, sans l’ombre d’un doute, la première des inspirations pour un artiste. Et c’est véritablement un symbole fort et à multiples degrés d’interprétation que de voir Nergal, tête pensante de Behemoth, intégrer un peu de son sang à l’illustration de son nouvel album, après avoir lutté contre la leucémie. Un symbole qui en dit long sur le choc émotionnel subi par le musicien, qui allait évidemment mettre à « profit » (terme entre guillemets car on se doute qu’il s’en serait bien passé) dans son art cette épreuve et la sorte de renaissance qui a suivi sa victoire.

Mais ce que l’on sait aussi, c’est que, souvent, l’homme, aussi subversif puisse-t-il être en pleine possession de ses moyens, s’efface devant la perspective de la mort, cherche à se rattacher au moindre réconfort qui pourra l’aider à (sur)vivre. Et dans ces situations, le besoin de trouver la foi vient généralement s’imposer. Les religions qui offrent des philosophies, des dogmes et des histoires toutes prêtes en lesquelles croire sur la vie et la mort sont des prises auxquelles on peut vite s’agripper car au pied du mur nous n’avons plus le temps de chercher. Alors, Nergal, lui qui a toujours utilisé le satanisme avant tout comme moyen de combattre les dogmes religieux, surtout chrétiens dans une Pologne où la séparation des pouvoirs entre l’État et l’Église n’est pas toujours clair, lui qui déchira une Bible sur scène lui valant un fameux procès, aurait-il pu, lui-aussi, céder ou tout du moins mettre de l’eau dans son vin ?

Tout l’inverse en fait. Nergal offre aujourd’hui une réponse sans équivoque dans le seul nom du nouvel album de Behemoth : The Satanist. Simple, franc, brutal. Et puis dans le contenu, avec ces titres explicites en référence au démon suprême et tous ces emprunts détournés au lexique religieux. Tout comme, suite à quelques déclarations de Nergal évoquant à Revolver Magazine des chansons « très atmosphériques » et « pleines d’émotions » et l’influence étonnante de groupes rock comme Killing Joke et New Order, on aurait pu s’attendre, musicalement, à un virage prononcé de la part du groupe… En fait, dès ne serait-ce qu’un premier début d’écoute le doute n’est pas permis : Behemoth reste Behemoth. Lourd et malsain comme sur l’ouverture « Blow Your Trumpets Gabriel », enragé comme sur le bien nommé « Furor Divinus » et même violent comme sur l’étouffant « Amen ».

Mais The Satanist dévoile également un esprit particulièrement conquérant, avec la vitalité de celui qui revit et qui a une revanche à prendre. Nergal se montre plus expressif que jamais, on le sentirait presque postillonner au visage de l’auditeur en vociférant. Et dans le même temps, la musique ne fait pas mentir les déclarations de Nergal qui y voit une extension « vers le futur et vers d’autres directions ». A vrai dire on sentait déjà la tendance avec ses dernières œuvres, à vouloir pousser son art plus loin. Mais The Satanist franchi effectivement de véritables paliers dans la musicalité, l’émotion et les atmosphères. Il y a la forte mélancolie de « Ora Pro Nobis Lucifer », le dramatique « Ben Sahar » avec ses chœurs majestueux, l’éponyme où la basse hypnotique transporte l’auditeur sur un lit rythmique rock mid-tempo et sous un pesant climat, le passage acoustique de « In The Absence Of Light » sur lequel un saxophone pleure au loin alors qu’un texte de Witold Gombrowicz est récité, le solo mélodique en question réponse très rock qui clôture « Messe Noire », etc.

Si l’épreuve qu’a traversé Nergal l’a poussé vers une chose, c’est visiblement vers une expression plus exacerbée de ses propres émotions en tant qu’homme. The Satanist est à la fois plus instinctif mais aussi plus mature et ambitieux que tout ce qu’a réalisé Behemoth jusqu’à présent. Le travail sonore est imposant (un mixage précis qui donne beaucoup d’importance aux lignes de basse, les percussions sur « Amen » et la fin de « In The Absence Ov Light », par exemple, particulièrement puissantes) tout comme les arrangements (cuivres, orgues, orchestrations et chœurs, le tout savamment dosé pour appuyer sans éclipser l’essence même des chansons).

L’engagement artistique dont a bénéficié The Satanist ne fait aucun doute. Un engagement de quelqu’un qui veut tout donner au présent, ne rien regretter et viser le sentiment d’accomplissement. Nergal parle de son œuvre « ultime » comme si c’était sa dernière. Mais quand on a « frôlé la mort », comme l’affirme le frontman, on a plus que quiconque conscience de la fragilité de la vie et donc que toute œuvre d’art devrait être conçue comme si c’était sa dernière. Car l’œuvre est ce qui restera de l’artiste, c’est ce qui lui survivra, c’est ce qui le représentera lorsqu’il ne sera plus là, alors autant y mettre tout son être, sans pudeur ni modestie.

Album The Satanist, sorti le 3 février 2014 chez Nuclear Blast Records



Laisser un commentaire

  • Lorsque Mes anges à qui avait été donnée l’autorité suprême se sont rebellés contre Moi et que la destruction s’est emparée des meilleurs d’entre-eux, Ma Justice ne les a pas épargnés ; ils ont été précipités sous terre pour y attendre le Jour du Jugement ; eux aussi seront jugés sous les yeux-mêmes de chacun, et ah ! quel spectacle terrible ce sera ! Je jugerai chacun selon ce qu’il a fait et ce qu’il n’a pas fait. Devant Mon Trône, tous se tiendront en silence et dans l’effroi, car le Jour de ce Jugement final sera tellement terrifiant que tous trembleront de frayeur devant le Juge Suprême que Je Suis.

    Vous verrez tous le nombre immense des anges déchus qui furent chassés du ciel et qui, dans l’amertume et le dépit, ont combattu Michel archange et ses anges. Oui, vos yeux verront Mes Rivaux, les rivaux du Très Saint, du Oint. Vous verrez tous ces anges déchus, adeptes de Lucifer, le serpent du mal originel qui a essayé d’égarer tous Mes fils et toutes Mes filles. Vous verrez les multitudes de ceux qui ont profané Mon Nom et transgressé Ma Loi, ceux qui ont refusé d’être élevés et d’être nourris par Ma Sainteté et ont préféré être marqués sur le front par le Trompeur.

    … 13 Oui, Vassula, il t’a été donné là une très dure vision. Je te le dis : bientôt, Je viendrai avec Mes Saints prononcer le jugement sur le monde et prononcer la sentence sur les coupables.

    Aujourd’hui, Ma Grâce est révélée à toute l’humanité pour vous renouveler tous de Mon Saint Esprit avant Mon Jour et vous rappeler Ma Loi. En ce Jour, Je rétribuerai chacun selon ce qu’il mérite. J’ai dit que Je punirai sévèrement quiconque insulte l’Esprit de Grâce et traite de sottise Mon Esprit. C’est pourquoi vous devez rester éveillés.

    Aujourd’hui plus que jamais auparavant, Je vous demande à tous de vous consacrer, vous-mêmes, vos familles et vos nations, à Nos Deux Coeurs. Permettez-Moi de marquer vos fronts du sceau de Mon Saint Esprit.

    Le Temps du tri est arrivé ; le temps est venu de rendre compte. J’ai dit à tous que Je tomberai sur vous comme un voleur ; lorsque Je reviendrai nul ne suspectera quoi que ce soit. Alors, de deux hommes, un sera pris, un laissé ; de deux femmes, une sera prise, une laissée. La Récolte est presque prête à être moissonnée et lorsque Je dirai :

     » Je Suis là ! « ,

    cela laissera d’innombrables cadavres.

    Alors, Je dirai à Mes anges 14 :  » L’heure est venue de trier et d’extirper tous ceux qui ne sont pas les Miens ; de séparer de ceux qui M’ont reconnu, tous ceux qui n’ont pas voulu se soumettre à Ma Loi ; de séparer de ceux qui ont accueilli Mon Saint Esprit et qui Lui ont permis d’être leur Guide et leur Torche, tous ceux qui se sont rebellés dans leur apostasie contre Moi 15 ; de séparer de ceux qui sur le front sont marqués du Sceau de l’Agneau, tous ceux portant le nom de la bête ou le nombre 666.  »

    Le temps est arrivé et Je marque Moi-Même Mon peuple de Mon Nom et du Nom de Mon Père.

    Vassula, Je n’ai pas ouvert les écluses du ciel pour déverser en abondance Mes bénédictions sur toi seule, mais maintenant, avant Mon Grand Retour, Mes bénédictions doivent être déversées sur toute l’humanité. Comme Je l’ai dit, vous vivez un temps de grande miséricorde et de grande grâce mais maintenant, le Jour s’en vient, brûlant comme une fournaise ; et en ce Jour, ceux qui n’auront pas été marqués de Mon Nom sur leur front seront comme le chaume. Je vous révèle ce qui doit arriver avant que Je brise le sixième sceau 16.

    Venez vous consacrer à Mon Sacré Coeur et au Coeur Immaculé de votre Mère. Comme Je l’ai dit, vous vivez une période de Grâce et de Miséricorde.

    Ma fille, de même que, de désobéissante à Mon égard, tu as changé et tu t’es réconciliée, faisant la paix avec Moi et jouissant maintenant de miséricorde, ainsi en sera-t-il pour ceux qui encore se rebellent contre Moi.

    Je vais montrer Mon Amour infini et Mon infinie Miséricorde à toute l’humanité avant que J’envoie, aux quatre coins de la terre 17, Mes quatre anges dont le rôle est de dévaster les terres et les mers. J’ai ordonné à ces anges d’attendre et de ne pas causer le moindre dommage aux terres ou aux mers ou aux arbres avant que J’aie marqué Mon Sceau sur les fronts de ceux qui se sont soumis à Ma Loi 18, de ceux qui ont bénéficié de Mes Grâces et de Ma Miséricorde ; à ceux-là, Je dis : pour que Mon Père dans le ciel vous assigne une place sous Sa Tente, servez et n’attendez pas d’être servis. En M’étant fidèles, vous subirez de grandes persécutions, mais ne vous ai-Je pas promis des robes blanches dans le ciel ? Ne vous ai-Je pas promis que vous n’auriez plus jamais faim ni soif 19 ? Aussi, n’ayez pas peur lorsque les tempêtes s’élèveront contre vous : les Ecritures sont en train de s’accomplir. Heureux êtes-vous, vous qui mourez en Moi le Seigneur ! Je vous récompenserai assurément.

    Mon enfant, l’Amour est près de toi et Mon Esprit est sur toi. L’Espérance, Mon enfant, se trouve dans Mon Sacré Coeur. L’Amour, Mon enfant, t’est donné gratuitement, et la Foi est une bénédiction qui vient de Moi. »

    13. A ce moment, il m’a été donné une vision de cette multitude d’anges déchus debout devant le Trône de Dieu au Jour du Jugement. C’était à la fois triste et terrifiant.

    [Reply]

  • Un album particulièrement déçevant pour ma part, beaucoup moins intéressant que les précédents, même si sauvé de par sa production excellente, et la conviction dont fait preuve Nergal, 12/20 (si tant est que donner une note a à quelconque intérêt).

    [Reply]

  • Ok, autant pour moi, Spaceman!J’avais certainement surinterpréter tes propos en les sortant de leur contexte… 😉

    [Reply]

  • Je suis resté bloqué sur Zos Kia Kultus (2002) qui m’avait vraiment emballé mais depuis j’ai trouvé chacun de leurs albums en-deça.
    Voici enfin le chef-d’oeuvre que j’attendais.
    Un album qui sera assurément une pierre angulaire du genre, il brasse très, très large, la production est énorme… A écouter impérativement si on aime ce style bien sûr.

    [Reply]

  • Vision très simpliste de la religion,je trouve!

    [Reply]

    Spaceman

    Je ne donne pas une vision de la religion, mais j’indique simplement ce que la religion peut apporter à certaines personnes à un moment précis de leur vie où ils ont besoin de croire en quelque chose qui leur apportera du réconfort.

  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Mainstage 2 - Jour 2
    Slider
  • 1/3