ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

BENIGHTED AU FIL DE SAINT ETIENNE


Artistes : BenightedKronosInhumateDestinity
Ville : Saint-Etienne (France)
Lieu : Le Fil
Date : 27-09-2008
Public : 400 personnes environ


Les 10 ans de Benighted : une fête !

Pour arriver jusqu’au Fil il faut bien s’orienter dans Saint-Etienne…ce qui n’est pas une mince affaire pour les lyonnais que nous sommes ! Arrivés devant la salle, nous avons le droit à une bonne surprise : le bâtiment est récent et spacieux. L’entrée dans les lieux est même accompagnée d’une dégustation d’un petit gâteau (trop sympa les Benighted !). La salle possède un bon son et une taille appréciable ! Toutes les conditions sont donc réunies pour que la fête commence.


Mike, chanteur de Destinity !

Ce sont les Lyonnais de Destinity qui ouvrent le bal à exactement 20h20, comme prévu, avec leur « Thrashened Extreme Music » ! C’est un plaisir de revoir le groupe sur scène tant leurs progrès live depuis ces dernières années a fait d’eux une valeur sûre du paysage metal extrême français. Le son de la salle permet de retranscrire parfaitement le metal extrême du groupe agrémenté de clavier. Même si parfois les growls sont noyés dans les basses des instruments. Mike (chant) demande des circle-pits à une foule assez calme…par rapport au reste de la soirée !

Le morceau « Thing I Will Never Feel » extrait de leur dernier album « The Inside » est dédié aux filles de l’assistance qui manifesteront leur présence à cette occasion ! Le public des premiers rangs reprend les paroles du groupe et un spectateur monte même sur scène pour chanter le refrain de « Synthetic Existence » qui reste toujours un moment fort des concerts de Destinity ! Le superbe débardeur « Olympique Lyonnais » porté par Mike aura fait fureur ! Alala : les rivalités Lyon/St Etienne…! Le set de Destinity a duré moins de 40 minutes mais le groupe passe bientôt au Marché Gare (Lyon) pour ceux qui souhaiteraient en prendre plein les oreilles plus longtemps !


La folie Inhumate !

Les deuxièmes à fouler les planches sont les fous furieux d’Inhumate ! Le groupe est un vétéran de la scène extrême gauloise. Il pratique un grind qui passe parfaitement le stade du live. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, nous dirons qu’ils sont recommandés aux fans de Brutal Truth et Napalm Death ! Christophe, le chanteur, est surexcité et saute dans tous les sens n’hésitant pas à chahuter ses propres musiciens !

Notre homme sue, bave et en arrive même à saigner du front à force de se frapper le crâne avec le micro. Sa présence scénique est impressionnante ! En ce qui concerne le public : la folie commence. Le chanteur encourageant même la foule à venir tout en faisant attention au matériel ! On a le droit à des embrassades, des slams etc. Il s’en suit un déluge de morceaux sous une chaleur moite propice à la tendre découverte de l’intimité humide de son voisin…Le bonheur de la découverte de l’autre sans cesse renouvelé : ça n’a pas de prix ! Seul bémol, le son est un peu à la ramasse et on a du mal à distinguer les riffs. Mais apparemment tout le monde est heureux « parce que le grind c’est comme ça, sinon ça serait pas Inhumate » dixit deux gars bourrés dans l’assistance (et je vous épargne les postillons) !


Kronos sur scène : l’art de la puissance !

Après un rafraîchissement bien mérité, c’est au tour des Titans de Kronos de nous infliger une leçon de brutal death technique dans les règles : « Prends toi ça dans les dents et attends un peu car, là, c’était que l’échauffement ! » Le show se déroule sans problème sous l’oeil des Benighted qui s’échauffent. Et le bordel continue, le public envahit la scène, la sécurité tente de contenir tant bien que mal les élans de bonheur du public… Quelle claque les amis. Même si on était prévenus ! Un show de Kronos est toujours impressionnant de puissance et de technique ! Pouvoir observer Mike (batteur) ou Thomas (bassiste) pendant quelques minutes vous fait passer dans un autre monde. D’autant plus que le son s’est considérablement amélioré avec Kronos et permet d’apprécier le show à sa juste valeur.


Ambiance, ambiance !

C’est sur l’air de « joyeux anniversaire » entonné par la foule que les 5 musiciens de Benighted attaquent le concert. Benighted ne jouera qu’une petite heure ce soir afin que tout le monde puisse jammer en dernière partie de soirée ! Si jusqu’à présent le concert était chaud et animé, la tension monte encore d’un cran pour arriver à une ambiance de véritable folie ! Les musiciens sont ravis. Le concert peut démarrer !

Parole aux artistes. Moment culte avec Julien (chant) « C’était cool qu’il y ait du monde sur scène, mais comme on l’a dit, faites gaffe au matériel… Et je fais partie du matériel ! » Et c’est reparti pour un « Icon » de derrière les fagots qui voit Julien slammer sur scène, sans se dégonfler, en continuant de chanter ! Respect ! Kikou, du haut de ses vingt ans, assure comme un chef derrière ses fûts, tandis qu’Eric (basse), Julien et Olivier (guitare) ne tiennent pas en place haranguant la foule et headbanguant comme des malades ! Liem (guitare) est plus calme sur le côté de la scène et arrive à éviter la foule qui l’envahit régulièrement. Parfois on ne distingue plus les musiciens…c’est dire !


Benighted : ça tue !

Pour fêter comme il se doit l’anniversaire des 10 ans de Benighted, l’organisation va distribuer des dizaines de t-shirts à l’effigie du groupe ! Un cadeau sympathique…même si certaines se plaindront d’avoir eu un XL !

La dernière partie du concert (enfin avant-dernière car une sortie en boite était prévue en after show. Votre serviteur, malade comme un chien, a préféré décliner l’invitation malgré les alléchantes perspectives d’une telle fête…!) fut en fait un gros boeuf entre tous les musiciens présents ce soir. C’est ainsi que dans une ambiance de grand n’importe quoi on a eu le droit à des reprises de Carcass, Hatebreed, Amon Amarth, Pantera (ou Julien arborera un magnifique chapeau de cowboy) ainsi qu’un morceau du dernier Benighted : « Forsaken ». Pour terminer en beauté la soirée, nous avons eu le droit à l’habituel morceau de Napalm Death « Suffer The Children » !


Eric sur scène !

A noter les superbes apparitions d’Eric en…on ne sait pas trop quoi en fait ! Cagoule, nappe à carreaux blancs et rouge et string en cuir rouge (cela nous rappelle les énormes Tenebrum Infectus !) Olivier, pour sa part, n’est pas en reste dans un magnifique déguisement de poule qui lui sied à merveille. Deux gâteaux arrivent sur scène (une des deux serveuses est Cantique) et c’est parti pour le soufflage de bougies !


Olivier : La grande classe !

Quelle bonne soirée les amis : du monde, beaucoup de bonne humeur, une organisation au poil (Théo et Phil’ veillaient et étaient partout !), des musiciens pros mais qui s’amusaient…que demander de plus après une telle soirée ? Un strip Tease ? Oups pardon j’ai parlé tout haut…!



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • samedi, 19 septembre 2020 à 20:12
    Dooweet est au service des artistes
    samedi, 19 septembre 2020 à 12:04
    The Ocean : voyage en terre d’expérimentation
    jeudi, 17 septembre 2020 à 16:39
    Behemoth : dieu du live stream
    mercredi, 16 septembre 2020 à 18:32
    Amaranthe – Manifest
    mardi, 15 septembre 2020 à 14:21
    Ihsahn prend le large
    vendredi, 11 septembre 2020 à 19:29
    Forgotten Tomb : le misanthrope
    1/3