ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Benighted – Carnivore Sublime


S’il existe bien en France un fier étendard du brutal death, c’est par et grâce aux Stéphanois de Benighted qu’on le doit ! Car il est vrai que le groupe a su pérenniser son art tout en l’affûtant, le plaçant inlassablement dans l’air du temps, rendant celui-ci toujours incisif, efficace et intelligemment pensé. Oui, le brutal death peut être tout cela à la fois. N’en déplaise aux moins friands du genre, Benighted fait de la musique et avec son Carnivore Sublime, son nouvel album, le combo pousse ses propres limites. Car, qu’on se le dise, ce nouveau cru Benighted est fait pour botter des miches. Sans détours et sans concessions !

Là où Asylum Cave (2011) offrait un brutal death plutôt classique, parcimonieusement teinté de thrash et plus mélodique, Carnivore Sublime apporte, certes, un aspect tout aussi direct, mais misant un peu plus sur les accointances musicales « core » du groupe. Ces élans hardcore, on les retrouve dans certains riffs et chants aigus du guitariste Adrien Guérin (« Experience Your Flesh », « Les Morsures Du Cerbère », « Collection Of Dead Portraits »), et de nombreux titres y prennent appui pour donner de l’impact à l’ensemble. Les gars donnent d’emblée le ton avec un son fichtrement moderne sur un court mais explicite « X2Y », véritable brûlot brutal deathcore qui en a dans le caleçon et où la rythmique, et notamment la batterie, résonne avec puissance, telle un Terminator mécanique, précis et frontal. De quoi décrasser les oreilles avant de glisser sur un « Noise » plus conventionnel dans le format, mais plein de rage et de groove. En parallèle, les différents degrés d’écoute offrent une réelle diversité à l’album : le rouleau compresseur sur « Slaughter/Suicide » (d’autant plus brutal qu’il succède à un ralentissement), « Jekyll » et sa rythmique d’intro à la Gojira façon « Flying Whales », l’incartade en terrain doom sur « Les Morsures Du Cerbère », etc. Sans parler des surprises qui jonchent l’album et scotchent l’attention, telles qu’avec « Spit » où Niklas Kvarforth (Shining) apporte sa démence, de lugubres accalmies ambiantes ici et là ou les percussions orientales de l’éponyme.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Benighted a de l’argument sous le coude. Le léger renforcement des tonalités hardcore, pensé de toute évidence pour fédérer, choquera peut-être les oreilles des plus puristes. Cependant, les Stéphanois frappent fort et juste avec un propos cohérent et efficace, sans oublier un léger et frais parfum de nouveauté.

Ci-dessous le clip de « Experience Your Flesh » :

Album Carnivore Sublime, sortie le 14 février 2014 chez Season of Mist.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Warzone - Jour 3
    Slider
  • 1/3