ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Black Country Communion – BCCIV


Non, Black Country Communion n’est pas mort. Pourtant la période de silence qui a suivi Afterglow (2012) pouvait faire douter. En réalité Joe Bonamassa ne souhaitait pas tourner à l’époque, tandis que Glenn Hugues était parti s’illustrer au sein de California Breed puis avec son retour en solo. Aujourd’hui, les deux musiciens se sont retrouvés avec le même sentiment : le goût amer d’une chose inachevée. Ainsi Black Country Communion nous livre BCCIV, œuvre d’une formation qui a révisé ses ambitions. Black Country Communion n’a plus vocation à devenir une grosse machine de scène, il s’agit désormais de composer des chansons rock avec de la profondeur en prenant du plaisir. En résulte une facilité plaisante dans l’écoute de BCCIV.

BCCIV n’est pourtant pas réalisé dans le contexte le plus enjoué. Glenn Hugues a dû enregistrer en sachant que sa mère était en train de mourir d’un cancer puis après sa mort. L’album s’est ainsi transformé en véritable exutoire. Il y a une certaine mélancolie qui transparaît, à l’instar de « The Last Song For My Resting Place », chantée par Joe Bonamassa, qui bénéficie d’arrangements de violons folk. La patte de Led Zeppelin se veut d’ailleurs omniprésente et ce dès l’ouverture de l’album avec « Collide », qui rappelle un certain « Black Dog ». Le timbre de Glenn Hugues a d’ailleurs assez de versatilité pour flirter avec celui de Robert Plant. Le jeu de batterie en puissance de Jason Bonham emprunte d’ailleurs de nombreux gimmicks de son père, John, et achève d’entretenir les similitudes avec le groupe mythique. Black Country Communion est aussi capable de délivrer un rock plus festif et léger, le refrain enlevé d’ « Over My Head » trouve écho dans des formations plus récentes comme Sweet Billy Pilgrim et son talent d’accroche. En réalité, l’écoute de ce BCCIV nous fait comprendre que la formation varie les registres avec une aisance déconcertante. Ainsi « Sway » a un cachet funk survitaminé à la Living Colour – il faut dire que Hughes appose son groove caractéristique sur tout ce qu’il touche -, porté par les arrangements de clavier de Derek Sherinian qui a achevé sa transformation en John Paul Jones. On retrouve en outre un côté rentre-dedans à la Rage Against The Machine avec l’introduction de « The Crow », référence directe à l’oiseau devenu symbole du groupe.

Là où Glenn Hugues et Joe Bonamassa réussissent leur pari, c’est sur le développement des thématiques qui trouvent véritablement un écho dans la musique. « Wanderlust » vante les vertus de l’humilité, d’apprendre de ses erreurs selon Glenn Hugues, autrefois accro à la cocaïne, sur une musique au ton à la fois grave et rassurant, dans une pièce épique et généreuse. Il y a une problématique qui revient plusieurs fois sur ce BCCIV, à savoir le retour « chez soi », auprès des siens et ce qui nous définit réellement en tant que personne. « The Cove » évoque ce retour près de la mer dont Glenn Hugues avait besoin en 1991 lorsqu’il est devenu sobre, avec des couplets qui renvoient ce sentiment d’immersion aquatique, avant que le chanteur ne parte dans les élans cathartiques qu’on lui connait. « When The Morning Comes » et son feeling folk/blues se charge d’enfoncer le clou : il s’agit de toujours revenir à ses repères intangibles et de souligner la fraternité qui unit les membres de Black Country Communion. Célébrer une alchimie en somme.

Black Country Communion a cette filiation zeppelinienne que peu de groupes savent illustrer, à l’image de The Answer et de son album Solas. Il y a une diversité dans les arrangements qui confère parfois à BCCIV un aspect orchestral. Surtout, il évite la monotonie qui peut parfois entacher les formations adeptes du rock à l’ancienne. L’album n’accuse aucun remplissage, chaque titre a son registre et ses particularités d’exécution. BCCIV est le meilleur témoin du dessein de Glenn Hugues et Joe Bonamassa, à savoir lier constamment une thématique et une chanson avec spontanéité. BCCIV se veut aussi abordable qu’agréable, ni trop léger, ni trop grave.

Clip video de « Collide » :

Album BCCIV, sortie le 22 septembre 2017 via Mascot Records. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Valley - Jour 3
    Slider
  • 1/3