ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Black Label Society – Grimmest Hits


Zakk Wylde a un côté hyperactif. Après du travail sur sa carrière solo (dont l’album Book Of Shadows II), des dates avec Zakk Sabbath et Ozzy Osbourne, il trouve le temps de revenir avec Black Label Society et de nous pondre le successeur de Catacombs Of The Black Vatican (2014), dixième disque élégamment intitulé Grimmest Hits. Rien à voir avec un quelconque best-of : Black Label Society livre douze nouveaux titres imprégnés de blues. Pas de concept, pas de fioritures. Douze chansons qui fleurent bon le plug & play. Avec le line-up actuel (John DeServio à la basse, Dario Lorina à la guitare rythmique et Jeff Fabb aux fûts), BLS fait montre d’une forme olympique. Grimmest Hits se savoure ainsi sans complexes.

BLS n’a pas changé de recette pour autant. Seulement, la qualité du groove et le style de Zakk Wylde n’ont pas une pléthore d’équivalents. Grimmest Hits lorgne d’ailleurs moins du côté du sludge et du heavy-stoner typé Down que de Black Sabbath, justement. Il suffit d’approcher brièvement « All That Once Shined » pour faire le rapprochement, d’autant plus marquant sur « Disbelief » et son introduction toute en tension, ou le riff de couplet de « Seasons Of Falter » aux faux airs de celui de « Behind The Wall Of Sleep ». Certes le timbre et le phrasé de Zakk Wylde n’empruntent pas tant que ça au registre d’Ozzy Osbourne, néanmoins les airs de crooner fonctionnent, surtout lorsque la marque Alice In Chains époque Layne Stayley se fait sentir (le refrain de « Room Of Nightmares » en est l’un des nombreux exemples). Le travail vocal du frontman se révèle de manière éclatante sur Grimmest Hits, qui arrive à se dégager d’un surjeu autrefois présent. Zakk Wylde est plus juste et sobre, y compris sur le refrain de la power ballade « The Day That Heaven Had Gone Away » (« The Only Words », accuse encore certains excès de zèle). Grimmest Hits n’est pas pour autant un disque d’Alice In Chains travesti ou tribute to Black Sabbath, l’ouverture « Trampled Down Below » démontre cette agressivité propre à la formation de Zakk avec une guitare groove et grasse littéralement calquée sur la ligne de basse ronflante de DeServio. Classique certes, toujours efficace. « Illusions Of Peace » a justement ces riffs atypiques de la formation, très punchy, volubile, abusant des bends. Black Label Society a toujours cette faculté à percuter sans se perdre en tergiversations et préliminaires inutiles.

Ce qui fait de Grimmest Hits un opus avec une relative profondeur est le jeu de guitare et sa variété, évoluant sans peine d’un registre blues classique à un heavy burné. Surtout, il y a une forme d’audace qui éclate lors des soli, à l’instar de « The Betrayal » qui nous rappelle avec nostalgie l’ère des guitar-heroes et le culte du florilège de notes. Les soli de Zakk Wylde ont un cachet indéniable : exubérants sans être exaspérants, fait assez rare pour être noté. Même les leads lors des ballades se justifient malgré le côté très extraverti du son de guitare (extrêmement mis en avant). Oui, BLS emprunte des gimmicks connus depuis des lustres. Seulement il les exécute parfaitement. Ce qui pourrait irriter en temps normal, comme les accords en apparence mièvres de « Nothing Left To Say », déclenchent à terme un plaisir presque coupable. Grimmest Hits ne dérange pas lorsqu’il frôle le kitsch à de rares endroits.

Au final Grimmest Hits se parcourt sans accrocs. BLS ne livre rien de transcendant ou de « novateur », il n’a pas non plus de propos particulier à transmettre. Le dixième album de BLS a au contraire des airs d’exercice de style, réussi sans être trop académique pour ne pas laisser de marbre. Grimmest Hits est un « vieil » album, où la présentation « à l’ancienne » aurait pour une fois un minimum de sens. Surtout, il réussit à conjuguer l’héritage sabbathien dont est imprégné Zakk Wylde à la recette BLS sans créer de distorsion. Appréhendé ainsi, Grimmest Hits a presque des airs de déclaration d’amour élégamment rédigée.

Chanson « Trampled Down Below » en écoute :

Clip vidéo de la chanson « All That Once Shined » :

Clip vidéo de la chanson « Room Of Nightmares » réalisé par Justin Reich :

Album Grimmest Hits, sortie le 19 janvier 2018 via Spinefarm/Caroline. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • il nous saoule avec ces chansons a l eau de rose
    a quand le retour de BLS???????

    [Reply]

  • Valeria lomonte dit :

    Merci pour ce magnifique article ! Je suis une fan incinditionnelle de zakk wylde et BLS en Belgique !!!
    A bientôt et encore merci 😉

    [Reply]

  • Valeria lomonte dit :

    Merci pour ce magnifique article ! Je suis une fan incinditionnelle de zakk wylde et NLS en Belgique !!!
    A bientôt et encore merci 😉

    [Reply]

    Mr Claude

    BLS Rocks!

    Il a de la belgitude le Zakk, de plus en plus drôle ce mec!

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3