ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Black Star Riders – The Killer Instinct


All Hell Breaks Loose avait été composé à une époque où le groupe ne savait pas encore si ce serait ou non un album de Thin Lizzy. Pour The Killer Instinct, son deuxième opus, Black Star Riders n’a plus eu à se poser de question et pouvait devenir son propre patron pour se tailler un costume à sa seule semblance. Mais peut-on totalement se détacher de son aîné quand on poursuit encore au quotidien l’œuvre de Phil Lynott lors de concerts où les morceaux du groupe originel forment toujours le cœur de leur répertoire ? Peut-on faire autre chose que du Thin Lizzy alors que plus d’un titre sur All Hell Breaks Loose se plaçaient déjà si visiblement dans la lignée des « Boys Are Back In Town » ou « Waiting For An Alibi » ? En prenant le nom Black Star Riders avant la sortie de leur premier album au moins évitaient-ils le procès pour hérésie afin que leur musique soit jugée pour elle-même mais avait-on pour autant vraiment écouté l’album d’un nouveau groupe ? Pour le chanteur Ricky Warwick, The Killer Instinct est bel et bien l’album censé les définir vraiment. Sa bombe larguée, l’avion de la pochette de All Hell Breaks Loose s’éloigne. Pourtant ce nouveau disque, qu’il soit directement ou non inspiré par la Fine Lise, tire encore beaucoup de l’essence du premier né des Black Star Riders, l’ogive fait encore écho au bombardier.

L’évidence saute aux oreilles dès l’ouverture : « Killer Instinct » rappelle immédiatement « Bound For Glory » (avec toujours cette même force pour rester en tête) qui avait fait comprendre à chacun combien le fruit n’était pas tombé loin de l’arbre. Dix minutes plus tard, « Soldierstown » réitère également la mécanique folklorique d’un « Kingdom Of The Lost » (avec encore dans le texte l’idée d’un combat pour sa terre) dans un chant qu’on entonnera bientôt dans les pubs de Belfast. « Bullet Blues » cite toujours autant Thin Lizzy et même Hendrix sans s’en cacher alors que « Through The Motion » donne dans l’auto-citation musicale sur ses couplets (cf. « Hoodoo Voodoo » en 2013). Et quand il ne reprend pas sa propre recette, Black Star Riders répète plus d’un ingrédient du classic-rock, que ce soit avec des « shanana » pour faire faire des vocalises au public (« Finest Hour » qui, malgré un texte très personnel, manque bien de personnalité) ou les solos de Scott Gorham à tous les niveaux (pas un titre n’y échappe !), belles démonstrations des talents du guitariste vétéran qui feront certainement sensation en live. La (relative) nouveauté survient néanmoins à mi-chemin : « Blindsided », la première power-ballad signée BSR, plutôt classique avec cette base à la guitare acoustique. Mais c’est surtout au moment du dessert qu’arrive le plat de résistance : les plus de sept minutes de « You Little Liar » qui forment une fin d’album s’ouvrant à quelque chose de plus ambitieux, avec une dimension quasi progressive grâce à l’inclusion d’un orgue dans la composition.

All Hell Breaks Loose était né du désir de faire renaître avec la plus grande fidélité Thin Lizzy en studio et n’avait certainement pas vocation à renouveler quoi que ce soit. Mais The Killer Instinct, avec pour vœu avoué de montrer que Black Star Riders est un tout nouveau groupe n’offre de prime abord guère de nouveauté. La patte BSR est déjà bien imprimée et reconnaissable et ses membres semblent s’en satisfaire. Le principal changement survenu entre les deux albums était le remplacement du bassiste Marco Mendoza par l’ex-Ratt Robbie Crane et il s’avère être dans la parfaite continuité du son délivré par son prédécesseur. Un peu comme cet album : toujours groovy, entrainant, déjà entendu sans être (trop) réchauffé, le tout exécuté par des musiciens qui n’ont plus à faire leurs preuves mais au cours d’un album qui ne donne encore qu’un aperçu de ce que pourrait vraiment être ce groupe quand il décroche vraiment de l’attraction de l’astre Thin Lizzy.

Ci-dessous les morceaux « The Killer Instinct » et « Finest Hour » :

Album The Killer Instinct, sortie le 20 février 2015 chez Nuclear Blast Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3