ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Blackrain – Dying Breed


BlackRain se voit comme l’un des derniers survivants du revival glam/sleaze apparu il y a une dizaine d’années. D’une certaine façon, difficile de contredire les Français qui ont décidé d’honorer un genre qui semble aujourd’hui tomber en désuétude, en dépit (ou à cause ?) du retour en force des années 80 et des caricatures qui vont avec. BlackRain est quelque part un porteur de flambeau, déterminé à ne pas fléchir et à incarner tout un imaginaire. L’album Released (2016) avait amorcé des changements radicaux pour la formation, du management à l’apparence, en passant par le label. Dying Breed (titre on ne peut plus évocateur), sixième opus de BlackRain, correspond lui aussi à une volonté de remettre en question la pratique du groupe. BlackRain a cherché à revenir à ses origines et à ce qui l’a motivé à écrire de la musique, quitte à embrasser définitivement le statut de militant, défenseur d’un genre.

Dying Breed marque le retour de la collaboration avec Chris Laney, pour le mixage du disque, qui avait officié sur le plébiscité Licence To Thrill (2008). Si la production accuse certains imparfaits, à l’image d’un son de batterie parfois trop en retrait (« We Are The Mayhem », « Rock Radio »), BlackRain retrouve une certaine fougue que la propreté de Released ne lui conférait pas. Il y a même une certaine nostalgie qui se dégage à l’écoute de « We Are The Mayhem » et de la compression du son qui rappelle l’ère poussiéreuse des cassettes audio. La ballade cheesy « All Angels Have Gone » est quant à elle un retour parfaitement assumé au miel des eighties, avec une sensibilité volontairement exacerbée, la fameuse reverb’ de la caisse claire et l’intervention lead langoureuse au possible. BlackRain maîtrise les codes qui l’inspirent tout en réussissant à ne pas copier. Il y a bien entendu des rappels évidents, à l’instar d’« Hellfire » et sa proximité avec le riff de « Looks That Kill » de Mötley Crüe, de « We Are The Mayhem » dont le refrain hymnique rappellera aisément les premiers albums de Bon Jovi, ou « All Angels Have Gone » dont l’incipit possède des faux airs de « Is This Love » de Whitesnake. BlackRain sait néanmoins s’en tenir à la parenté et évite le mimétisme facile.

Ce qu’il faut retenir de Dying Breed, c’est une forme d’immédiateté. BlackRain a cherché à mettre en valeur les éléments phares d’un groupe de rock : basse-guitare-batterie, et ce sans avoir recours à une profusion d’arrangements ; tout juste entend-on parfois quelques synthés discrets. Si l’introduction de « Rock Radio » s’amuse à intégrer quelques sons de cloche et des nappes de claviers, ces éléments disparaissent rapidement pour laisser place à un riffing incisif et direct. Lorsque BlackRain cherche à évoquer une image, c’est par un recours à la sainte trinité des instruments du rock qu’il le fait, à l’image du jeu de batterie sur « Hellfire » et de cette grosse caisse martelée. BlackRain évite en outre l’écueil d’un album monolithique, alternant titres plus agressifs tels que « Nobody Can Change » (sur lequel Swan semble littéralement s’égosiller) ou l’arena rock « Public Enemy » et ses guitares massives, avec des compositions plus nuancées comme le rock FM, légèrement grungy, de « Like Me » ou le voyage à l’époque des permanentes qu’est « A Call From The Inside ». BlackRain a de même eu le bon goût de rééditer « Blast Me Up » présent sur It Begins (2013) et désormais introuvable, ce qui insuffle une seconde jeunesse, avec une énergie un peu plus brute, à un hit live souvent réclamé par les fans.

Dying Breed remplit son office et présente judicieusement la situation de BlackRain : un groupe s’illustrant dans un registre qui n’a pas connu le même regain d’intérêt que le thrash, par exemple. Il n’empêche que BlackRain s’efforce de créer sa musique en maîtrisant ses inspirations sans jamais se laisser submerger, avec une passion évidente pour le genre. Dying Breed propose un rock direct, catchy, à la production adéquate et à l’écriture soignée. On sait évidemment pourquoi on signe, mais BlackRain délivre avec un savoir-faire certain et l’énergie de ses plus jeunes années.

Album en écoute :

Clip vidéo de la nouvelle chanson « A Call From The Inside » :

Clip vidéo de la nouvelle chanson « Hellfire » :

Album Dying Breed, sorti le 13 septembre 2019 via Steamhammer/SPV. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3