ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Conférence De Presse   

Blind Guardian : session d’écoute sur le Rhin


Pour célébrer la sortie de The God Machine, le nouvel album studio de Blind Guardian attendu pour début septembre, Radio Metal a été invité par Nuclear Blast pour une listening session, à Cologne, le 12 juillet. Ce nouvel album arrive sept ans après Beyond the Red Mirror (2015) et trois ans après l’album symphonique concept Legacy Of The Dark Lands (2019), lui-même suivi par une longue tournée post-Covid.

Rendez-vous nous fut donné sur un bateau, le MS Rheinland, avant de lever l’ancre pour une croisière sur le Rhin. Hansi Kürsch nous a expliqué que le Rhin était riche de légendes et de mythes qui avaient nourri l’imaginaire de Blind Guardian depuis ses débuts. Et nous sommes sur leurs terres, puisque nous sommes au sud de Krefeld d’où le groupe est originaire. Un retour aux sources, en somme, pour un album que le groupe a paradoxalement présenté comme un nouveau départ.

Lors des échanges que nous avons pu avoir autour de cet album, le groupe a réaffirmé son envie de ne pas vouloir reproduire des schémas connus, son besoin d’explorer. Cette nécessité d’avancer est particulièrement perceptible dans le travail d’André Olbrich à la guitare, avec l’apparition de sons différents plus cyber punk, spacey, notamment sur « Life Beyond The Spheres » ou « Secrets Of The American Gods ». « Damnation » démarre quant à elle sur un mode mineur et heavy qui m’a fait penser à Judas Priest (et comme mon voisin de table a noté pareil, je pense que nous pouvons en conclure que vous l’entendrez peut-être aussi !). Avec Destiny, l’album se clôt sur chanson ternaire dont le rythme crée un sentiment d’enfermement, une boucle avant que le solo, binaire, ne vienne littéralement mettre les pendules à l’heure. Pour ceux qui se souviennent de The Days Of Grays de Sonata Arctica, j’ai pensé à « Caleb » même si « Destiny » a bien une identité propre.

Les thématiques sont également variées. Il y a toujours des références à la fantasy, trois titres s’inspirent ainsi de trois héros du genre : « Violent Shadows » évoque Kaladan Stromblessed, héros de la saga Les Archives de Roshar de Brandon Sanderson, « Blood Of The Elves » est le nom du premier tome de The Witcher et « Damnation » fait référence à Kvothe, personnage emblématique du Nom du Vent de Patrick Rothfuss. Pour autant, certaines paroles s’éloignent des contrées que nous avions l’habitude d’explorer avec le groupe. Le texte de « Deliver Us from Evil » a été inspiré par la pièce de théâtre The Crucible d’Arthur Miller qui est une réécriture du procès des Sorcières de Salem et « Architects Of Doom » renvoie à la série de SF Battlestar Galactica. La chanson « Let It Be No More » a une place particulière dans l’album, tant musicalement que thématiquement. Elle évoque le décès de la mère d’Hansi et démarre sur des sonorités quasi dissonantes, des contre-temps et une orchestration quasi acoustique alors que le refrain est heavy. C’est une chanson qui porte une émotion particulière, que l’on perçoit dans la voix d’Hansi.

Pour autant, The God Machine est indéniablement le fruit du travail de Blind Guardian et rappelle les premiers opus du groupe avec des titres résolument speed metal comme « Deliver Us from Evil », second single issu de l’album, « Architects Of Doom » ou « Violent Shadows ». D’après Hansi et André, le groupe a sciemment choisi, parmi tous les titres écrits lors de la composition de cet album, les chansons les plus denses, heavy, compactes. Une volonté de se distancer de Legacy Of The Dark Lands mais aussi une réponse à la tension environnante, dans un monde incertain.

Nous avons passé un excellent moment en compagnie des membres de Blind Guardian, et nous tenons particulièrement à remercier Leoni de Nuclear Blast pour son accueil chaleureux lors de cette journée exceptionnelle. A noter qu’une longue interview est à venir pour plus de détails !

Photos : Dirk Behlau.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Arch Enemy @ Lyon
    Slider
  • 1/3