ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Le Blog Du Doc   

Bonnes nouvelles !



Très souvent au cours de ce blog, j’ai critiqué négativement l’administration française. En effet la lourdeur des démarches rencontrées et le manque de compétence de certaines personnes a eu pour conséquence le développement d’une colère légitime. Lorsque l’on a un projet en tête et que l’on souhaite vraiment le voir évoluer, on se doit de ne pas lâcher et c’est vrai que le système ne favorise pas forcément les initiatives. C’est un fait.

Mais, comme vous avez pu le noter récemment dans ce même blog, je sais également reconnaître que tout est une question de rencontres et le tout, justement, est de rencontrer les bonnes personnes. Et c’est difficile, parfois.

Comme dès le départ j’ai choisi le statut d’entreprise je dois payer l’URSSAF ainsi que toutes les autres cotisations du dirigeant. Le problème c’est que nos revenus, malgré notre notoriété et notre développement, sont assez faibles. Et, comme beaucoup d’entrepreneurs, la peur de voir l’édifice en place s’écrouler (à cause des charges sociales) a été souvent présente dans mon esprit.
Car concrètement les charges d’une entreprise ça correspond à quoi exactement ?

Et bien en fait c’est assez simple. Sur le principe, en tant que reponsable d’une entreprise, on doit au minimum 5 000 euros par an à l’Etat. Après il existe différents types de conditions selon différents paramètres. Je m’explique…Lorsque l’on a moins de 26 ans (il me semble que c’est la limite) on peut toucher l’ACCRE. Une aide qui permet au créateur d’entreprise d’être exonéré de la plus part des charges sociales. Ceux qui me lisent depuis le début savent que j’en suis bénéficiaire de par mon âge, 22 ans.

Lorsque l’on créer sa structure on cotoie différents organismes. Comme tout le monde je suis donc passé par le CFE (Centre de Formalités des Entreprises) où on m’a aidé à créer Radio Metal. Et, comme j’étais bénéficiaire de l’ACCRE, la personne m’avait dit que je ne payerai pas les 5 000 euros évoqués plus haut mais à peu près 500 euros…seulement.

500 euros pour la CGS/CRDS, une cotisation obligatoire m’avait-on dit.

Mais ce que la personne avait oublié de me préciser c’était que les 500 euros je pouvais ne pas les payer si mes revenus n’étaient pas assez importants au départ.
Et a force de me prendre les factures de l’URSSAF dans la tête, je me suis dis qu’il fallait mieux aller dans les locaux de l’URSSAF pour avoir des renseignements exacts.
Parce que sortir des centaines d’euros par trimestres :c’est bien chaud quand on gagne pas beaucoup d’argent.
Et c’est à l’URSSAF qu’on m’a expliqué qu’en fait tout cela dépendait de mes revenus et que l’argent que je leur avait envoyé me serait remboursé. Bonne leçon pour moi car cela m’a fait rappelé que, quoi qu’il arrive, c’était TOUJOURS a moi de me renseigner et que globalement il fallait TOUJOURS vérifier les informations. Et ça c’est valable aussi bien dans la demande d’info que dans notre activité professionnelle. Et ceci souligne, une fois de plus, que le parcours du créateur d’entreprise est difficile car on se heurte continuellement à ces problèmes d’infos qui ne sont pas les bonnes et qui ne correspondant pas à la réalité.

Donc ça me paraissait important de tirer mon chapeau à l’URSSAF, et plus particulièrement à la personne que j’ai rencontré, qui m’a expliqué les rouages d’un système complexe.

Et puis bonne nouvelle pour Radio Metal…on ne payera pas l’URSSAF.

Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3