ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

News Express   

Bruce Dickinson (IRON MAIDEN) ne comprend pas pourquoi les débuts du groupe sont décrits comme « punk »


Bruce Dickinson, le chanteur d’IRON MAIDEN, ne comprend pas pourquoi les débuts du groupe sont décrits comme « punk ». D’après lui « Maiden n’a absolument jamais été un groupe de punk, ni de près, ni de loin. ».

Dans un entretien accordé à SPIN.com, il parle des soi disant influences « punk » du premier album de MAIDEN, avec l’ancien chanteur du groupe, Paul Di’Anno. Bruce explique : « Si on regarde toutes les vieilles interviews de Steve Harris [bassiste et leader du groupe], il déteste le punk-rock. Le premier album de MAIDEN sonnait punk parce qu’il sonnait comme un sac de merde. Il déteste cet album. Le premier chanteur [Paul Di’Anno] lui donnait un peu ce genre là, mais la presse nous a tout de suite collé l’étiquette punk. On a détesté ça parce que Maiden n’a absolument jamais été un groupe de punk, ni de près, ni de loin. Dès que l’album Killers est sorti, il avait un son bien meilleur et c’était évident : où est le punk, dans Killers ? Il y a « Murders In The Rue Morgue » qui aurait pu découler directement de « In Rock » de DEEP PURPLE ; il y a « Prodigal Son », une jolie petite ballade plutôt prog’ ; il y a « Twilight Zone », tout ça. Il est où le punk là-dedans ? Je pige pas. »

L’an dernier, Dickinson avait déclaré dans une interview : « le punk, c’est naze. ». Il expliquait à The Guardian : « Le seul genre qui se rapprochait le plus du metal et que ‘l’institution artistique’ a su apprécier, c’était le punk. Ils ont aimé le punk parce que c’est naze et ils ont aimé ce qui était naze parce qu’ils pouvaient le contrôler. Ils pouvaient dire : ‘Ah, ouais, on est des punk donc on peut prendre tout le monde de haut. On sait pas utiliser nos putain d’instruments, mais ça veut dire qu’on peut faire croire que tout ce truc c’est de l’art. ». La moitié des gamins membres d’un groupe de punk se moquaient de l’institution artistique et disaient : « C’est une belle bande de branleurs. Merci beaucoup. Donnez-nous notre fric : on se cassera, on sniffera notre blé et on ira baiser des meufs » mais en fait ce qu’ils auraient voulu, c’était faire partie d’un groupe de heavy metal entourés par des stars du porno. »

Dans une interview de 2012 avec The Quietus, on demandait à Harris s’il était partisan de l’amateurisme lié aux groupes de punk de la fin des années 70/début 80. Il répondait : « Je ne partageais pas leur point de vue. Je ne voulais rien partager avec eux de toute façon car je les haïssais ! Ils nous piquaient nos concerts. Cette bande d’arrivistes se pointait et la plupart ne savaient pas jouer de musique, alors c’était lourd. Et la plupart obtenaient des concerts et se faisaient de la pub sans nous laisser de place. Alors on a eu de la chance d’avoir des occasions pour jouer dans certains endroits comme le Cart And Horses ou le Ruskin Arms à Stratford et le Bridgehouse à Canning Town. C’était vraiment, vraiment dur. Donc, non, on les haïssait et on haïssait ce qu’ils faisaient. On n’avait rien en commun. La plupart avaient l’air de venir d’un bon milieu alors ils racontaient des conneries sur le fait d’être jeune et avide. Mais la plupart ne l’étaient pas en vrai. »

Traduction : Alexandra Molina.
Source : Blabbermouth.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3