ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Butcher Babies : une première dernière


A une époque où le débat sur la place des femmes fait couler beaucoup d’encre, où l’on balance son porc, où les codes sont rediscutés, Butcher Babies met en avant une féminité sans ambages, fortement sexuelle, avec leurs deux chanteuses, toutes poitrines en avant. Réduction de la femme à un objet sexuel ou émancipation salutaire ? Nous ramassons les copies dans quatre heures. En attendant, voyons la valeur de ces « bébés » sur scène, juge ultime, au-delà de toute apparence physique.

La tête d’affiche emmène avec elle Klogr, combo américano-italien, ainsi que Eyes Set To Kill, Américains venus d’Arizona. Le premier offre un metal alternatif, le second officie dans le post hardcore. Les étiquettes sont bien collées ? Alors, pénétrons dans le Backstage pour décrasser nos tympans.

Artistes : Butcher Babies – Eyes Set To Kill – Klogr
Date : 18 mars 2018
Salle : Backstage
Ville : Paris [75]

Klogr

A 19H15, Klogr ouvre la soirée. Les premiers rangs peuvent constater l’engagement clair du groupe : des autocollants « I support Sea Shepherd » sont posés, très visibles, sur les retours. Gabriele « Rusty » Rustichelli mène bien la barque, les morceaux s’enchaînent sans temps mort, face à un public plutôt réceptif. Le chanteur échange avec les spectateurs, sollicite leur aide avant « King Of Unknown », passe son message à propos de la planète avant « Pride Before The Fall » et dédie leur dernier titre à Sea Shepherd. Il remerciera le public, soulignant qu’ils éprouvent toujours un grand plaisir à jouer à Paris. Klogr aura lancé de belle manière cette soirée, ne se laissant même pas démonter par le problème technique rencontré par leur batteur, Gabriele lançant avec humour un « Are you ready ? We’re not ! » Avant de laisser la scène à Eyes Set To Kill, le chanteur demandera aux fans de faire du bruit pour les autres groupes dont il tiendra à citer chaque membre. Esprit de famille. Les américano-italiens ont assuré et seront à apprécier avec de meilleures conditions de son.

Eyes Set To Kill

Changement de style avec Eyes Set To Kill. La voix hurlée est plutôt bien assurée côté A.J. Bartholomew. La qualité de chant pêche plus côté Alexia et clairement le groupe a moins d’impact que le précédent. Pas extrêmement convaincant. La reprise de « Zombie » des Cranberries qui intervient en deuxième morceau n’est pas indispensable. A la décharge du combo, la qualité du son ne permet pas forcément à un non-connaisseur de rentrer dans l’univers du groupe. Des titres comme « Not Sorry » ou « Broken Frames » avec sa voix particulièrement hurlée s’avèrent toutefois intéressants. Moment sympa quand les membres de Klogr et des membres de l’équipe rejoignent le groupe sur scène pour assurer quelques chœurs. Moins sympa, la membre de l’équipe qui essaie de glisser des glaçons dans le dos ou le pantalon des musiciens. Clairement pas du goût du bassiste et sans aucun intérêt pour les spectateurs. Effet « blague potache » pour la dernière date de la tournée ?

Butcher Babies

Durant le changement de plateau, deux plateformes sont installées sur lesquelles les deux chanteuses monteront tout au long de leur concert, histoire de dominer le débat. Débat qui démarre à 21H et qui laisse peu de place aux interrogations : les Butcher Babies prennent la scène d’assaut ! Assurément, le groupe a un gros impact. Le physique des chanteuses y est évidemment pour beaucoup mais il ne serait rien sans leur attitude conquérante. Elles haranguent les fans qui chantent, sautent, sont ravis de voir le groupe pour cette première fois à Paris. Le club est évidemment petit, les fans se sont déplacés pour voir leurs Californiens préférés et ils offriront une foule assez dense qui pogotera avec énergie et se prêtera avec bonheur aux circle pits et aux majeurs tendus proposés par les chanteuses. L’ambiance est là !

Côté scène, Heidi Shepherd est plus en vue, elle prend l’animation, le contact avec le public à son compte. C’est la figure de proue, soutenue par Carla Harvey qui est loin d’être en reste ! Pour l’occasion, Heidi est en tenue moulante, type patineuse artistique tandis que Carla revêt une tenue qui offre plus de vue sur son anatomie. Les filles ne ménagent pas leur peine, ne laissant aucun répit à un public aux anges. Heidi descendra même dans la fosse au milieu du circle pit ! Preuve de confiance absolue envers ses fans. Côté son, le bât blesse et les conditions ne sont pas optimales. Les voix ne sont parfois pas toujours ajustées ; la tournée a peut-être laissé quelques traces. Toutefois l’énergie déployée compense ce détail. Et un titre comme « Thrown Away », « power ballad », montre que les deux femmes ont des voix puissantes et qu’elles savent faire autre chose que des growls. Côté lumières… un espèce d’éclairage pas très élégant qui laisse une pénombre qui ne permet pas tellement de voir les musiciens. Dommage.

Butcher Babies

« Beer Drinkers & Hell Raisers », reprise musclée de ZZ Top, permet au groupe de faire chanter les fans. Un peu plus tard, après « Headspin », le public sera invité à chanter des « Drink Mother Fucker! » assez basiques… et fédérateurs. « Underground And Overrated » remue la fosse qui pogote et pogote encore. Logique, en introduction de ce morceau, la part blonde des Butcher a demandé au Backstage s’il aimait danser. La réponse semble être positive. Musicalement, le groupe propose beaucoup. Trop ? Comme si il voulait mettre tous les éléments du heavy entre Pantera et Slipknot, entre voix criées et voix plus « growlées » au même endroit. Cela donne un ensemble un peu confus du coup ; on perd parfois le fil d’une ligne directrice. Il est 22H, une courte pause rappel intervient. Le rapide « They’re Coming To Take Me Away » continue de mettre la pression sur un public dont la ferveur n’aura jamais baissé d’intensité depuis le début du concert. « How many of you have heard our last album, Lilith? You know what to do” lance Heidi avant « Controller »

Mais les meilleures choses ont une fin. La chanteuse explique qu’il s’agit de leur dernière date de la tournée et que cela a été la meilleure. Croyons-la sur paroles. Elle demandera aux fans de faire du bruit pour les deux premiers groupes, remerciera tous les intervenants de la « Butcher Crew » avant de laisser les fans rejoindre la nuit parisienne. Pour les fans, la soirée a été belle, le groupe ayant offert une prestation généreuse qui n’aura pas uniquement reposé sur le physique des deux bombes chanteuses. Toutefois, un peu plus d’originalité musicale permettrait sûrement au groupe de passer à un cran supérieur et de se produire face à un public plus large.

Report et photos : Loïc « Lost » Stephan.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3