ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Ce sera votre faute si Deep Purple ne fait pas de nouvel album !


Oui, je vous le dis tout net : il sera de votre responsabilité si la discographie de Deep Purple restera telle qu’elle est aujourd’hui, avec Rapture Of The Deep en point final de la production studio du groupe. Oh, bien sûr, ce serait une bien belle fin que de terminer sur un tel disque. Mais pourquoi s’en contenter ? Le groupe est bien vivant, en pleine forme, tourne toujours et se lance d’ailleurs dans une tournée avec orchestre (qui passera en France cet été). Mais une chose peut empêcher ce groupe, un des derniers dinosaures de l’âge d’or du hard rock, de reprendre le chemin des studios d’enregistrement et c’est le bassiste Roger Glover qui l’explique dans une interview menée par l’agence QMI :

« Il y a un certain désaccord dans le groupe pour savoir si nous ferons un nouvel album. Ils ne rapportent vraiment plus d’argent. Selon mon opinion, nous sommes un groupe d’album et nous devrions quand même le faire, même si ça coûte de l’argent, parce que c’est ce que nous faisons. Peut-être suis-je un traditionaliste mais je crois que nous devrions continuer à être ce que nous sommes. Nous pouvons progresser avec notre musique mais notre façon de faire devrait être la même que celle que nous avons toujours faite. Il n’y a aucun mal à ça. Un album, c’est comme capturer un instant dans le temps. Et dans un groupe avec une histoire comme la nôtre, ces instants signifient beaucoup. »

Il est stupéfiant qu’un groupe de la trempe de Deep Purple en soit arrivé à ne peut-être plus pouvoir produire d’album parce que les ventes, donc l’argent, ne sera pas au rendez-vous derrière. Oh, je vois déjà les beaux commentaires du genre « gagner de l’argent, c’est mal ». Je ne me sens même plus obligé de réfuter cette idée. Qui ne comprend pas que chacun a besoin de sentir ses efforts récompensés ne doit pas avoir une haute estime de soi et de ce qu’il fait dans la vie alors je n’en aurai pas plus pour lui et ses idées.

La crainte que doivent ressentir les autres membres de Deep Purple doit – je suppose – venir de celle d’être lâchés par les maisons de disques – voire les tourneurs – si on s’aperçoit un jour que « les vieux » ne rapportent plus. Et dans un monde d’argent, ce n’est pas à la légende de tel ou tel groupe qu’on mesure l’intérêt d’injecter de l’argent dans un nouveau projet qui pourrait ne pas rapporter assez. L’industrie musicale a tellement souffert ces dernières années qu’aucun risque n’est à prendre : un groupe qui ne vend pas d’albums ne vendra peut-être pas de places de concerts, un groupe qui ne vendra pas de places de concerts ne fera plus de concerts et un groupe qui ne fait même plus de concert disparaît tout simplement. Même Deep Purple…

Vous me trouvez alarmistes ? Mais combien de grands groupes nés à la même époque que celui de Roger Glover ont aujourd’hui disparu de l’horizon musical et sont oubliés de la grande majorité du public ? Il suffit d’un premier album qui ne se vend pas assez, un second dont les apports ne sont pas à la hauteur des espérances et le groupe meurt en silence dans son coin. Et le business est beaucoup plus cynique, plus chien maintenant.

Comme le dit Glover : « Un album, c’est comme capturer un instant dans le temps. Et dans un groupe avec une histoire comme la nôtre, ces instants signifient beaucoup. » Souhaitons-nous manquer la prochaine partie de l’histoire d’un groupe qui nous a si rarement déçu en plus de quarante ans ? Et la suivante ? A chaque étape de son parcours musical, Deep Purple a su nous donner de bonnes raisons de nous intéresser encore à leur œuvre.

Album sublime ; un « Chant du Cygne » pour Deep Purple.

Ne soyons pas responsables d’une nouvelle répétition dans l’histoire : en 1974, Ritchie Blackmore quittait le groupe mais ce dernier s’en est relevé avec l’un de ses meilleurs albums en 1975, Come Taste The Band, mais il a été snobé par le public entraînant la fin du groupe. Fin heureusement provisoire puisque le groupe est revenu presque dix ans après. Mais si cette fois le groupe s’arrêtait de nouveau, à l’âge qu’auront atteint ses membres, ont peut fortement douter qu’ils reviendront encore dix ans après.

Espérons que six ans après le très bon (au bas mot) album Rapture Of The Deep, le groupe prenne quand même le « risque » d’un nouveau disque et que le public saura mieux récompenser l’effort. Car si Deep Purple se pose ce genre de questions, faire un nouvel album ou non, aujourd’hui, qu’est-ce que ce doit être pour des formations de « moindre importance », plus jeunes ? Et ne faut-il pas s’inquiéter de ce qu’il adviendra dans dix ans pour les géants de maintenant : et si, en 2021, un groupe comme Metallica devait se poser la même question ?

Animalement vôtre.



Laisser un commentaire

  • Avant l’arrivée des CD, j’achetais mes nouveaux albums à moins de 50 francs et souvent à moins de 45 francs à la FNAC, et l’industrie du disque marchait à plein régime et se faisait un blé monstre. Quand les premiers CD sont apparus, le prix était exorbitant, de façon à pouvoir le baisser pour montrer aux gens que les majors faisaient des efforts, mais finalement le prix d’un CD, même hors nouveauté, est resté longtemps plus de deux fois le prix d’un vinyle, alors que les coûts de production étaient (et sont encore) beaucoup moindres.
    C’est juste une histoire de thunes que les gens n’étaient plus prêts à mettre car ils se sentaient escroqués (comme avec le ciné en ce moment), et qu’ils ne sont plus capables de mettre maintenant, tellement la vie est chère et que tout le monde met ses loisirs et la culture en dernier.

    [Reply]

    AC

    D’un autre côté l’e-commerce a aussi vu le jour, et le CD sont infiniment moins chers sur Amazon qu’à la Fnac… Et heureusement d’ailleurs, autrement je piraterai tout, j’ai pas les moyens !!

  • (désolé)
    C’est n’importe quoi cette analyse, on peut pas dégager comme ça des hypothèses sur du vent avec un fond apocalyptique à deux balles. Y’a des grands groupes comme DP qui n’enregistrent plus d’albums et qui restent actifs (Twisted Sister), et d’autres qui sont encore actifs et qui sortent encore des albums (Alice Cooper, Motorhead, Motley Crue – oui sans les trémas, ces conneries m’agacent, et bien entendu Maiden). Il n’y a pas de logique, de fatalités ou quoi que ce soit de ce genre. C’est de l’extrapolation de dire des trucs comme ça.

    La vérité c’est que certains membres de DP sont trop faignants pour pondre un album sans que ça vaille le coup financièrement parlant. Qui ? Ben c’est pas compliqué, il reste plus que trois membres fondateurs capables de prendre une décision importante : Glover, Gillan, et Paice… Moi je pense que c’est Gillan vu le peu d’intérêt qu’il accordait à la question dans ses interviews récentes. C’est con, surtout quand on sait que ça l’empêche pas d’entretenir sa carrière solo. Mais c’est comme ça.

    Et en ce qui concerne « Come Taste The Band », n’oubliez pas qu’à l’époque Blackmore n’avait pas sombré dans l’oubli après avoir quitté le pourpre, il avait immédiatement fondé Rainbow avec Ronnie James Dio… Le moins qu’on puisse dire c’est qu’à l’heure actuelle les perspectives ne sont pas les même !

    Bref, pas de plans sur la comète. Quand Heaven & Hell (aka Black Sabbath) a pondu un album en 2009, personne n’aurait put le prévoir ne serait-ce que deux ans plus tôt.

    [Reply]

  • C’est triste pour l’industrie du disque, car la plupart des gens perde la notion de ce qu’est un disque. C’est tellement plus que quelques chansons d’un groupe, c’est la présence du groupe qu’on invite chez soit! j’ai 17 ans et quand je tombe sur un groupe que j’aime, j’hésite pas à l’acheter ce disque!

    Il faudrait que plus de gens comprennent ça, plus de gens en achèterons pour ce qu’ils valent vraiment et pas simplement pour la musique qu’il y a dessus.

    [Reply]

  • malheureusement, ca n’est pas que les grands groupes qui souffrent de cette crise prolongée, mais c’est bien l’industrie du disque qui se veut mourir à petit feu.
    je pense que ce qui sauve encore un peu la vente de disque reste le pire ennemi: le marketing. On peut dire ce qu’on veut la dessus, avec la presence d’internet comme moyen d’echange, il devient de plus en plus difficile de persuader les gens d’acheter quelque chose, puisque tout le monde admet « echanger » ce qu’on reconnait s’attribuer. Alors la solution: faire de belles pochettes ‘surprises’ avec des lives, des making off et meme des beaux booklets. Mais meme ca, c’est sur la toile ou pire c’est leaké avant la sortie officielle.

    alors, oui, je dois dire que je suis pessimiste pour la survie du disque, mais j’imagine que la technologie ne va pas cesser de se developper, et j’espere sincerement que la musique reprendra de la valeur aux yeux du monde.

    [Reply]

  • Pas d’accord.

    Parce que la musique c’est avant tout une passion une envie, et on aimerait tous que l’argent ne soit pas un facteur aussi déterminant dans la culture.

    Cela dit, les moyens techniques d’aujourd’hui sont tellement développés que des groupes inconnus peuvent sortir des productions honorables en termes de qualité d’écoute.

    Je veux Deep Purple (comme je souhaite connaitre l’oeuvre de tous les artistes), comme je ne veux pas passer a coté de la musique d’artistes sous prétexte que ça ne rapportera pas assez.
    Alors si je pouvais faire remonter mes mots a Mr Glover par exemple, je lui dirais ceci : « L’argent, on s’en fout. faites cet album, faites plaisir a vous memes et aux personnes qui apprécient votre talent et votre musique. Rendez le disponible gratuitement par Internet si vous le souhaitez, ne sortez pas de format matériel pour réduire les coûts, mais faites nous encore une fois l’honneur de votre musique. »

    Soit, l’argent est maître de tout système, mais c’est en remettant la culture en avant qu’on relèguera l’argent ou il doit etre : que ce soit un moyen et non un but.

    Cordialement

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3