ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Les chants de SKÁLD


Par un retour aux temps moyenâgeux, la récente formation néo-folk du groupe Skáld fait renaître l’ancienne société scandinave, ses histoires et ses dieux. Non sans surprise, ces guerriers issus de l’Hexagone ne cessent de faire sensation depuis la sortie de leur premier album, Le Chant Des Vikings, directement inspiré de groupes déjà bien établis dans le milieu tels que Wardruna, Heilung, Ivar Bjørnson, Faun et consorts.

Ainsi, après un passage remarqué au Hellfest 2019, le groupe est maintenant en tournée à travers la France et outre-Manche. Pour notre part, c’est au Ninkasi Kao de Lyon que nous assistons au collectif de Vikings, en ce mardi 10 décembre, pour un événement qui nous transporte subtilement vers les royaumes hostiles de l’Yggdrasil, à travers des récits mythologiques et poétiques, le tout chanté en vieux norrois, bien sûr !

Artistes : Skáld
Date : 10 décembre 2019
Salle : Ninkasi Kao
Ville : Lyon [69]

Hellfest 2019

Un à un les membres du groupe font leur entrée. Ritualiste et d’abord anonyme, leur présence sur scène n’en est pas moins pesante tant elle étreint instantanément la salle de son aura nordique. Par les premières notes de leur album Le Chant Des Vikings, c’est d’ores et déjà un show qui s’annonce épique que nous offrent les artistes, du haut de leurs estrades, soufflant dans leurs cornes. Pour cause, c’est le titre « Ódinn » qui ouvre les portes de l’univers de Skáld et nous livre d’emblée au combat dans une ambiance guerrière, digne du dieu éponyme.

Mais Skáld c’est aussi beaucoup de sensibilité et d’immersion. Aspect parfaitement servi par le live, puisqu’on se laisse volontiers transporter par la douceur et la finesse des mélodies qui s’enchaînent, sans jamais s’égarer tant elles sont exécutées avec justesse et précision. C’est d’ailleurs par cela que la performance du groupe est impressionnante. Car la maîtrise implacable des différents instruments singulièrement atypiques mais non moins caractéristiques du style – desquels on aperçoit notamment cornes, harpe, didgeridoo, tambours et autres guimbardes pour ne citer que ceux-là – se lie à la grandeur des chants qui nous ensorcelle.

Là est donc la clef de l’efficacité du groupe : la composition des mélodies soignées et recherchées de Christophe Voisin-Boisvinet portée par l’homérique chant guttural de Pierrick Valence, l’impressionnante puissance vocale de Justine Galmiche ainsi que la finesse et l’harmonie du timbre de Mattjö Haussy forment un combo de sensations garanti.

Aussi, on ne peut omettre de mentionner la superbe nyckelharpa, magnifique instrument suédois, divinement jouée par Pierrick et totalement à l’honneur à l’occasion de « Krakumal », dont il nous explique l’inspiration du titre avant de le jouer seul sur scène. En effet, celui-ci retranscrit les derniers mots du roi Ragnar Lodbrok qui, jeté dans une fosse à serpents et sentant sa fin proche, fait ce poème à Odin afin qu’il lui ouvre les portes du Valhalla. La salle entière est alors saisie par une atmosphère lyrique et partage, le temps d’un moment, les souffrances passées du célèbre Viking.

En somme, c’est là une belle évasion que nous offre le groupe. Les yeux se ferment et l’esprit fugue aux côtés des ancêtres. Affronter l’ennemi n’a jamais été aussi évident accompagné tant par ces mélodies captivantes et conquérantes que ces sonorités troublantes et inattendues. C’est donc sans surprise que le public, ravi, acclame le groupe et en redemande. Il ne sera alors pas déçu puisqu’une apaisante performance a cappella vient le calmer. Finalement, une nouvelle reprise du titre « Ó Valhalla » achèvera le concert, invitant cette fois-ci le public à faire ses propres suppliques.

Au-delà de la musique, la salle du Ninkasi permet un moment intimiste de par sa taille et les lumières nous plongent chaque fois dans l’atmosphère du morceau avec un jeu de couleur adapté. La mise en scène est elle aussi à noter car tous ont une prestance remarquable, notamment Justine Galmiche qui accompagne son chant, telle une Valkyrie, par des mouvements à la fois envoûtants et belliqueux.

Skáld en concert, c’est donc des titres prenants, une présence puissante et une immersion totale dans un univers autant lyrique que guerrier. Une bière à la main et le tour est joué. À la sortie, un seul mot en tête : « Ó Valhalla ! »

Report : Aurélie Chappaz
Photos: Sylvain Leobon (Hellfest 2019)



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Abbath + Vltimas + 1349 + Nuclear @ Toulouse
    Slider
  • 1/3