ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Christopher Lee : le retour de l’empereur


S’arrêtera t-il un jour avant que la mort ne l’arrête ? A 90 ans, comment fait-il ? Quelques rares substances présentes sur le Tour de France auraient-elles malencontreusement atterries dans la soupe de Christopher Lee ? Est-il vraiment l’immortel Dracula, l’éternel Saruman, l’invincible Homme au pistolet d’or ? Tant de question et si peu de réponses hormis cette nouvelle, qui, au final, n’en est même plus surprenante. Car oui, l’homme aux « quelques » grands films (qu’on n’énumérera pas car vous devriez faire l’effort de les connaître si ce n’est pas déjà le cas), aux collaborations musicales avec Rhapsody Of Fire et Manowar ainsi qu’à la carrière solo d’artiste « metal » avec son album concept Charlemagne: By the Sword And The Cross sorti en 2010, nous réserve encore quelques tours.

Avouons que c’est donc sans réelle surprise – car même si ça avait l’air d’une expérience passagère, on sentait que le bonhomme avait pris plaisir à ce jeu – que l’on apprend que Sir Christopher Lee s’apprête à sortir un tout nouvel opus « 100% heavy metal » selon les dires de l’homme. Charlemagne: The Omens Of Death ou l’album qui montre, une fois encore, qu’il n’y a pas d’âge pour faire du metal.

Dans une interview accordée à BBC News, Christopher Lee nous présente cet album comme étant un pur disque de metal : « Lorsque j’ai été approché pour faire le premier album Charlemagne: By The Sword And The Cross, c’était un album de heavy metal, bien sûr, mais ce que je chantais était plus symphonique. Aujourd’hui sur ​​le second, The Omens Of Death, il est cent pour cent heavy metal. J’ai fait mes morceaux et ils sont heavy metal. Je ne crie pas ou quelque chose comme ça, mais il est certainement à cent pour cent heavy metal. ». Bon, bien sûr, il ne fallait pas s’attendre à entendre growler Sir Christopher (quoiqu’on aurait été amusés d’écouter le résultat) mais, comme vous l’aurez noté, ce sera un disque de heavy.

Fortement teinté de power plus que de heavy pur et dur, cet album n’est pas une bouffonnerie (même si ce qu’on a pu entendre est relativement douteux) et se veut très sérieux ; comme le premier album qui se voulait déjà une sorte d’hommage rendu à son ancêtre, Lee ayant affirmé à l’époque être un descendant de l’empereur à la barbe fleurie. Chose des plus respectables dirons-nous car cela montre aussi tout l’engagement et la ferveur que porte l’acteur à ce genre musical qui nous est si cher. Présent, donc, désormais depuis quelques année sur cette scène metal avec plusieurs collaborations avec Rhapsody Of Fire sur Symphony of Enchanted Lands II – The Dark Secret (2004), Triumph Or Agony (2006) et sur The Frozen Tears Of Angels (2010) en tant que narrateur ou encore sur la réédition de Battle Hymns, le premier opus de Manowar, Lee semble avoir posé ses pénates dans ce genre musical.

Certes, By The Sword And The Cross était plus proche d’un album de metal sympho, et même plus symphonique que metal. Très grandiloquent, son successeur se veut plus brut et bien plus épuré. Moins théâtralisé, Lee durcit le ton du haut de ses 90 berges. Du moins, les premiers extraits nous laissent figurer un album quelque peu différent de son prédécesseur. Un acte respectable et un album qui, avouons-le, ne cassera malgré tout pas trois pattes à un dindon, mais sérieux et très certainement sincère.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3