ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Chrome Division – Infernal Rock Eternal


Fut un temps, Chrome Division c’était en quelque sorte une parfaite imitation de Motörhead. On y retrouvait tous les ingrédients que Lemmy et sa bande avaient déjà cuisinés par le passé : de la voix rauque et chaude d’Eddie Guz, aux riffs de gratte rock’n’roll appuyés par un son épais et costaud. Mais maintenant, tout a changé, ou presque ! La bande de Shagrath (chanteur de Dimmu Borgir qui tient ici la guitare) se traîne enfin vers des sentiers plus personnels. Métamorphose initiée à l’arrivée de Shady Blue, en remplacement d’Eddie Guz, en 2011 pour l’album 3rd Round Knockout et aujourd’hui entérinée et appuyée avec Infernal Rock Eternal.

Bien sûr, on retrouve toujours l’influence de Motörhead au détour d’une chanson ou deux, mais le tout sonne désormais beaucoup plus varié et porté sur l’accroche mélodique : la percutante « (She’s) Hot Tonight », la lourde « The Moonshine Years » avec ses effets sur la voix et « The Absinthe Voyage » dont le riff principal imparable débouche sur un refrain très chantant. Les riffs pleuvent de toutes parts, ponctués par du solo qui en met plein les mirettes (« The Absinthe Voyage »). D’autres influences apparaissent ici et là, comme sur le single « Endless Night » (titre d’ouverture affublé d’un riff efficace à la talk-box) qui arrive à combiner à la fois le son de Nickelback et celui du Metallica période Load/Reload, ou lorsque le groupe titille la fibre sentimentale avec un « Lady Of Perpetual Sorrow » qui n’est pas sans rappeler Lynyrd Skynyrd, l’hommage au punk avec l’explicite « Ol » (« Øl » signifie dire « bière » en norvégien) ou encore avec un « Not Bet For Free » au parfum évident de « School’s Out » d’Alice Cooper. Quant à la production léchée, elle apporte une touche massive à ces riffs mid-tempo, leur donne même un caractère plutôt stoner, et ne rend pas moins justice aux plus douces mélodies (la fin du solo de « You’re Dead Now »).

Infernal Rock Eternal est donc le parfait album de heavy-rock sauce ricaine : aguicheur, tant par son emballage que par son contenu, sec, simple, clair et efficace. Inspiré par le hard rock de toujours, tout autant que par la scène heavy des années 90, Chrome Division élargit considérablement sa palette musicale et se rapproche davantage de la scène sleaze qui bourgeonne dans les pays scandinaves depuis quelques années. Au bout du compte, dans la discographie du groupe, cet opus se révèle être une véritable bouffée d’air frais !

Ci-dessous, le clip de « Endless Nights » :

Album Infernal Rock Eternal, sortie le 17 janvier 2014 chez Nuclear Blast.



Laisser un commentaire

  • Olala, mais qu’est devenu de groupe ?
    Au début je le trouvais sympa, mais là….

    [Reply]

  • J’aime bien ! Je ne connais pas leurs précédents opus, mais cette chanson me plait bien.

    [Reply]

    HeavenNorHell

    Je te conseille les 2 premiers albums… certes très « Motorhead » mais quelle zik !!!

  • HeavenNorHell dit :

    Bin en tant que fan de la première heure, je trouve cet album tout pourri !!! Où il est l’esprit « rock’n roll » des 2 premiers albums ? Ou t’avais le cambouis jusqu’aux coui…oudes, où ça fleurait bon la harley et la zik old school… là plus rien… ça rentre dans le moule. Bof quoi ! Très très déçu.

    [Reply]

    Captain Sami

    Je suis tout à fais d’accord avec toi depuis qu’ils ont changé de chanteur le groupe s’enlise dans une espèce de musique façon fast food

    HeavenNorHell

    Y a même plus de belles plantes faisant un strip sur le comptoir du bar !!! lol Je préfère le groupe d’Eddie Guzz « The Carburators » moins metal mais dans l’esprit rock’n roll que j’adorais chez Chrome Division… Là c’est plutôt Morne Division.

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3