ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Coheed And Cambria – The Color Before The Sun


Coheed And Cambria - The Color Before The SunExit la saga The Amory Wars et l’histoire de Coheed et Cambria Kilgannon. Rien que ce fait confère une place tout à fait particulière à The Color Before The Sun, huitième effort studio de Coheed And Cambria et premier album non-conceptuel des New Yorkais. Claudio Sanchez, chanteur guitariste du groupe, désirait sortir des limites que lui imposait le respect d’une narration conceptuelle. The Color Before The Sun est davantage une présentation brute des sentiments de Sanchez et du groupe, sans intermédiaire entre eux et les auditeurs. Moins « cérébral » donc, pas nécessairement moins intelligent.

The Color Before The Sun est aussi l’occasion d’un changement de label pour Coheed And Cambria, désormais soutenu par 300 Entertainment, label indépendant fortement attaché à la liberté créative de leurs artistes ; impulsion sans doute bienvenue pour délaisser complètement l’univers qui a fait l’identité de Coheed And Cambria. Par ailleurs, c’est désormais Jay Joyce qui officie aux manettes et non plus Michael Birnbaum et Chris Bittner. En résulte un son plus direct en lien avec la volonté de limiter la pléthore d’arrangements propre au double-album The Afterman (2012-2013). The Color Before The Sun ne développe plus de titres épiques sectionnés à l’image de « Key Entity Extraction ». En un sens, Coheed And Cambria semble délaisser ses composantes progressives au profit de davantage de simplicité. Il suffit en réalité des premières notes de « Island » pour en arriver à cette déduction. Pour autant, si cette dernière semble péjorative à première vue, il n’en est rien. Coheed And Cambria tape en plein dans le mille.

« Island » a une identité pop-rock bienvenue avec un refrain accrocheur au possible, recette qui se retrouve à de multiples endroits de The Color Before The Sun. L’introduction d’ « Eraser » a des airs de Fall Out Boy dans ce que ce dernier fait de mieux, sans nécessairement sombrer dans une platitude digne d’un teenage-movie. Claudio Sanchez est, comme à son habitude, irréprochable et démontre encore une fois sa polyvalence, tantôt « catchy » à l’image du refrain (certes un poil mielleux…) de « Colors » ou plus réservé lors de « Ghost », avec ce qu’il faut de « surjeu » pour ne pas lasser ou tomber dans la parodie. Coheed And Cambria n’est cependant pas devenu un groupe de pop-rock adoptant les canons du genre sans broncher. Il conserve et fait toujours étalage de sa culture, de sa personnalité et d’une relative expérience concernant la musique progressive. « The Audience » conserve une part de folie que l’on trouve chez Between The Buried And Me, l’un des trois seuls titres à dépasser les six minutes. « Peace To The Mountain » pourra néanmoins rapidement agacer. Sorte de pseudo ballade folk, le titre stagne et les arrangements au violon accompagnés de chœurs et de cuivres pourront donner l’impression d’une caricature de Sigur Ros.

Surtout, The Color Before The Sun prouve une chose : Coheed And Cambria est diablement culotté. Il est difficile de qualifier cet album de « metal » tant il affirme davantage ses influences pop et alternatives. L’œuvre entretient à cet égard des similitudes avec le remarqué album éponyme de Nothing More (2013-2014) et crée des atmosphères parfois proches de Arrow & Anchors (2011) de Fair To Midland. Toutefois, Coheed And Cambria a un son moins « lourd » et cette nouvelle direction est exacerbée par le très sucré, voire naïf avec ses onomatopées scandées de façon enfantine, « You Got Spirit, Kid ». Coheed And Cambria affiche un penchant plus « commercial » qu’à l’accoutumée.

Les détracteurs pourront donc s’en donner à cœur joie et désormais ranger Coheed And Cambria dans la catégorie de groupes « cash-machine » en fonction de critères qui échappent souvent à la raison. Les habitués du groupe, quant à eux, peuvent se trouver déstabilisés par l’absence de compositions narratives. Coheed And Cambria semble n’en avoir que faire. Le groupe avance, sa musique prend une parure plus légère, sans complètement se travestir et sans oublier ce qui a fait sa force. The Color Before The Sun s’appréhende plus facilement, est plus lumineux, plus direct, plus épuré, plus simple en somme. Il n’en est pas moins inspiré.

Ecouter les titres « Here To Mars » et « Eraser » et voir le vidéo clip de la chanson « You Got Spirit, Kid » :

Album The Colour Before The Sun, sortie le 9 octobre 2015 via 300 Entertainment.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3