ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Combichrist – We Love You


Combichrist aurait-il eu un besoin de renouveau ? Après avoir intégré un guitariste, Abbey Nex, au sein de son line-up live – ô sacrilège se sont écriés les puristes ! – et sur le aussi peu remarqué que remarquable No Redemption, album qui sert de bande originale au jeu vidéo Devil May Cry, voilà que l’inégalable Andy LaPlegua sert un premier single (« From My Cold Dead Hands ») qui ne cache pas ses emprunts à la mode dubstep. Combichrist, pris en flagrant délit de racolage à la fois dans le monde du rock et celui de l’électro hype ? Ce serait faire un procès un peu hâtif à l’encontre du personnage, nouvelle icône électro-indus indisciplinée mais aussi artiste intelligent.

Il suffit d’écouter l’ouverture qui casse cruellement la déclaration d’amour promise en intitulé : « We were made to love you, but our only hope to save you is to terminate you […] Please don’t forget, we love you. Now die. » Ce premier titre joue la surprise sur des rythmes déstructurés, un Andy LaPlegua qui n’a jamais autant vu rouge, des chœurs de foule révoltée et où la guitare se fond au milieu des martellements dubstep. Premier contact avant de renvoyer l’auditeur sur les rythmes aggrotech agressifs, binaires et infectieux dont le groupe a le secret. Combichrist balade son auditeur, s’amuse avec lui. Voilà l’industriel tel qu’on l’aime : entraînant, décadent et irrévérencieux. Combichrist ouvre ses horizons et (en)traîne l’auditeur dans son terrier, pour venir goûter à un nouveau monde de débauche où même les innocentes licornes en prennent pour leur grade (« Fuck Unicorns »).

Bien que toujours familier, Combichrist renouvelle sa palette sonore, vient piocher dans les nouvelles tendances électroniques et intègre une bonne fois pour toute la guitare (et même une vraie basse crunchy sur « Retreat Hell Part 1 »). Et si le dubstep vient s’immiscer ici et là, c’est parcimonieusement, réapproprié et remodelé par la patte artistique très personnelle et affirmée de LaPlegua. Tout comme cette guitare qui, loin de prendre les devants et dénaturer la musique du groupe, se fond généralement dans le décor en apportant son mordant caractéristique. Un album riche et varié, dansant (« Every Day Is War »), entêtant (« From My Cold Dead Hands »), vicieux (« Satan’s Propaganda ») ou ambiancé (« Denial »). Combichrist se la joue même rock’n’roll sur « Maggots At The Party » et acoustique sur la ténébreuse « The Evil In Me », portée par une guitare sèche et quelques accords de piano avant l’envolée finale. Combichrist réussit un coup de maître en apportant un vent de fraîcheur sur sa musique et démontre qu’il a bel et bien encore des cartes à jouer.

Ci-dessous la lyric-vidéo du titre « From My Cold Dead Hands » :

Album We Love You, sortie le 25 mars 2014 chez Out Of Line Music



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3