ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Le concert inespéré de The Faceless


On ne rêve pas, The Faceless débarque enfin à Paris pour un concert ! En effet, le groupe a gagné la mauvaise réputation au fil du temps du groupe qui ne joue jamais, cela étant dû à ses nombreuses annulations de tournée. Alors même quand le groupe est annoncé au Backstage, nombreux sont ceux qui hésitent à prendre une place ou qui attendent la dernière minute pour assister au show. Forcément, la peur s’intensifie d’autant plus lorsque le groupe annule sa venue à Glasgow sur cette même tournée…

Mais, au final, c’est bien The Faceless que l’on a devant nous ce soir pour une soirée musicalement intense. Et quand le groupe pointe le bout de son nez, la salle se remplie et le public est au rendez-vous. Place donc à cette soirée mettant à l’honneur cette formation qui aura marqué en 2008 le monde du death metal et son aspect technique avec l’album Planetary Duality. En ce 10 février, The Faceless est de passage à Paris pour promouvoir son dernier album en date, In Becoming A Ghost.

Artistes : The Faceless – The Voinich Code – Frctrd
Date : 10 février 2018
Salle : Backstage
Ville : Paris [75]

Frctrd

Pour ouvrir la soirée, c’est un groupe local qui chauffera une salle se remplissant tout doucement : Frctrd (prononcé « fractured »). Un combo de deathcore à tendance technique et avec ce goût prononcé pour le djent. Les Parisiens n’hésitent pas à équilibrer la violence par des moments plus mélodiques et posés, pour quelque chose de bien plus abordable. La prestation se fait devant un public calme mais qui accueille généreusement le groupe. On peut souligner concernant ce set que Frctrd a été prévenu uniquement quelques jours avant sa venue pour jouer en ouverture de la soirée. Ce qui impressionne le plus est sans doute le batteur volant la vedette aux musiciens, avec ses nombreuses expressions faciales digne du Joker dans les comics Batman. Sans transcender le genre, Frctrd laisse le public s’installer et s’échauffer pour un début de soirée placé sous le signe du deathcore.

The Voinich Code

Enchaînons avec la première partie officielle de The Faceless sous le nom de The Voynich Code. Cette fois-ci portugais, la formation propose une musique sensiblement identique à Frctrd. Un deathcore à tendance mélodique et à forte inspiration djent. On retrouve néanmoins dans The Voynich Code bien plus de talent de composition et de performance à la guitare, ainsi qu’une recherche dans l’instrumentalisation plus poussée. Malheureusement en live le son des claviers et des percussions sur des titres comme « Antithesis » ne ressort pas clairement. L’ambiance se détend et devient plus personnelle vers la fin du set quand une personne du public montera sur scène pour prévenir le chanteur que sa braguette est ouverte ! De manière générale, le groupe reste très dynamique et le chanteur parle régulièrement avec son audience. Un frontman qui n’hésitera pas durant les morceaux à sauter sur un flight case mis de côté au-devant de la scène. Comme une version améliorée de Frctrd, The Voynich Code commence à faire remuer un public parisien en plus grand nombre à l’approche de la tête d’affiche.

The Faceless

Les doutes planaient toujours quelques minutes avant, mais non ce sont bien les Américains de Los Angeles qui montent sur scène. Et pendant cette heure qui passera très vite, The Faceless fait un certain tour de sa discographie. Une soirée qui démarre sur « Autotheist Movement » de l’album Autotheism et se conclura sur « The Ancient Covenant » et « Xenochrist » de Planetary Duality. Mise à part le guitariste et le bassiste ayant le sourire au coin des lèvres, le batteur reste lui concentré sur son instrument alors que le chanteur ne manifeste pas de réel plaisir à être présent ce soir. Ken « Sorceron » Bergeron, le tout récent chanteur du groupe présent sur le dernier album (officiant habituellement dans Abigail Williams), aura tout de même l’idée originale d’offrir aux membres du public une baguette de pain (!) où tout le monde se servira… Le tout dans une atmosphère un peu bizarre.

Malgré le manque d’énergie des musiciens, le son n’en reste pas moins impeccable. Le public qui se mouvait efficacement sur The Voynich Code se trouve en tout cas bien plus calme et à l’écoute. Même si les derniers morceaux joués lâcheront les bêtes dans le pit, les retours concernant le son du set venant des personnes placées au fond de la salle ne seront pas aussi élogieux, notant un manque important de voix. Les plus chanceux, et les plus proches, auront eux pu profiter d’une bonne qualité audio des titres de The Faceless. La force du groupe étant toujours d’avoir su composer intelligemment entre l’aspect death metal, technique, et les passages doux et progressifs amenés brusquement mais se mêlant parfaitement.

The Faceless

En fait, il est fort possible qu’on attendait trop de cette prestation de The Faceless. Les albums studios de The Faceless méritent une place de choix dans la discographie de tout amateur de death technique/progressif, voilà pourquoi l’excitation de les voir sur scène était grande. Or la prestation scénique reste assez pauvre, sans aucun décor, seulement avec sur scène les membres du groupe et leurs instruments. Peu d’interactions avec le public lors de cette prestation qui sera passée beaucoup trop vite. On ne sait pas quand nos routes se recroiseront, car aucune date de festivals n’est prévue pour le moment pour le groupe aux alentours, mais finalement The Faceless serait-il une expérience qui doit uniquement rester en studio ? Avant de se prononcer définitivement sur la question, laissons plusieurs expériences live venir à nous, si jamais elles arrivent un jour…

Setlist :

Autotheist Movement I: Create
Autotheist Movement II: Emancipate
Autotheist Movement III: Deconsecrate
Sons Of Belial
The Spiraling Void
An Autopsy
Cup Of Mephistopheles
The Ancient Covenant
Xenochrist

Report et photos : Matthis Van der meulen



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Greta Van Fleet + Vola @ Paris
    Slider
  • 1/3