ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Conférence De Presse   

Conférence de presse de Steel Panther : vous vous attendiez à quoi ?


On a beau savoir à quoi s’attendre d’une conférence de presse de Steel Panther, à savoir un moment parodique avec des blagues salaces à tout va, le résultat dépasse les espérances. Steel Panther n’est pas un simple groupe de rock composé de musiciens ayant la vanne facile. Steel Panther, notamment Lexxi Foxxx qui passe son temps à se remaquiller, incarne sa parodie sans en sortir un seul instant.

Seule la musique manque pour faire d’une de leurs conférences de presse un spectacle équivalent à un de leurs shows. Car le festival de répliques est bien là et ce dès les premières secondes de leur arrivée dans l’espace presse, après une chute préalable du chanteur Michael Starr : « Je pense qu’on devrait commencer cette conférence de presse en disant : ‘Montrez-moi vos nichons !'(en français dans le texte) et aussi : ‘Je bande !’ (idem) ».

Avant de laisser quiconque s’exprimer, les membres du groupe décident de monopoliser les micros et commencent à s’interviewer eux-mêmes, parodiant notre profession qui l’a, admettons-le, bien mérité :

Satchel (guitare) : J’ai une question, j’ai une question. Michael, tu es le chanteur d’un des groupes de heavy metal les plus géniaux jamais vus sur la planète Terre. À quel point c’est grandiose de jouer avec Satchel, qui est trop putain de bon à la guitare ?

Michael Starr (chant) : Être dans Steel Panther, c’est comme être à l’intérieur d’une belle fille en permanence. C’est agréable, c’est chaud, c’est humide, ça sent bon et c’est le pied.

Satchel (guitare) : J’ai une question pour Stix : ça fait quoi de jouer avec l’un des plus grands guitaristes de heavy metal de tous les temps ?

Stix Zadinia (batterie) : C’est comme être au-dessus d’une fille vraiment énorme : c’est sympa et confo. Je sais que, chaque fois qu’on va s’envoyer en l’air, on va être vannés et on va manger des pizzas après le sexe.

Michael Starr (chant) : J’adore la pizza !

Michael Starr (chant) : (à Stix) Je voudrais juste signaler que, sous cet éclairage, tu as un poil qui te sors du nez. Non, il est toujours là, de l’autre côté. Super, c’est bon !

Satchel (guitare) : Merci d’avoir rectifié le problème pileux !

Michael Starr (chant) : Qui dans cette salle a déjà vu Steel Panther ? (remarquant une fille dans la salle) Oh, ouais, je t’ai vue en backstage. (Il renifle) Ouais, pas de doute, c’était toi !

Satchel (guitare) : J’ai une question pour Lexxi Foxxx : c’est comment d’être dans un groupe avec l’un des plus grands guitaristes de tous les temps ?

Lexxi Foxxx (basse) : Je n’avais aucune idée que tu allais me demander ça, il faut que je réfléchisse. C’est comme être sur une balançoire géante, avec un Viking gigantesque pour te pousser, et tu peux aller super loin. C’est genre la plus grande balançoire du monde. Et quand tu en descends, il y a un rail de coke que tu peux sniffer. Et ensuite, tu peux… (les membres du groupe le coupent)

Stix Zadinia (batterie) : J’ai une question pour Satchel.

Satchel (guitare) : Pourquoi on dirait que tu parles dans un coussin ? Ouais, quoi ?

Stix Zadinia (batterie) : Satchel, qu’est-ce que ça fait d’être dans le meilleur groupe de heavy metal du monde ?

Satchel (guitare) : Faut que je vous dise, j’ai toujours voulu être dans Metallica. Mais je suis dans Steel Panther, et j’adore, c’est presque aussi cool. Vous savez quoi ? C’est presque aussi bon que d’être dans Metallica, c’est géant !

Michael Starr (chant) : J’ai une question pour toi, Stix : comment penses-tu que ton deuxième album, Balls Out, ait été perçu ? Tu crois qu’il a été aussi bien reçu que Feel The Steel ?

Stix Zadinia (batterie) : Je pense qu’il a été aussi bien reçu que Feel The Steel. Surtout en France. Je pense que les médias et les fans aiment l’album et qu’il a été bien reçu par les Français. Et c’est trop bien d’avoir la chance de jouer avec Satchel.

Satchel (guitare) : J’ai une question pour Michael Starr : dans cette conférence de presse, quelle fille sauterais-tu en premier ?

Michael Starr (chant) : Celle-là.

Satchel (guitare) : Elle est super jolie et elle a l’air vraiment bonne au lit. L’âge légal, je crois est…

Stix Zadinia (batterie) : 15 ans, je suis quasi sûr !

Michael Starr (chant) : C’est quoi, l’âge légal, 15 ans ? C’est bon, je m’installe en France.

Lexxi Foxxx (basse) : J’ai une question pour toi, Satchel. Tu sais comment on appelle le petit de la vache ?

Satchel (guitare) : Le petit de la vache, c’est le veau.

Michael Starr (chant) : Bien. J’ai une autre question pour Lexxi : est-ce que tu gardes ton maquillage pour dormir ?

Lexxi Foxxx (basse) : Des fois, oui. Ça dépend si je suis avec une bonne bombe. Mais d’autres fois, je me mets des concombres et des tomates sur les yeux, comme ça je peux y aller mollo sur le Botox. Je dors aussi avec une serviette chaude mais je fais des trous pour respirer et rester en vie.

Satchel (guitare) : J’ai une question, Michael. Je t’en ai posé une similaire tout à l’heure, mais si tu devais baiser quelqu’un dans le groupe, ce serait qui ?

Michael Starr (chant) : Je m’enverrais en l’air avec toi.

Satchel (guitare) : Merci.

Michael Starr (chant) : Je t’en prie.

Satchel (guitare) : Vous savez qui je baiserais en premier, dans le groupe ? Ce serait Lexxi.

Lexxi Foxxx (basse) : Merci, les gars.

Satchel (guitare) : Après Lexxi, mon deuxième choix dans le groupe serait Michael, et ensuite se serait toi, Stix. Combien d’entre vous aiment baiser ? Lever la main ! Oh la, attendez… Ces gars-là n’ont pas levé la main. Vous n’aimez pas baiser ? Merde alors !

Michael Starr (chant) : C’est notre première fois ici, au Hellfest, et notre objectif pour l’année prochaine, c’est la tête d’affiche au Hellfest.

Lexxi Foxxx (basse) : (entendant le concert d’un groupe sur l’une des scènes du Hellfest)On dirait qu’il y a un troupeau d’éléphants derrière nous et qu’on va se faire écraser. Mais c’est juste un groupe, ne vous inquiétez pas.

Satchel (guitare) : C’est un nouveau groupe, Herd Of Elephants.

Après ce premier chapitre, le groupe accorde à l’audience l’honneur du droit de poser quelques questions et va même, parfois, jusqu’à y répondre, non sans régulièrement s’accorder des pauses pour parler de sexe, un sujet bien plus intéressant, il faut l’admettre. Ainsi, à la question de la préparation du groupe pour ses concerts, Steel Panther répond tout d’abord : « J’adore les chattes rasées ! » avant d’enchaîner : « Vous savez quoi, quand on monte sur scène, on se donne à 100 %. On fait de notre mieux, on essaie de nouvelles stratégies et on les développe la fois suivante. Il faut garder la tête haute et jouer fort. » Et Satchel de surenchérir : « Je n’ai rien entendu mais je suis d’accord avec tout ce que les gars viennent de dire. On est une équipe. Faites du bruit pour ça ! Donnez la parole à la nana chaude, là-bas ! »

Comme si l’utilité pour le monde de l’existence de Steel Panther ne coulait pas de source, le groupe rappelle : « Le heavy metal a disparu en 1991 à cause de Nirvana, Pearl Jam et Soundgarden. Mais nous n’avons jamais, jamais cessé d’en jouer. Notre mission est de faire revivre le heavy metal, et c’est ce qu’on fait en ce moment. ». Pourquoi seulement maintenant alors que les membres sont musiciens depuis la fin des années 80 ? : « Ce n’était pas de la paresse. Le monde n’était tout simplement pas prêt. »

A propos des diverses censures auxquelles le groupe a fait face quant à la chanson « 17 Girls In A Row » ou à la pochette du disque Balls Out : « On a écrit une chanson appelée ’17 Girls In A Row’, qui a été carrément censurée. On a juste dit : ‘On vous emmerde. On va faire la chanson comme on veut la faire, et si ça ne vous plaît pas, aller vous faire foutre’. Et aujourd’hui, on est au Hellfest parce qu’on leur a dit d’aller se faire foutre ! Conclusion de tout ça : la censure, c’est de la connerie. »

Un groupe courageux, donc, qui illustre son courage par la métaphore testiculaire du titre de son dernier album Balls Out. Steel Panther développe cette métaphore : « Chaque fois que tu sors tes couilles, tu prends le risque qu’il fasse froid. Mais si sortir tes couilles est un vrai engagement, tu dois le faire. Des fois tu gagnes, des fois tu perds. C’est toujours inquiétant, on ne sait jamais. Les gens peuvent se moquer de tes couilles. Ou te donner un coup dans les couilles. Sortir ses couilles, c’est très effrayant. En sortant tes couilles, tu montres que tu as le courage d’affronter le monde. Non seulement ça, mais quand tu sors tes couilles, c’est agréable, ça respire. [Ils jouent à s’interrompre] Tu pourrais arrêter de m’interrompre, s’il te plaît ?! J’allais dire que c’est de là que venait le titre de l’album. C’est ça que ça veut dire, c’est une métaphore pour sortir ses couilles. Quand on fait ça, c’est culotté. […] J’aime me raser les couilles. Je pense que tous les mecs devraient se raser les couilles. Combien de filles aiment qu’un mec se rase les couilles ? Levez la main pour les couilles rasées ! Voilà. Je savais que tu allais lever la main ! Combien de filles aiment les couilles poilues ? Levez la main ! C’est les mêmes, c’est trop bizarre ! Combien n’aiment pas les couilles ? Levez la main ! Combien de filles préfèrent bouffer du minou ? Levez la main ! Ouais, il y en a une ! Combien de filles aiment la nourriture ? Personne. Wow, vous êtes trop sérieuses ! »

Mis à part être en tête d’affiche du Hellfest 2013, quels sont les plans de conquête de Steel Panther ? Pourquoi pas un festival ? Et si oui, comment s’appellerait-il ? « BallFest ? Ouais, c’est sympa. Vagina Fest ? BoobFest ? Je ne sais pas, c’est une question difficile. Hot Pussy Festival 2012 ? PantherPalooza ! »

Tel un final de concert, les membres chantent « We Are Steel Panther, Yeah » et le font scander aux journalistes qui, le temps de cette conférence, n’étaient pas tant journalistes que spectateurs d’un show comique.

Conférence de presse s’étant déroulée le 16 juin 2012 au Hellfest Open Air de Clisson
Retranscription et traduction : Saff’

Site Internet de Steel Panther : www.steelpantherrocks.com



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    The Night Flight Orchestra @ Lyon
    Slider
  • 1/3