ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Corey Taylor (Slipknot) tacle Rick Rubin


En football, il y a plusieurs sortes de tacles. Il y a le tacle pour stopper l’adversaire sans vouloir le blesser, il y a le tacle méchant pour faire mal et il y a le tacle pour se faire plaisir. Car, ne l’oublions pas, un beau tacle peut être effectué simplement pour la beauté du geste et prend donc tout son sens sur un terrain glissant ! Mais pour comprendre ces paramètres, très chers metalleux, encore faut-il aimer le football…

En tout cas Corey Taylor, le chanteur de Slipknot et Stone Sour, a choisi la troisième option – celle du tacle « plaisir » – en rentrant dans le lard de Rick Rubin (photo), le célèbre producteur à la longue barbe. La vidéo et la traduction des propos du frontman sont disponibles ci-dessous. Cet extrait a été capté vendredi dernier à Dallas lors de la tournée solo de l’artiste où ce dernier joue des morceaux acoustiques et discute avec ses fans.

Pour bien comprendre le contexte, il faut savoir que Rick Rubin (48 ans) fait partie des géants de la production. Il a travaillé avec les plus grands artistes (Metallica, Slayer, Red Hot Chili Peppers, System Of A Down ou prochainement Black Sabbath) et sa renommée est incontestable. Ses méthodes un peu moins en revanche.

Kerry King, le guitariste de Slayer, avait d’ailleurs donné son opinion sur le sujet à Paris, dans le cadre de l’écoute en avant-première de l’album World Painted Blood, avec la phrase suivante : « Notre producteur Greg Fidelman n’est pas quelqu’un qui essaie de se faire passer pour quelqu’un d’autre. Comme, par exemple, venir et ne rester que cinq minutes avant de partir vaquer à ses occupations. Non, lui était vraiment là pour bosser avec nous. » Une allusion claire au travail de Rick Rubin (48 ans) qui a œuvré sur beaucoup d’albums de Slayer.

Il est vrai que le producteur est connu pour adopter le rôle de celui qui supervise plutôt que de celui qui accompagne un groupe au quotidien dans son studio. Rick Rubin apporte son regard expérimenté, son savoir-faire extérieur et un combo comme Linkin Park avait déclaré dans nombre d’interviews apprécier cette manière de faire. Mais lorsqu’on l’interroge sur son expérience professionnelle avec le producteur légendaire qu’est Rick Rubin, avec qui Corey Taylor a travaillé en 2003 lors de l’enregistrement de l’album de Slipknot Vol. 3 (The Subliminal Verses), le chanteur n’y va pas avec le dos de la cuillère.

Vidéo moqueuse et traduction disponible ci-dessous :

« Ça c’est une question vraiment dangereuse… Maintenant certaines personnes aimeraient que je sois politiquement correct et que je m’en tienne à raconter ce à quoi tout le monde s’attend ce qui reviendrait en gros à dire : « Vous savez, travailler avec Rick Rubin fut une expérience vraiment très enrichissante. C’est sincèrement quelqu’un d’incroyable… » Laissez-moi vous dire ce qu’il en est vraiment. Rick Rubin ne se montrait que 45 minutes par semaine. Ouais. Rick Rubin allait, pendant ces 45 minutes, s’allonger sur un canapé, avoir un micro posé près de son visage de sorte qu’il n’aurait pas à se bouger. Je le jure devant Dieu. Après ça, il allait dire des trucs du genre « joue ça pour moi. » Et le technicien le jouait. Et il portait en permanence des lunettes de soleil. Peu importe le fait qu’il n’y avait pas de soleil dans la pièce – c’est sombre. A ce niveau-là, tu ressembles juste à un trou du cul.

Et il se contentait de caresser son immense barbe en essayant d’en faire sortir autant de nourriture que possible. Et il continuait avec ses  » Rejoue ça. » ou encore ses « Arrête ! Recommence ça. » Et il avait un assistant qui faisait 2 mètres de haut. Il était atteint de cette maladie qui empêche de faire pousser les poils sur le corps, donc il était chauve. Il ressemblait au cousin névrosé de M. Propre. Mais, pour faire simple, c’est lui qui dirigeait la vie de Rick Rubin – il est tout le temps dessus, dessus, dessus. Environ au beau milieu de nos précieuses 45 minutes, il venait lui apporter cette assiette de merde. J’imagine que c’était de la nourriture. C’était un truc bleu-vert. Cela avait l’odeur de quelqu’un qui aurait piqué une tête dans une putain de chiotte quelque part. Et il mangeait ça aussi vite qu’il le pouvait – en s’en mettant partout sur lui. Ce qui, lorsqu’on est en train de travailler, est très agréable à regarder…

Je dirai donc ceci : je respecte ce qu’a fait Rick Rubin, je respecte son travail passé et tout ce qu’il a fait pour en arriver là où il est aujourd’hui. Mais… c’est un gros cul… C’est un cul taillé à la J-Lo. Voilà ce que je dirai : le Rick Rubin d’aujourd’hui est une pâle, pâle, pâle ombre du Rick Rubin qu’il était. Il est surestimé, il est surpayé, et aussi longtemps que je vivrai ma putain de vie, je ne travaillerai plus jamais avec lui. »

Il est rare d’avoir des artistes qui règlent publiquement leurs comptes avec des personnalités du milieu mais le fait est que Corey Taylor a une dent contre Rick Rubin depuis longtemps.

Dans une interview accordée à Revolver, Corey avait d’ailleurs eu les mots suivants à propos de Rick Rubin : « Je ne saurai pas ce que c’est que de travailler avec lui. Je l’ai seulement vu près de quatre fois. Rick Rubin est un gars sympa. Il a fait beaucoup de choses bien pour beaucoup de gens (mais) il n’a rien fait pour moi. Je ne suis pas content du chant sur ce Vol. 3 (The Subliminal Verses). Il y avait beaucoup de prises que je pensais être bien meilleures que celles qu’ils ont putain d’utilisé et on ne m’a pas demandé mon avis sur grand-chose. […] Et pour moi, si tu produis quelque chose, tu es là putain. Je m’en fous de qui tu es. »

Traduction extrait Blabbermouth : Isa



Laisser un commentaire

  • Haha, y’a une coquille dans la traduction ! X’D

    C’est pas grave, mais pour le coup c’est marrant : Il dit qu’il respecte le travail du gars, tout ça…
    « …BUT! There’s a huge ‘but’. This is a J-Lo size ‘but’!! … »

    La traduction est savoureuse, et l’idée est là, m’enfin bon… Non non, il n’a pas traité le monsieur de gros cul, pas directement ! xD

    Sinon, ça fait toujours plaisir d’entendre quelqu’un briser les tabous de la comm’, quand bien même ce serait pour faire de la comm’. C’est toujours marrant à entendre, quand quelqu’un se fait dire ses quatre vérités… J’en ai presque honte. %)

    [Reply]

  • DigipackDeBieres dit :

    Voila pourquoi Death Magnetic sonne aussi mal!! C’est parce que le producteur n’existait pas..

    [Reply]

  • J’en ai un peu ma claque de voir ce mec apparaître dans l’actu au sujet de choses aussi inintéressantes…

    [Reply]

  • bang bang feueir frei!!!!!!!!!

    [Reply]

  • Moralité. Quand tu as une grosse barbe, faut faire attention à manger proprement.

    [Reply]

  • J’aime beaucoup Corey Taylor quand il chante, en interview promotionnel également. Mais là je sais plus quoi en penser :
    – Depuis Iowa il ne sait pas s’il y aura un nouvel album de Slipknot
    – En promotion Stone Sour, il est méprisant avec le Knot
    – Menaçant plus d’une fois envers Mushroomhead, disant qu’il allait se bouger le cul jusqu’à Cleveland pour leur faire gicler le sang par la bouche.
    – Maintenant Rick Rubin, et il doit y en avoir d’autres…

    Beaucoup de gueule sur scène ou en média, en vrai qu’en est-il ?

    Le groupe connaissait très bien la façon de travailler de Rubin. Et ils ne sont pas rentrés du jour au lendemain au studio. Ils se sont rencontrés, ont échangé sur les méthodes, les attentes de chacun.
    Le groupe avait emménagé dans ma maison qui avait jadis, appartenu à Mr Houdini. Je ne sais plus si Rubin y résidait.
    Il était là que 45 minutes par semaine, ça ne t’a pas dérangé durant l’enregistrement visiblement ? 7 ans après tu l’ouvres. C’est sur le moment qu’il fallait, en parler avec le groupe, et prendre un autre producteur.

    Quand Ross Robinson produisait les 2 premiers Knot, Slayer le voulait. C’était le producteur du moment.
    Slipknot voulait Rubin (même si c’est d’un commun accord pour n’importe quelle collaboration), Rubin c’est une marque, une qualité, et avoir été produit par Mr Rubin c’est la classe, faut pas le nier.

    Ou alors avec le temps, Corey est déçu de Vol.3… C’est la faute du producteur. Faut bien un coupable. Satisfaire 4 gars dans une production c’est pas toujours évident, alors 9… « Rick n’a rien fait pour moi ». Je je je… Faut croire que Corey a la grosse tête.

    Il fait du stand up maintenant ? Il se prend pour Henry Rollins ?
    Rollins est drôle LUI.

    [Reply]

  • Ca promet pour le prochain black sabbath =D XD

    [Reply]

  • Ouais, on avait déjà eu vent de son comportement par Slayer dejà sur Diabolus In Musica, et aussi AC/DC qui a avoué ne pas avoir apprécié Rubin pour son Ballbreaker.

    Mais pourquoi les groupes continuent de payer un max pour un type qui ne vaut plus rien? A part pour le marketing, je vois pas..?

    Rick Rubin a fait de grands disques, mais il s’est assis sur ses acquis.

    Bravo à Corey pour sa sincérité.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3