ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Coroner et les questions sur son avenir


Cela fait la troisième année consécutive que nous avons le plaisir de croiser Tommy Vetterli, guitariste de Coroner. La première fois, alors qu’il accompagnait sa ravissante femme Nina au sein de 69 Chambers lors du Hellfest 2010, le guitariste semblait envahi par l’inconnu vis-à-vis de son groupe. La seconde fois, après sa prestation mémorable du Hellfest 2011, c’est le soulagement qui l’habitait, soulagement de voir que le trio avait réussi sa réunion sur les planches. Cette fois-ci, c’est un grand sourire qui nous a accueilli lorsque nous avons croisé, au beau milieu d’une après-midi ensoleillée, Vetterli, visiblement étonné de nous voir une fois de plus, il y a quelques semaines au Motocultor. Cette fois-ci, c’est la confiance, le plaisir, voire la fierté, qui se lisait sur son visage avant de monter sur scène le soir-même.

Pourtant, cette année, au lieu d’interroger une troisième fois le guitariste de la formation, afin de prendre des nouvelles de Coroner et ses projets d’avenir, nous avons essayé d’avoir la vision d’un autre membre du groupe, en l’occurrence, le chanteur-bassiste Ron Broder, également connu à l’époque sous le pseudo de Ron Royce.

C’est seulement deux heures avant de monter sur la scène du Motocultor que nous avons croisé Broder. A proximité du préfabriqué qui servait de loge au groupe, il tentait, les mains légèrement tremblantes, de rouler une clope. « Je suis toujours très stressé avant de monter sur scène » nous dit-il. Un homme légèrement éméché arrive alors. Fan du trio suisse, il exprime au chanteur toute la gratitude qu’il a envers le groupe qui, d’après lui, a changé sa vie. L’homme hurle, fait de grands gestes et nous demande de le prendre en photo avec Broder. Ce dernier est évidemment touché par la déclaration particulièrement expressive de son fan mais semble également mal à l’aise en raison de sa timidité apparente.

Pour décompresser et enfin réussir à rouler sa foutue cigarette, il nous propose de nous asseoir et bavarder.

« Ce qui est certain, c’est que Marky [Edelmann] ne souhaite plus enregistrer d’album. Il a une famille et un boulot stable à temps plein. […] Si on le fait, on devra prendre un autre batteur, et ce ne sera pas la même chose. »

Il nous parle de l’appréhension qu’il a ressenti avant de remonter sur scène l’année dernière : « J’étais personnellement nerveux, oui. Je ne pouvais m’imaginer capable de jouer comme dans les années 80. Mais lorsque tu répètes et répètes encore, tu t’améliores : tout s’est bien passé finalement » et relativise sur son stress : « Je me sens mieux maintenant, grâce à l’expérience accumulée. Je regarde nos concerts différemment : comme je suis plus relax, il n’y a plus de pression. »

Sur le sujet qui est sur les lèvres de tout fan du groupe, soit la publication de nouvelle musique, l’année dernière Tommy Vetterli nous avait fait la confidence qu’il souhaitait se remettre à composer et enregistrer pour Coroner mais que ses deux collègues ne voulaient pas. Un an après, les choses semblent avoir évolué car, à la question de savoir si Broder serait partant, il nous répond clairement : « Je le pense, oui, mais on devra d’abord écrire un morceau et voir comment cela sonnera. On décidera de la suite après. Tu sais, j’adore écrire des trucs nouveaux : c’est vraiment un plaisir pour moi. […] De toute façon, comme Tommy possède un studio, nous avons tout ce qu’il faut pour composer. On verra ce que cela va donner dans le futur » et confirme qu’il y « a eu une discussion, en effet. » Il évoque cependant la réticence du batteur Marky Edelmann : « Ce qui est certain, c’est que Marky ne souhaite plus enregistrer d’album. Il a une famille et un boulot stable à temps plein. […] Si on le fait, on devra prendre un autre batteur, et ce ne sera pas la même chose. »

Une option envisagée qui nous permet d’évoquer le fait que le cas s’était déjà présenté en 1995 pour enregistrer les nouveaux titres de la compilation éponyme : « Oui, c’est vrai. On avait pris tellement de retard avec l’enregistrement qu’on a dû faire appel à un autre batteur et aussi à un autre bassiste pour que je puisse enregistrer mes parties vocales. Mais ça n’a pas vraiment marché parce que notre musique est assez compliquée. »

« Dans les années 80, nous étions des musiciens professionnels, mais comme nous voulions vivre de notre musique, nous devions absolument trouver de l’argent pour payer nos factures. »

Une chose est sûre : Broder semble attaché au fait que, si composition il y a, la future musique de Coroner doit aller de l’avant comme ça a toujours été le cas, autrement ça n’en vaudrait pas la peine. Coroner fait, en effet, partie de ces groupes qui ont toujours été en avance sur leur temps et dont l’innovation fait partie intégrante de leur musique.

« Peut-être que notre musique n’est pas sortie au bon moment et que nous étions trop innovateurs pour les gens » avoue-t-il d’ailleurs lorsque nous lui demandons d’expliquer pourquoi le groupe n’a eu qu’un modeste succès à l’époque alors qu’il est aujourd’hui vu comme un groupe important pour ce qu’il a apporté au metal. Mais il va également plus loin pour expliquer l’arrêt du groupe : « Peut-être parce que nous stagnions et que cela devenait ennuyeux. Mais l’argent était l’autre raison : on n’arrivait plus à joindre les deux bouts. Je crois qu’il était temps aussi pour tout le monde de découvrir d’autres horizons. Lorsque j’y repense, je suis convaincu que c’était la bonne décision. » Il évoque les pressions que subissait le groupe dans les années 80, alors que les musiciens cherchaient à vivre de leur activité de musicien : « Oui, tout le temps [on subissait des pressions]. Dans les années 80, nous étions des musiciens professionnels, mais comme nous voulions vivre de notre musique, nous devions absolument trouver de l’argent pour payer nos factures. »

Réjouissons nous donc du retour d’un Coroner qui a d’ores et déjà prouvé sur les planches qu’il n’avait pas perdu de sa superbe et croisons les doigts pour la suite. Et la suite arrive bientôt, en quelques sortes, puisque qu’un live et un DVD seront publiés prochainement, comme nous l’avait déjà annoncé Vetterli il y a un an. « Le montage n’est pas encore terminé. Daniel, notre claviériste, s’occupe actuellement de ce travail. Il nous en a montré quelques morceaux, et je pense que le résultat va être bon » nous apprends Broder et poursuit « C’est un mélange entre des concerts récents et anciens. Il y a aussi des images des débuts de notre carrière. »

Suite à cette agréable discussion nous laissons le chanteur seul, finir de savourer sa cigarette et se relaxer avant son show. Un show sobre et élégant où les musiciens ont visiblement pris beaucoup de plaisir et où la musique, puissante, riche et recherchée, avait ce pouvoir rare d’éveiller l’état de transe.

Interview réalisée en face-à-face le 18 août 2012 au Motocultor Festival (France)
Retranscription et traduction : Jean Martinez – Traduction(s) Net

Site internet officiel de Coroner.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Greta Van Fleet + Vola @ Paris
    Slider
  • 1/3