ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Coroner : la question existentielle


C’est avec stupéfaction que les fans de Coroner présents au Hellfest ont pu découvrir des banderoles annonçant la venue du trio à l’édition 2011 du festival, complétées de la mention « reunion show ». Stupéfaction, car le groupe mythique de thrash progressif a, depuis son split en 1995, toujours été clair sur le sujet : il n’est pas question que le groupe se reforme. Au grand dam des fans qui, avec les années, se sont fait une raison – bien que rêvant secrètement de voir l’impossible devenir possible. Alors forcément, lorsqu’ils sont tombés nez à nez avec cette publicité pour l’édition 2011 du Hellfest, ils se sont tous pincés, croyant encore rêver.

Coroner, formation suisse composé de Ron Broder (alias Ron Royce), Tommy Vetterli (alias Tommy T. Baron), et Marky Edelmann (alias Marquis Marky), est l’un des groupes les plus géniaux et novateurs que le metal ait connu. Ce qui en fait également l’un des groupes les plus respectés des connaisseurs. Ecoutez des merveilles comme Mental Vortex ou Grin : encore aujourd’hui, ces albums sont en avance sur notre temps.

Forcément, la présence de Coroner à l’affiche du Hellfest 2011 génère de nombreuses interrogations. Radio Metal a donc cherché à en savoir plus. Et ça tombe bien, car cette année, à ce même festival, Tommy Vetterli donnait un petit coup de pousse à 69 Chambers, le groupe de sa future et charmante femme, en lui offrant un peu de sa magie guitaristique. Un de nos singes savants a donc été missionné pour attraper Tommy après sa prestation et lui poser quelques questions. Toutes les réponses aux interrogations que se posent les fans sont là – même si ce ne sont pas forcément celles qu’ils attendent – et plus encore. Le moins que l’on puisse dire est que Tommy est quelqu’un d’à la fois très relax et très direct. Il n’est pas vraiment du genre à se poser des questions – tout du moins c’est l’impression qu’il donne – mais quand il doit y répondre il va droit au but. Il fait également quelques révélations au sujet de Kreator, qu’il a intégré le temps de deux albums très controversés, et plus particulièrement sur son leader Mille Petrozza pour le moins… surprenantes !


« Les deux autres n’ont pas joué depuis plus de dix ans. Nous remonterons sur scène uniquement lorsque nous serons capables de jouer aussi bien qu’avant notre séparation. Autrement, nous ne le ferons pas. »
Voici la retranscription de notre petite discussion improvisée : Nous vous avons vu jouer un peu plus tôt dans la journée avec le groupe 69 Chambers. Tu étais annoncé en tant qu’invité. Mais quel est concrètement ton rôle au sein de ce groupe ?

Nina est sur le point de devenir ma femme, nous allons nous marier très bientôt. Autrement, je suis simplement le guitariste de session pour les concerts, ainsi que le producteur du groupe.

Sur scène on t’a vu jouer tous les soli. Est-ce que cela signifie que tu les as aussi enregistrés pour l’album ?

Pas sur l’album actuel. Je me suis simplement contenté de le produire. En revanche, sur le prochain album je jouerai pour sûr quelques soli. J’apporterai un peu de mon jeu de guitare sur ces nouveaux titres.

Je ne te cache pas que mes principales questions concernent Coroner…

Oui, je m’en doute… (rires)


Nous avons tous vu cette affiche qui annonce la reformation de Coroner et l’apparition du groupe à l’édition 2011 du Hellfest. Est-ce qu’il s’agira d’un concert unique ou bien peut-on espérer davantage de cette reformation ?

Nous n’avons pas prévu de reformation. Nous avons simplement prévu de donner quelques concerts et le Hellfest sera l’un d’entre eux. Je crois d’ailleurs que ce sera le premier.

Une raison particulière au fait que cette série de concerts débute par le Hellfest ?

Il s’agit d’un des meilleurs festivals au monde. Nous avons toujours aimé jouer en France. C’est d’ailleurs le pays où Coroner est le plus reconnu. Nous nous sommes donc dits : pourquoi ne pas commencer en France ?

Vous avez toujours été très clairs dans les interviews passées sur le fait que Coroner ne se reformerait jamais. Par conséquent, qu’est-ce qui vous a poussés soudainement à vouloir jouer quelques concerts ensemble à nouveau ?

En effet. En fait, ces concerts ne conduiront pas à une réunification du groupe. Ce que je veux dire, c’est qu’il n’est pas prévu que l’on fasse d’album. Mais le fait de jouer est tellement fun ! Pendant très longtemps je ne faisais que jouer en studio et le simple fait de jouer en live me manquait. C’est pour cette raison que j’ai demandé aux autres s’ils seraient prêts à faire quelques dates et ils m’ont répondu « ok ! Pourquoi pas ! » Pour tout te dire, nous n’avons pas encore répété. J’imagine que nous commencerons d’ici quelques semaines. Après cela, nous aviserons. Tu sais, les deux autres n’ont pas joué depuis plus dix ans. Nous remonterons sur scène uniquement lorsque nous serons capables de jouer aussi bien qu’avant notre séparation. Autrement, nous ne le ferons pas.

Pourquoi avez-vous toujours refusé de reformer Coroner ?

Parce que tous les autres l’ont fait ! En réalité, je n’avais pas le temps pour ça. J’étais très occupé avec mon travail de producteur. En outre, la construction de mon propre studio m’a aussi pris beaucoup de temps ; j’ai désormais l’un des plus grands studios de Suisse (ndr: il s’agit du New Sound Studio[/urlb]).


« Peut-être qu’après quatre ou cinq concerts nous nous serons pris au jeu et nous dirons « eh ! Faisons un album ! » Personne ne peut prédire ce qui se passera. »
Cela ne te manque pas de composer de la musique dans le style pour lequel Coroner était célèbre ?

Si, totalement ! Mais, tu sais, faire un album n’est pas évident… (Il hésite) En fait, on ne sait jamais. Peut-être qu’après quatre ou cinq concerts nous nous serons pris au jeu et nous dirons « eh ! Faisons un album ! » Personne ne peut prédire ce qui se passera. Nous n’avons pas un grand projet en tête. (Rires)

En mettant de coté l’album éponyme, qui était une compilation contenant quelques nouveaux titres, le dernier opus que Coroner ait produit est Grin. A l’époque, cet album a été quelque peu incompris…

Vraiment ? Moi je l’ai compris ! (Rires)

[/urlb]
En comparaison des albums précédents il était encore plus progressif et complexe.

Effectivement, je vois ce que tu veux dire…

En quinze ans le monde a évolué. Crois-tu que les gens seraient maintenant mieux préparés au type de musique recensé sur Grin ?

Je ne sais pas. C’est le risque de vouloir innover. Il y a ces anciens éléments auxquels les premiers fans restent attachés et à l’opposé on se dit que l’on doit avancer et composer d’une manière plus contemporaine ; tout du moins un minimum. Aujourd’hui, quand j’écoute nos premiers albums je les trouve bizarres, je me dis que je les aurais composés différemment.

Au sujet de l’album éponyme, Marky n’a pas joué sur tous les nouveaux titres. Pourquoi ?

Ce best of contient quatre nouvelles chansons. Marky joue sur deux d’entre elles qui pourraient être qualifiées de calmes. Il y a deux ou trois titres plus “heavy” qu’il n’a pas enregistrés. Lorsque nous avons enregistré ces titres, Coroner s’était déjà séparé. Nous avons fais cet album car je voulais partir en tournée avec Stephan Eicher mais à ce moment-là nous étions encore sous contrat avec notre label, j’étais donc bloqué. Nous avons passé un arrangement avec notre maison de disques qui consistait à sortir un album best of contenant quelques nouveaux titres et ainsi nous serions libres. Lorsque le temps d’entrer en studio fut venu, Marky n’était pas prêt car cela faisait au moins deux ans qu’il n’avait pas joué de batterie. Par conséquent nous avons engagé un de nos amis, Peter Haas (ndr: à l’époque batteur de Mekong Delta), pour enregistrer les parties de batterie.

Quelle était la raison originale de votre séparation ? J’ai toujours lu que c’était à cause de Noise Records qui ne faisait aucune promotion pour le groupe…

En effet c’était l’une des raisons. De plus, nous pensions qu’après douze ans d’activité il était temps pour nous de se lancer dans quelque chose de différent. Cela devenait ennuyeux !

Tu penses que vous n’aviez plus rien à dire ?

Non, nous avions dit tout ce que nous avions à dire. Il n’était pas question de conflits ; nous sommes toujours de très bons amis, on se retrouve même assez souvent. Nous voulions simplement faire des choses différentes. Je souhaitais travailler davantage au studio. Par la suite j’ai rejoint Kreator. Dans tous les cas cela reste ennuyeux de toujours faire la même chose.


« Je trouve qu’aujourd’hui les groupes se ressemblent tous. Beaucoup de mes clients au studio se contentent de copier des groupes comme Green Day adoptant le même type de pochettes voire le même style de paroles… Je déteste vraiment ça! »
As-tu l’impression d’avoir fait la même chose d’un album à l’autre avec Coroner ? Beaucoup de gens pensent le contraire…

Oui, tu as raison, ils sont différents mais cela reste Coroner. Les choses auraient été différentes si nous avions vendu des millions d’albums.

Coroner n’a cessé d’évoluer d’un album à l’autre, cela a donné l’impression que vous vouliez atteindre la perfection. Penses-tu être arrivé à l’album parfait avec Grin ?

L’album parfait ? Rien n’est parfait, jamais. C’est un très bon album dont je suis toujours aussi fier mais il est loin d’être parfait. De toute façon la perfection, c’est chiant ! Nous avons toujours tenté d’aller plus loin avec nos albums. Je crois que la différence majeure avec ce qui se passe aujourd’hui est que nous faisions simplement ce que nous aimions. Nous n’avons jamais écrit quelque chose dans le but de vendre plus d’albums. Nous nous disions : « est-ce que l’on s’éclate en jouant ça ? Ouais ! Gardons-le ! » Aujourd’hui beaucoup de groupes se disent : « ok, jouons ce type de musique car cela nous permettra de vendre plus d’albums. » Je déteste ça ! Je trouve qu’aujourd’hui les groupes se ressemblent tous. Beaucoup de mes clients au studio se contentent de copier des groupes comme Green Day adoptant le même type de pochettes voire le même style de paroles… Je déteste vraiment ça !

Est-ce que tu le leur fais remarquer?

Tout à fait! Je leur dit que je déteste et qu’ils devraient changer de musique. (Rires)

Comment réagissent-ils ?

Je leur dis mais ils restent mes clients. Je vis grâce à leur argent. Je ne peux donc pas me permettre d’être trop dur avec eux. S’ils aiment ce qu’ils font, c’est leur problème.

Tu as dis qu’il n’y aurait vraisemblablement pas de nouvel album de Coroner. Cependant, puisque le groupe n’a jamais produit d’albums live, allez-vous enregistrer l’un des concerts à venir ?

Oui, tu as raison. C’est une bonne idée ! On devrait faire ça ! Nous avons d’ailleurs pour projet de confectionner un DVD dans lequel on inclurait d’anciennes séquences. Nous avons aussi pas mal de vidéos de notre tournée aux USA ainsi que des interviews que nous souhaiterions rassembler.

Les albums de Coroner sont maintenant difficiles à trouver…

Oui, une ré-édition serait également une bonne idée.


(Au sujet de l’album Endorama de Kreator) « Le problème c’est que Mille (Petrozza) écoute énormément de musique pop. Il détestait le metal et voulait faire de la “vraie” musique. »
Est ce qu’un label serait intéressé par les ré-éditions de vos albums ?

Century Media est intéressé par le DVD mais tout cela est encore trop frais pour nous. Nous avons juste parlé de faire quelques concerts. Nous n’avons signé aucun contrat. C’est seulement Ben du Hellfest qui m’a écrit pour me demander si nous voulions jouer. Nous avons répondu oui et cela s’arrête là.

La dernière question concerne Kreator. Tu as fais deux albums avec eux : Outcast et Endorama. Cependant ils ne furent pas très bien accueillis par les fans notamment à cause de ce choix musical bien plus mélodique voire même gothique. Tu as d’ailleurs été pointé du doigt comme responsable. N’est ce pas un peu frustrant ?

Non, car cela n’était pas mon idée. Le problème c’est que Mille (Petrozza) écoute énormément de musique pop. Il détestait le metal et voulait faire de la “vraie” musique. A l’époque d’Endorama je lui disais : « Es-tu sûr de vouloir faire ça ? » et il me répondait « oui ! Je veux faire quelque chose de plus commercial. » Je n’étais que son bras droit. J’étais là simplement pour l’aider à atteindre son but. Lorsqu’un album ne rencontre pas le succès escompté, il est facile de dire « c’est tout de la faute de ce type ! ».

Tu es en train de dire que Mille n’aime pas le metal alors pourquoi est-il à la tête d’un groupe de thrash metal ?

Il est obligé de le faire. C’est sa façon de gagner sa vie. Il n’a pas d’autres possibilités.




Laisser un commentaire

  • Salut,
    quel plaisir, franchement. On en revait. J’écoute Mental Vortex au moins un fois/semaine depuis 1991. Et là, Coroner se reforme : un rêve qui devient réalité.

    Mon petit plaisir : traquer le cd de mental vortex sur ebay, sur amazon et … l’acheter encore et encore.

    Le concert des docks à Lausanne a été tourné et mis sur youtube : le pied. Coroner en 1080p ; lol; le top !

    Le dvd, plus que preneur.

    Coroner, for ever !

    [Reply]

    Spaceman

    Oui, quel pied Coroner en live ! Marrant que tu commente cette ancienne interview car une toute nouvelle va paraître aujourd’hui !

  • J’espère au moins que l’idée d’une réédition de la trilogie va réellement se réaliser. En tout cas vivement le concert au Hellfest, j’y serais à coup sur !

    [Reply]

  • Spaceman / RM dit :

    @Valentin: Ces propos ne sont pas nouveaux, les membres de Coroner ont toujours considéré la France comme leur pays de prédilection, même si la suisse était l’un des très rares autres pays à avoir montré un intérêt pour le groupe du temps où il était actif. Ce n’est pas un hasard s’il ont choisi de dérouler leur tournée d’adieu en 1996 quasi-exclusivement en France.

    Beaucoup se sont intéressé au groupe à postériori, après leur split. Comme en Allemagne par exemple. Voilà peut être d’ailleurs une autre raison de leur refus de se reformer pour un concert au Wacken… Le groupe a eu une carrière difficile. Sa « popularité » s’est faite quelques années après leur séparation qui leur a donné le statu de groupe « culte », sauf en France et un peu en suisse où ils ont été reconnus bien avant.

    Liste des dates de concerts :

    http://ratqueen.proboards.com/index.cgi?board=coroner&action=display&thread=191

    Une interview publiée dans Hard ‘N Heavy en Janvier 1996 :

    http://www.designvortex.com/coroner/interviews/hardhefr.htm

    Ou encore :

    http://www.designvortex.com/coroner/interviews/exclusiv.htm

    [Reply]

  • Excusez moi de dire sa mais quand il dit que le public français est celui qui soutient et qui aime le plus Coroner …c’est un peu bizarre surtout qu’en Suisse y a des gens comme moi qui n’osaient plus espéré un éventuel retour ou reformation pour un concert ou un album! C’est pour sa que ses propos ( à mon avis ) sont des fois mis en doute.

    [Reply]

  • Spaceman / RM dit :

    Tommy ne parle pas du début de carrière de Mille Petrozza. A cette époque c’était un gamin (il avait 17 ans lorsqu’il a démarré dans Tormentor), probablement un peu rebelle, qui a ensuite largement eu le temps d’évoluer et murir (il avait 32 ans lorsque Endorama est sorti). Et dans le laps de temps Kreator est devenu ce qu’il est devenu : une référence et un gagne pain pour Mille. Donc, dans les faits, ça peut se tenir, même si ça paraît incroyable.

    [Reply]

  • @Spaceman: C’est bien ça le problème… S’il n’aimait pas le metal, pourquoi avoir commencer à chanter du thrash au démarrage? Un pari qui prend des proportions démesurées? Un peu fort quand même… D’autant plus que j’ai déjà vu Kreator en live et n’ai absolument pas senti Mille faire ça à contrec?ur mais peut-être est-il bon acteur?

    Je serais plus d’avis que Tommy a bel et bien une rancoeur envers Mille de par le fait qu’il a pris toute la responsabilité de l’échec de ces 2 albums dans la face alors que Mille a aussi, voire plus de part sur la direction musicale qui a changé. Donc il aurait déformé ou exagéré la chose…

    Enfin, tout ça ne changera pas le fait que j’apprécie Coroner et Kreator sur l’ensemble de leur discographie respective (même les plus décriés et contreversé) et je n’irais jamais remettre en question leur musique pour une « broutille » pareille. Contente de voir que je ne suis pas la seule à avoir apprécier Endorama, dommage que cela n’ait pas marché, il y avait des bonnes idées. Et franchement, je n’aurais pas vu l’intérêt si Mille avait fait du Kreator bis…

    [Reply]

  • Spaceman / RM dit :

    @Margoth: Petrozza a essayé un autre style sur Endorama, même si ça reste dans le metal, mais résultat: il s’est ramassé (pourtant l’album est excellent!). Alors imagine s’il s’était vraiment essayé à la pop… Il a commencé dans le thrash, il est devenu une référence. Pas facile d’en sortir. D’autant plus s’il gagne sa vie ainsi.

    Après, je ne sais pas comment prendre les propos de Tommy, car ça reste assez hallucinant malgré tout. Je décèle une petite note de ranc?ur, pourtant je n’ai pas souvenir d’un froid entre Tommy et Mille. Mais si c’est le cas, peut être est ce une provocation volontaire de sa part… Ou alors peut être est ce tout simplement la vérité !

    [Reply]

  • Bonne nouvelle que Coroner revienne un peu ^^. Enfin, s’ils ne changent pas d’avis entre temps dans l’optique où ils ne se sentiraient pas prêts à temps. Et vraiment très surprenantes ces infos sur Petrozza. Est-ce vrai? Est-ce faux? Ou Mille était-il simplement dans une période où il était lassé du metal? Franchement, je mets en doute la parole de Tommy car après tout, chacun sait que le metal n’est pas très vendeur, Petrozza aurait pris un autre style s’il voulait vraiment gagné sa vie… Enfin, mystère…

    [Reply]

  • Spaceman / RM dit :

    @Valentin: a priori, c’était juste pas le bon moment.

    [Reply]

  • J’arrive toujours pas à comprendre pourquoi ils ne se sont pas reformés au Wacken …pourtant le fest allemand leur a proposé plusieurs fois et ont mis un max de thunes pour les avoir!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3