ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Covenant live : bilan contrasté


Artistes : Covenant19 New Project
Date : 24 février 2011
Lieu : Paris
Salle : Divan du monde

Covenant brings the light

Covenant est un groupe de Synthpop qui s’est produit au Divan du Monde (Paris) jeudi dernier. La première partie était assurée par 19 New Project. Ce dernier a proposé un bon set où 75% de son répertoire valait vraiment la peine d’être écouté. Lorsque la scène est foulée seulement par deux personnes, la prestation scénique se veut tout en atmosphère et repose logiquement sur les lights et l’intensité de la musique. Lunettes de soleil sur le nez, c’est non sans un certain charisme que les 19 New Project ont fait partager un « electro wave » forcément très 80’s.

Mais le public était avant tout venu pour les Suédois de Covenant.

Un déplacement, pour être clair dès le départ, qui valait le coup. Notamment par l’entrée en scène réussie du combo sur le titre « Stalker », tout en montée en régime, et parce que la fin du concert avec les tubes que sont par exemple « Call The Ships To Port » ou « 20Hz » verra l’audience se lâcher véritablement. Pourtant, sur bien des morceaux, la mayonnaise a eu du mal à prendre.

Soulignons sur ce sujet les nombreuses approximations du chanteur Eskil Simonsson qui se trompera plusieurs fois dans les paroles. Le groupe sera même obligé de redémarrer un des morceaux joué jeudi soir. Une situation étonnante pour un combo habitué à se produire sur scène depuis de longues années.

La main, outil pour fédérer

Etant donné les compositions fines et délicates de la formation, on aurait d’ailleurs pu s’attendre à un show très travaillé, très rodé mais dans le bon sens du terme. Or le côté travaillé était parfois superficiel lorsque, à titre d’exemple, Eskil répétera six ou sept fois tout au long du set qu’il était content d’être là « right here, right now » et/ou que le public devait se bouger « right here, right now ».

On ne peut sûrement pas reprocher à une formation d’être proche de son public mais, si l’on était d’un naturel taquin, on pourrait tout de même affirmer qu’il aurait mieux fallu que les Suédois répètent les choses fondamentales pour un concert, c’est-à-dire leurs compositions, plutôt que les discours assez plats dont on aurait pu se passer…

Un peu d’humain dans ce monde des technologies

Malgré tout, et pour revenir à la musique justement, on notera la participation réussie des deux autres musiciens aux morceaux de Covenant. Le fabuleux « Lightbringer » sera interprété d’une manière un peu plus hardcore par Daniel Myer (incroyable comme il ressemble à notre Duc ce grand costaud !) qui profite en live des moments où il n’est pas aux claviers pour taper comme un damné sur sa batterie. Ce qui aura contribué à donner un côté humain (pour la bonne cause cette fois) à un show qui aura été, comme vous l’avez compris, assez contrasté.

Photos : Crusty



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3